comment devenir freelance

Comment Se lancer en Freelance | Le Guide Ultime

Les opportunités pour devenir freelance n’ont jamais été aussi présentes qu’aujourd’hui… Vas-tu récupérer ta part du gâteau ?

En 2022, on compte plus de 3,2 millions (selon Statista) de travailleurs indépendants en France. Ce statut fait parfois rêver, comme en témoigne son incroyable essor sur le marché du travail ces dernières années.

On l’associe souvent à la liberté et la flexibilité, mais il ne faut pas oublier les responsabilités que cela implique d’être à son compte et de devoir trouver des missions en freelance. Tu t’es toi-même surpris à imaginer une reconversion professionnelle pour quitter ton emploi salarié, et pourquoi pas devenir graphiste freelance ou développeur web.

Si tu lis ces lignes, c’est sûrement que tu as toi aussi pour objectif de devenir freelance. Alors tu es au bon endroit ! Dans ce guide, je vais t’expliquer les 5 étapes à suivre pour te lancer en freelance et construire une activité en ligne stable et durable.

Je t’explique tout de A à Z, du choix de ton métier freelance, à la construction de ton offre, en passant par l’administratif et la recherche de clients. Un sacré programme pour que tu puisses démarrer ton activité d’indépendant sur de bonnes bases.

Mais avant de débuter, qui suis-je pour parler de freelancing ?

Je suis Ambroise, freelance professionnel et entrepreneur depuis 2014, nomade digital 100 % indépendant depuis 2017, et formateur de jeunes padawans en quête de liberté depuis 2018. Trouver des clients en freelance est devenu mon sport favori, et c’est ce que j’enseigne à mes élèves. D’ailleurs, je me suis donné comme mission d’aider 1 million de personnes à devenir libres grâce à Internet (et digital nomad pour ceux qui le souhaitent).

Si gagner de l’argent en ligne est ta priorité, tu es libre de recevoir dès maintenant ma formation vidéo offerte pour t’aider à commencer dans cette voie.

Comment devenir freelance

Clique ici pour y avoir accès.

Rentrons maintenant dans le vif du sujet. Tu es prêt ? C’est parti !

Qu’est-ce qu’un Freelance ?

Définition Freelance

Avant toute chose, il me semble important de rappeler la définition de freelance.

D’après Le Robert, un freelance ou free-lance est une personne « qui est indépendante dans sa profession et n’a pas de contrat de longue durée avec un employeur particulier ».

Effectivement, un travailleur indépendant n’a pas d’employeur et peut avoir plusieurs clients. C’est d’ailleurs pour cela que les freelances sont mieux payés qu’en étant employés.

En revanche, je ne suis pas d’accord sur le fait qu’on ne peut pas avoir de contrats longue durée. Pour te donner un exemple, mes contrats n’ont pas de date de fin.

Voici maintenant ma définition adaptée du freelancing :

« Un Freelance est un indépendant qui offre ses compétences sous forme de services à des entreprises qui en ont besoin, sans limite de nombre de clients ni de durée. »

Autres appellations

Même si l’anglicisme est le plus couramment utilisé, tu pourras entendre d’autres termes pour désigner les personnes qui sont à leur compte :

  • prestataire de service ;
  • pigiste ;
  • consultant ;
  • partenaire stratégique.

Par contre, être un travailleur indépendant, auto-entrepreneur ou solopreneur fait plutôt référence au statut et au fait d’être non employé.

Pyramide du freelance

Lors de ton parcours, tu passeras sûrement par différents stades. C’est ce que j’appelle la pyramide du freelance.

Pigiste

En bas de la pyramide, on retrouve le pigiste. Son activité consiste principalement à répondre à des piges ou des missions proposées sur les plateformes comme Malt, UpWork, 5euros.com, Fiverr, etc.

Il a peu de contrôle sur ses missions qui sont souvent à court terme et moins bien payées. L’inconvénient c’est qu’il doit sans cesse trouver de nouvelles missions pour vivre de son activité. La plupart des freelances commencent par là, comme ça a été le cas pour moi.

L’avantage c’est que ça permet d’avoir facilement de premières expériences pour gagner en compétences et « se faire la main ».

Consultant

Ensuite, le freelance évolue généralement vers le rôle de consultant. Il trouve des missions par ses propres moyens, via la prospection, la création de contenu ou son réseau.

Il est en contrôle de son activité et offre une approche plus stratégique à ses clients. Ses missions sont plutôt sur un moyen/long terme et sont bien payées. À ce stade, il peut avoir le luxe de choisir les clients avec lesquels il souhaite travailler.

Partenaire stratégique

Enfin, en haut de la pyramide se trouve le partenaire stratégique qui a un rôle important dans l’entreprise du client. Il fait partie intégrante de son business sur le long terme et l’aide à développer celui-ci. La rémunération est bonne et peut parfois être calculée au résultat ou en nombre de parts dans la boîte.

Aujourd’hui, je suis partenaire stratégique pour mes clients en tant que directeur marketing freelance. Et c’est vraiment un kiff d’avoir une approche globale pour les aider à scaler leur business !

Dans la suite de ce guide, je vais t’expliquer comment devenir un freelance professionnel pour atteindre le sommet de la pyramide et décrocher des missions long terme très intéressantes.

Histoire et origines du Freelancing

Maintenant que tu sais concrètement ce qu’est un freelance, tu dois te demander d’où vient ce terme et quelle est l’histoire du freelancing ?

Tous les détails de l’évolution du freelancing du Moyen-Âge à nos jours dans cette vidéo :

Origine du terme « free-lance »

Étymologiquement, « freelance » a une double origine germano-francophone. « Free » en allemand signifie « aimer », et « lance », en français, l’action de lancer, jeter, se décharger.

Plusieurs interprétations peuvent être faites, mais cela traduit de manière générale un besoin de liberté et de bonheur.

Le freelance a-t-il toujours existé ? J’ai envie de te dire presque. Et au risque de te surprendre, le freelance est apparu bien avant Internet !

Être freelance au Moyen-Âge

La notion de freelancing remonte au Moyen-Âge, lorsque des soldats travaillaient pour le roi en échange d’une rétribution. Ces mercenaires étaient souvent issus d’armées ayant été vaincues dans des batailles antérieures, ils étaient donc libres de proposer leurs services au camp de leur choix.

Si tu souhaites devenir freelance, c’est peut-être parce que ton arrière arrière arrière arrière arrière… grand-père l’était avant toi !

Freelancing moderne

Le freelancing « moderne » tel qu’on le connaît aujourd’hui, a été introduit par Frank Nilles dans les années 1970 pour solutionner les problèmes de transports aux États-Unis et réduire la pollution en forte augmentation.

L’idée était d’instaurer le travail à distance grâce à l’arrivée du téléphone. Puis le développement révolutionnaire d’Internet a facilité la mise en relation des personnes.

Devenir freelance en France

En France, c’est dans les années 2000 que le nombre de freelances a commencé à augmenter. Puis, en 2009, la création du statut auto-entrepreneur aidant, le freelancing a connu une croissance spectaculaire !

Aujourd’hui, presque tout le monde a accès à Internet. Tu peux devenir freelance et travailler depuis n’importe quel coin du monde ! Il faut dire que les nombreux outils numériques et plateformes de mise en relation facilitent grandement les choses.

Statistiques et évolution du marché du freelancing

Combien y a-t-il de freelances en France ? En Europe ? Dans le monde ? Qui sont les freelances ? Quel est leur revenu moyen ? Si tu aimes les chiffres comme moi, cette partie va te plaire ! C’est toujours intéressant d’étudier les statistiques d’un marché pour voir s’il est porteur.

Je n’ai pas inventé ces chiffres. Ils sont basés sur les analyses de l’Insee, Malt et son rapport 2021 sur le freelancing en Europe (en collaboration avec le Boston Consulting Group), ou encore Statista. Alors, cette économie freelance, ça donne quoi ?

Comparaison salarié et freelance : quelques chiffres

Avant de te parler des statistiques du freelancing, faisons un petit état des lieux du marché du travail en général et les chiffres du salariat en France.

En 2017, d’après le baromètre du bonheur au travail de la Fabrique Spinoza :

  • 34 % des salariés français sont insatisfaits dans leur boulot.
  • 51 % ressentent du stress ou de la fatigue au travail.
  • 26 % s’ennuient dans leur métier (bore out).
  • 44 % ne trouvent pas de sens (brown out).
  • 24 % se sentent en situation de surmenage (burn out).

D’après une étude réalisée par Sharp, 65 % des salariés français ont des ressentis négatifs par rapport à leur lieu de travail.

En 2022, selon Qapa, 71 % des employés français jugent leur travail ennuyeux.

Ces chiffres dépeignent un marché du travail en France bien morne. On oppose souvent le salariat au freelancing. Ce dernier pourrait offrir une solution aux personnes insatisfaites au travail et qui veulent un changement professionnel.

Combien y a-t-il de freelances ?

Tu l’auras compris, le marché du freelancing est en pleine expansion, surtout depuis la crise sanitaire de 2019. Les gens sont en quête de changement, ils veulent plus de liberté et de bonheur dans leur vie professionnelle.

Dans le Monde

En 2021, on estime à 1,1 milliard le nombre de freelances dans le monde. C’est beaucoup ! Mais ce chiffre englobe tous les travailleurs indépendants de façon générale.

En France

On compte entre 1 et 3,2 millions d’indépendants en France, d’après Eurostat et Statista.

Mais le plus impressionnant c’est la croissance qu’il y a eu en 10 ans : + 92 % de freelances en France !

La COVID-19 a également eu un impact positif sur la création de micro-entreprise entre mai 2020 et mai 2021, en augmentant de +37,1 % selon l’Insee.

En Europe

33,3 millions, c’est le nombre de personnes à leur compte en Europe en 2019, selon une étude de Statista.

Au Québec

En 2020, on compte 532 400 travailleurs indépendants, soit 13 % de l’emploi total du Québec, d’après la Banque de données des statistiques officielles.

Aux États-Unis

On estime qu’il y a 30 % de la population qui est indépendante. Et d’après Pieter Levels, le fondateur de Nomadlist, 50 % des Américains devraient devenir freelance d’ici 2030. C’est énorme !

Comment devenir freelance

(Source : levels.io)

Qui sont les freelances ?

  • Âge moyen : entre 37 et 45 ans selon les pays.
  • Sexe : 65 % sont des hommes en Europe et 55 % en France.
  • Niveau d’éducation : 77 % ont fait au moins 3 années d’études supérieures, ce qui équivaut à un bachelor ou une licence.

Ces chiffres sont tirés du rapport 2021 de Malt et le BCG sur le freelancing en Europe.

Combien gagne un freelance ?

Quels sont les métiers freelance les mieux payés ? Sans doute la question qui te démange depuis le début… Parce qu’être à son compte c’est bien, mais pour être vraiment libre et vivre confortablement, tu dois gagner de l’argent !

Bien choisir son métier, c’est ce que nous allons voir dans l’étape 1 de ce guide pour devenir freelance.

En attendant, pour te donner une idée des tarifs journaliers moyens (TJM) d’un freelance en France, voici quelques chiffres partagés par Malt (une plateforme qui met en relation freelances et clients) :

  • TJM chefs de projets et coach agiles : 674 €
  • TJM consultants en communication, stratégie et business developpers : 768 €
  • TJM consultants webmarketing et analytics : 590 €
  • TJM développeurs : 548 €
  • TJM graphistes et photographes : 399 €
  • TJM motions designers et réalisateurs : 440 €
  • TJM rédacteurs et community managers : 441 €

Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes, car ils dépendent de nombreux facteurs.

Pour une simulation du salaire freelance (on parle de salaire par abus de langage car ce n’est pas du salariat) plus réaliste, je t’invite à regarder cette vidéo dans laquelle j’explique comment calculer ta rémunération d’indépendant :

Les freelances sont-ils heureux ?

On a vu qu’une grande partie des salariés français n’étaient pas satisfaits de leur travail. Mais qu’en est-il des freelances ? Sont-ils plus épanouis dans leur activité ?

D’après le rapport Malt x BCG :

  • 84 % des indépendants sont satisfaits du travail qu’ils font.
  • 84 % des freelances français ne veulent pas retourner à un emploi salarié. Cette statistique est encore plus élevée dans le secteur de la Tech et la Data à 89 %.
  • 70 % se sentent valorisés pour le travail qu’ils font.

3 gros avantages ressortent également de ce sondage :

  1. 81 % des freelances citent la liberté et la possibilité d’organiser son temps comme l’avantage numéro 1 de leur activité.
  2. 76 % des sondés disent avoir choisi le freelancing pour pouvoir faire leurs propres choix de carrière (rémunération, vitesse d’évolution, choix des clients, etc.).
  3. 73 % des travailleurs indépendants interrogés se sont lancés en freelance pour pouvoir travailler d’où ils veulent.

C’est pour les mêmes raisons que je me suis lancé en freelance en 2014. Et en tant que digital nomad, tu sais que le dernier point me tient particulièrement à cœur. 😉

Habitudes de travail des freelances

En moyenne, les freelances travaillent 43 heures par semaine.

Tu peux constater que même s’ils ont échappé au 9-5 des salariés, ils travaillent autant, si ce n’est plus. Mais la grosse différence c’est qu’ils peuvent organiser leur temps comme ils le souhaitent, et ça c’est cool !

Répartition du temps

Au niveau de la répartition des tâches, un travailleur indépendant passera :

  • 73 % de son temps de travail à effectuer ses missions rémunérées.
  • 13 % à se former (livres, vidéos, formations en ligne, séminaires, etc.).
  • 12 % à prospecter pour trouver des clients.
  • 8 % à gérer l’administratif.
Comment devenir indépendant

(Source : Rapport 2021 Malt x BCG)

Source des missions

Quand tu es à ton compte, il faut bien évidemment trouver des missions. En France, sais-tu comment les freelances trouvent leurs clients ?

  • 74 % font appel à leur réseau et aux recommandations de leurs clients. Tu vois que travailler son réseau c’est hyper important et à ne pas négliger !
  • 42 % trouvent leurs missions grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes freelance (Malt, UpWork, Fiverr, freelancer.com, 5euros.com, etc.).
  • 19 % passent par des agences.
trouver des clients en freelance

(Source : Rapport 2021 Malt x BCG)

Lieu de travail

65 % des indépendants travaillent à distance depuis chez eux, ou dans des espaces de coworking, des cafés, etc. Le travail en remote était déjà ancré dans les habitudes des freelancers, bien avant la COVID-19 !

Quand tu es à ton compte, tu peux travailler d’où tu le souhaites. Alors pourquoi se limiter à ton domicile quand tu peux bosser dans une autre ville ou un autre pays (ou une autre planète… Elon, si tu m’entends !) ? C’est ce qu’on appelle le nomadisme digital !

D’ailleurs, si tu veux en savoir plus sur ce sujet, j’ai écrit un guide complet pour t’expliquer comment devenir nomade digital.

Le futur du freelancing

Les points forts du recrutement freelance

Le marché du freelancing a de beaux jours devant lui.

En effet, les entreprises ne jurent plus que par l’efficacité et la flexibilité. Pour répondre rapidement aux changements du marché, à l’entrée de nouveaux concurrents et aux progrès technologiques continus, ils ont dû revoir leur stratégie de recrutement pour faire appel à des experts disponibles rapidement : les freelances.

Quand on sait que le processus d’embauche interne à l’entreprise dure 9 mois, et 6 mois en externe, trouver un prestataire indépendant en 6 jours est un avantage majeur !

Le freelance est opérationnel rapidement et pourra apporter son expertise en un temps record.

Comment devenir freelance

(Source : Rapport 2021 Malt x BCG)

Même si le freelancing est en pleine croissance et qu’une grande majorité des indépendants sont heureux dans leur activité professionnelle, certains challenges propres à ce statut persistent.

Les challenges de l’indépendant

  • La négociation client : c’est la tâche la plus compliquée pour 57 % des freelances interrogés. Connaître sa valeur et être capable de la défendre face à un gros client fait partie intégrante de la vie professionnelle d’un indépendant, et c’est d’ailleurs un point sur lequel j’accompagne beaucoup de personnes à se perfectionner.
  • L’achat d’un bien immobilier : pour 55 % des personnes, obtenir un prêt pour un achat est l’un des problèmes majeurs d’être à son compte.
  • Être payé rapidement : c’est une difficulté pour 53 % des sondés. Pour éviter ce problème, je demande toujours le règlement de 50 % de la mission avant de la débuter.
  • L’accès à une assurance santé : cela représente un challenge pour 46 % des gens.
  • Les tâches administratives : 44 % des freelances ont du mal avec l’administratif.
Inconvénients freelance

(Source : Rapport 2021 Malt x BCG)

Oui, ce sont de sérieux challenges qui font ou feront partie de ton parcours freelance, mais je te rassure, il existe une solution pour chacune de ses problématiques.

Freelance et retraite

La cotisation pour la retraite du freelance est une question qui revient souvent. On a tendance à procrastiner sur le sujet parce que ça semble lointain et compliqué. C’est d’ailleurs une source d’anxiété pour 68 % d’entre eux.

Mais si tu veux pouvoir te retirer un jour et siroter des cocktails tranquillou sur la plage, il va falloir y penser le plus tôt possible !

Chaque cas est très différent en fonction du pays dans lequel tu es. Par exemple, en France, la retraite s’appuie sur deux systèmes obligatoires :

  • La retraite de base, gérée par la sécurité sociale en fonction du nombre de trimestres validés.
  • La retraite complémentaire, régie par les caisses de retraite. En fonction de ton statut juridique et de la date de création de ton entreprise, tu vas cotiser auprès de différentes caisses telles que la CNAV, la CIPAV ou encore la CNAVPL.

Personnellement, je ne suis plus basé en France depuis mes 18 ans donc je mets de l’argent de côté que j’investis tous les mois en prévision de ma retraite freelance, que je compte prendre avant mes 40 ans. J’ai un avis très tranché sur le sujet : la meilleure retraite est celle qu’on se crée.

Assurance santé indépendant

Quand tu es salarié, la plupart du temps ton employeur te propose une assurance santé ou mutuelle complémentaire. Mais quand tu es indépendant, tu peux en choisir une toi-même et la payer, en plus d’être affilié à la sécurité sociale.

De mon côté, j’ai pris en main cette question de santé en souscrivant à une assurance privée d’expatrié, que je paye environ 100 €/mois.

Emprunt immobilier pour les indépendants

L’achat immobilier reste un enjeu majeur de la vie d’un freelance. Oui, le sacro-saint CDI demeure le contrat de travail préféré des banques. Et oui, il existe également des solutions pour obtenir un prêt immobilier quand on est freelance.

Encore une fois, cela dépend beaucoup d’un pays à l’autre, mais il existe des services qui permettent de se porter garant pour les freelances et ainsi espérer avoir accès à un logement plus facilement.

Évidemment, tu dois pouvoir justifier d’un certain nombre d’années d’activité (au moins 3 ans) et d’un chiffre d’affaires régulier et suffisamment élevé pour prétendre à acheter un bien immobilier.

Des statistiques qui donnent envie de devenir freelance

Les chiffres montrent bien que ce marché est en pleine expansion et qu’il a encore de beaux jours devant lui. Tu l’as vu, les entreprises ont tout intérêt à faire appel à des freelances pour bénéficier de leur expertise immédiatement.

De plus, une grande majorité des travailleurs indépendants sont heureux d’avoir choisi de se mettre à leur compte. Alors, ne t’arrête pas aux challenges que j’ai cités (négociation client, assurance, retraite, administratif, emprunt, etc.), il existe des solutions !

Cet état des lieux du freelancing t’a-t-il plu ? T’attendais-tu à de tels chiffres ? Dis-le moi en commentaire de cet article ! Personnellement, j’ai trouvé la moyenne d’âge et la proportion d’hommes plus élevées que ce que je pensais.

➡️ À écouter :

Travailler en Freelance : avantages et inconvénients

Maintenant que tu es incollable sur le marché du freelancing, rentrons dans le vif du sujet, à savoir les avantages et inconvénients de devenir indépendant.

Parce que oui, il y a de nombreux avantages à être freelance, et je prône ce mode de travail depuis 2014 (j’ai d’ailleurs accompagné des centaines de personnes à se lancer). Mais ce n’est pas non plus le monde des Bisounours et tu dois aussi être conscient des inconvénients.

Les avantages d’être freelance

Organisation du temps et charge de travail

Quand tu es à ton compte, tu as la possibilité de choisir tes horaires et de t’organiser comme tu le souhaites. Tu n’es plus obligé d’avoir des horaires de bureau et tu peux choisir tes jours off sans devoir demander la permission à ton patron. Ce statut offre une flexibilité très appréciable.

Un autre avantage de cette liberté de temps, c’est que tu peux t’imposer la charge de travail de ton choix. Tu souhaites travailler à mi-temps à côté de ton emploi salarié ou de tes études ? C’est possible ! C’est d’ailleurs l’option que je recommande aux personnes qui veulent devenir freelance. Ou alors, tu veux y aller à fond et charbonner 100 heures par semaine ? Just do it !

Liberté géographique

Comment parler de freelancing sans aborder mon argument favori : la liberté géographique ! Et oui, avoir un job freelance te permet de travailler en ligne et à distance. Tu peux donc devenir nomade digital, comme moi. J’ai d’ailleurs fêté mon 5e nomadiversaire il y a peu, youhou !

Gagner sa vie en ligne rapidement

Si tu as une compétence et que tu sais la vendre, tu peux te lancer très rapidement en freelance et gagner ta vie en ligne.

Si tu sais comment trouver des prospects pour leur proposer une solution efficace à leur problème, tu peux trouver un client dans la journée ! Pas besoin d’attendre de recevoir des stocks, ni de payer des publicités et voir leur impact.

Devenir freelance, c’est pouvoir commencer une mission dès demain et être payé une fois le service rendu. Tu peux même demander à être payé en amont, comme je le fais avec mes clients.

Évolution rapide et bonne rémunération

L’un des gros avantages c’est que tu vas pouvoir évoluer beaucoup plus rapidement que dans le salariat. Le tarif avec lequel tu commences va augmenter avec ton expérience et les résultats que tu apporteras à tes clients.

Pour te donner un exemple, j’ai commencé à 2 euros/heure pour une mission de community management, et aujourd’hui, je suis plutôt autour de 150-300 euros/heure pour des missions de growth marketing.

De plus, tes gains n’ont pas de limites. Un revenu à 5 chiffres est tout à fait envisageable quand on est freelance. J’en connais d’ailleurs pas mal qui gagnent plus de 10 000 euros par mois avec leur activité en ligne (et même un ami qui facture 45 k€ par mois !). Évidemment, ça ne se fait pas du jour au lendemain et cela nécessite une réelle expertise, mais c’est possible !

Choix des clients

Une fois que ton activité tourne bien, tu peux t’offrir le luxe de choisir tes clients. Même si le verbe travailler tire sa racine latine de « tripaliare » qui veut dire « torturer », je t’assure que tu peux vraiment aimer ce que tu fais au quotidien ! Accepter des missions qui te font vraiment kiffer, et en plus qui sont bien payées, ça arrive plus souvent que tu ne le penses.

Plus besoin de te coltiner Martine, la collègue envahissante qui te raconte le week-end qu’elle a passé à nourrir ses 42 chats.

Les inconvénients d’être freelance

Échanger son temps contre de l’argent

Bon ok, tu es maître de ton temps, mais au final, tu échanges celui-ci contre de l’argent. Donc techniquement tu n’es pas vraiment « libre » de ton temps.

Tu vas facturer à l’heure ou à la journée, et les journées ne faisant que 24 heures, ton temps et ton énergie sont limités.

Si tu restes jusqu’à la fin de ce guide, je vais te dévoiler le secret pour pouvoir prendre ta retraite de freelance tranquillement, tout en touchant un revenu passif. ?

Trouver des clients

Encore une fois, le freelancing n’est pas le pays des Bisounours où les clients viennent à toi comme par magie. Si tu veux vivre de ton activité en ligne, il va falloir les trouver :

  • en prospectant ;
  • en sollicitant ton réseau ;
  • en t’inscrivant sur des plateformes ;
  • ou éventuellement en créant du contenu.

Même si tu as un nombre de clients suffisant, tu dois toujours en avoir quelques-uns sous le coude, au cas où une collaboration prendrait fin. La recherche de clients doit donc être continue si tu veux devenir indépendant.

Heureusement, je suis là pour te guider et t’apprendre le démarchage client. C’est justement le sujet de l’étape 2 de ce guide, donc reste ici si tu veux en savoir plus. ?

Gérer les relations clients

Comme dans n’importe quel boulot, ça arrive de tomber sur des personnes plus ou moins agréables, exigeantes, avec des demandes particulières, etc. Il se peut même que tu aies du mal à te faire payer… Pour éviter ce genre de problèmes, tu peux établir un contrat avec le client pour bien cadrer la mission.

Mais comme je te l’ai dit dans les avantages, une fois que ton activité tourne bien et que les propositions de collaboration pleuvent, tu pourras enfin retenir seulement celles qui te plaisent le plus.

Autres alternatives pour gagner de l’argent sur Internet

Même si le freelancing est selon moi la meilleure solution pour gagner sa vie sur internet et travailler chez soi (oups, spoiler !), il existe d’autres alternatives de business en ligne.

Dropshipping, Amazon FBA, MLM, ou encore infopreneuriat, je t’explique dans cette vidéo ces différentes solutions pour travailler en ligne, ainsi que leurs avantages et inconvénients.

Bon tu l’auras compris, le freelancing est pour moi le meilleur tremplin pour se mettre à son compte et vivre de son activité en ligne. Mais les autres alternatives ne sont pas incompatibles avec ton activité principale, au contraire elles peuvent être complémentaires.

Une fois que tu es bien lancé en freelance, tu peux augmenter tes tarifs et diminuer tes heures pour développer un revenu passif à côté. En construisant un e-commerce ou en faisant de l’infopreneuriat, par exemple. Je reviens sur ce sujet à la fin du guide.

D’étudiante à Freelance Nomade en 1 an : interview de Tania

Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps, si tu es ici, c’est que tu souhaites devenir freelance et je vais t’expliquer comment faire en 5 étapes. Mais avant cela, j’aimerais partager avec toi l’interview de Tania.

D’élève dans le cours que je donnais à HEC Montréal, à freelance nomade en 1 an, son parcours est inspirant et devrait te rassurer sur la voie à prendre vers ton indépendance.

Le quotidien d’un Freelance

Une dernière chose avant de te dévoiler les 5 étapes pour devenir freelance… J’aimerais casser une croyance que tu as peut-être.

Non, être freelance ce n’est pas traîner toute la journée en pyj’ sur ton canapé, ou bosser sur un transat au bord de l’eau.

Comme dans n’importe quel travail, être en freelance implique des avantages et des inconvénients (ok, clairement plus d’avantages selon moi ?).

Mais concrètement, ça ressemble à quoi la vie d’un freelance qui bosse à distance ? Allez viens, je t’emmène au Mexique pour te montrer tout ça !

Alors, ça te donne des envies de liberté ?

Très bien, maintenant tu vas pouvoir passer à l’action pour te construire ce style de vie !

Comment devenir freelance en 5 étapes ?

Nous y voilà enfin ! Les 5 étapes essentielles pour te lancer en freelance. Je t’explique tout de A à Z, du choix de ton métier freelance, à la construction de ton offre, en passant par l’administratif et la recherche de clients. Un sacré programme pour que tu puisses démarrer ton activité d’indépendant sur de bonnes bases.

Tu es prêt ? Prends un bon café et suis le guide !

Étape 1 : se connaître et trouver sa voie professionnelle

Avant d’opérer un grand changement dans ta vie, que ce soit professionnel ou personnel, un travail d’introspection est toujours utile pour prendre du recul et déterminer ce dont tu as vraiment envie.

Si ton emploi actuel ne peut pas se faire en freelance, ou si tu souhaites te reconvertir, tu vas devoir bien réfléchir avant de choisir un nouveau métier d’indépendant.

Il existe différentes méthodes pour mieux se connaître. Je vais te présenter 2 outils que je conseille à mes élèves Freemote.

Ikigai

L’Ikigai est une technique japonaise qui permet de trouver sa raison d’être. Il se trouve au croisement de 4 cercles :

  • Ce que tu aimes.
  • Ce en quoi tu es doué.
  • Ce dont le marché a besoin.
  • Ce pour quoi le marché est prêt à payer.

Méthode Ikigai

À cet Ikigai, j’ai envie d’ajouter un 5e cercle qui serait la possibilité d’exercer ce métier à distance, ou non. Si tu veux devenir freelance et nomade, c’est un critère à prendre en compte.

MBTI

Le test MBTI (Myers Briggs Type Indicator) est un outil d’évaluation psychologique déterminant le profil de quelqu’un parmi 16 personnalités différentes.

Tu peux facilement effectuer le test MBTI en ligne. Cela te permettra de mieux te connaître et de comprendre ta façon de réagir dans différentes situations. C’est un bon indicateur pour t’orienter vers le domaine professionnel qui te correspond.

Exercice de Fear Setting de Tim Ferriss

Tim Ferriss, l’auteur à succès de « La semaine de 4 heures », explique qu’il est plus important de définir ses peurs plutôt que ses objectifs.

Sa méthode Fear Setting est un outil important qui t’aidera à surmonter la peur de faire des choix difficiles. En faisant cet exercice, tu sauras comment gérer les dilemmes de la vie et mesurer les résultats de l’action ou de l’inaction.

L’idée est d’imaginer le pire pour relativiser la réalité. Pour cela, je t’invite à prendre 3 pages et faire l’exercice suivant :

►Page 1 : définir ses peurs.

Fais un tableau à 3 colonnes (définir, prévenir et réparer), et note dans chacune des colonnes une dizaine de réponses aux questions suivantes :

  • Définir : quelles sont les pires choses qui pourraient arriver ?
  • Prévenir : comment puis-je les empêcher de se produire ?
  • Réparer : si le pire se produit, comment puis-je le réparer ?

►Page 2 : le coût de l’inaction.

Fais à nouveau un tableau à 3 colonnes (6 mois, 1 an, 3 ans) où tu noteras le coût de ton inaction et les conséquences mentalement, physiquement, financièrement, etc.

Par exemple, si tu ne trouves pas une solution pour devenir indépendant et avoir plus de liberté, quelles seront les conséquences dans 6 mois ? Dans 1 an ? Dans 3 ans ?

►Page 3 : les bénéfices d’un essai ou succès partiel

Enfin, liste les bénéfices que peuvent t’apporter un essai ou un succès, même s’il est partiel.

Cette expérience t’a-t-elle permis d’acquérir des compétences ? Tu as découvert que tu étais capable de faire quelque chose que tu n’avais jamais fait auparavant ?

Toutes ces petites victoires ont un impact significatif sur cette voie vers l’indépendance.

L’entrepreneuriat, c’est avoir peur, mais le faire quand même. Et avec des risques oui, mais toujours calculés. Rappelle-toi que…

choix faciles = vie difficile

choix difficiles = vie facile

Choisir son métier freelance

Tu veux devenir indépendant… Oui, mais dans quoi ?

Si ton métier actuel ou les compétences que tu as acquises te permettent de le faire en freelance, alors c’est super, tu peux directement passer à l’étape 2.

En revanche, si ton emploi ne s’adapte pas au freelancing, ou que tu veux tout simplement te reconvertir, tu vas devoir choisir une nouvelle activité professionnelle. Ce n’est pas évident, car il en existe beaucoup ! Et ce n’est pas un choix à prendre à la légère, cela va déterminer la suite de ta carrière freelance.

Avant de regarder quels sont les métiers freelance les mieux payés, pose-toi vraiment la question de savoir ce que tu veux faire. Oui, le critère de rémunération est important, mais il faut aussi que tu sois bien dans ton travail pour éviter le burn-out dans 5 ans.

Selon moi, la meilleure manière de savoir si un job freelance va te plaire, c’est de le tester. Il faut évidemment connaître un minimum le métier et te former, mais c’est très puissant de pouvoir l’expérimenter pour 1 ou 2 missions, afin de voir si tu es à l’aise.

C’est ce que j’ai fait à mes débuts, et rien qu’en créant mon blog sur lequel tu es aujourd’hui, j’ai pu développer plein de compétences différentes (création de site, SEO, emailing, réseaux sociaux, etc.). Prends le temps d’effectuer ce test pour les 2-3 jobs qui te plaisent le plus avant de t’engager à fond.

Les meilleurs métiers freelance

Parmi les métiers freelance, on distingue 6 grands domaines :

  • Marketing web ;
  • Programmation, développement et Data ;
  • Rédaction, traduction et langues ;
  • Gestion de projet (+ agile) ;
  • Design et média ;
  • Autres (assistant virtuel, coach, etc.).

Pour t’aider, j’ai débroussaillé un peu le chemin et je te propose quelques exemples dans chaque secteur d’activité.

Marketing web

Le marketing web regroupe des sous-domaines pour lesquels je vais te donner des idées de métiers freelance.

  • Stratégie marketing : stratège web, traffic manager.
  • Référencement web (SEO) : spécialiste SEO, analyste SEO, rédacteur de contenu SEO, SEO technique.
  • Publicité en ligne : expert en publicité Adwords, expert en publicité Facebook et Instagram, expert en publicité display.
  • Marketing des médias sociaux : community manager, gestionnaire des réseaux sociaux.
  • Email marketing : expert en marketing automation, spécialiste marketing par email.
  • E-commerce et dropshipping : gérant de boutique e-commerce, dropshippeur.
  • Growth Hacking : growth hacker (ce que je fais), spécialiste taux de conversion (CRO).
  • Analytiques web et personnalisation : analyste web, expert en personnalisation.

Développement et Data

  • Développement : développeur front-end, développeur back-end, développeur web, développeur WordPress, développeur Android, développeur IOS.
  • Data scientist et AI : expert big data, expert AI (intelligence artificielle), data scientist.

Pour en savoir plus sur le métier de développeur freelance, écoute l’interview de Julien. Beaucoup de conseils et de valeur dans cette vidéo :

Rédaction, traduction et langues

  • Rédaction et copywriting : blogueur, rédacteur web, rédacteur SEO, copywriter.
  • Traduction : traducteur, interprète, sous-titreur.
  • Professeur de langues : professeur de français, anglais, etc.

Tu ne sais peut-être pas ce qu’est le copywriting ? Dans cette interview, mon ami Adrien Lestang explique comment il est devenu copywriter freelance nomade en 1 an, en gagnant 3 fois son ancien salaire :

Gestion de projet

  • Chef de projet, gestionnaire de projet, product owner, scrum master, business analyst.

Design et média

  • Retouche photo : expert photoshop et retouche photo.
  • Création, montage et animation vidéo : créateur de contenu vidéo, monteur, spécialiste post-production, concepteur pédagogique, créateur de vidéos animées.
  • Design graphique : designer graphique, web designer, print designer, gaphiste.
  • UX (expérience utilisateur) : expert en UX, UX designer, UX analyst, UX manager.

Autres métiers freelance

  • Coaching : coach en développement personnel, coach de carrière, coach en amour, etc.
  • Assistance : assistant virtuel, assistant de direction.

Devenir assistant virtuel freelance : un choix intéressant pour commencer

Parmi les personnes que j’ai accompagnées, j’ai remarqué que celles qui n’avaient pas forcément de formation dans le métier qu’elles veulent faire ou qui ne savaient pas trop par quoi commencer, se lançaient en tant qu’assistant virtuel freelance.

L’assistant virtuel est un « touche-à-tout » et son rôle est d’accompagner des entrepreneurs dans leurs tâches du quotidien. C’est une bonne option pour tester différents métiers.

Par exemple, ton client peut te demander de faire de la rédaction, de l’envoi d’email, de la prospection, des appels client, du montage vidéo, de gérer l’organisation, etc.

C’est une option assez généraliste que la plupart des personnes peuvent réaliser sans forcément avoir de formation particulière.

Devenir assistant virtuel freelance te tente ? Pour approfondir le sujet, je t’invite à écouter l’interview de Coumba, une élève de ma formation Freemote qui s’est lancée dans ce domaine et qui partage son retour d’expérience.

Peut-on devenir freelance sans diplôme ?

« Je ne peux pas me lancer en freelance parce que je n’ai pas de diplôme dans le métier que je veux faire… ». Une excuse qui revient beaucoup trop souvent dans la bouche des freelances débutants et qui les empêche d’avancer dans leur projet de devenir indépendant.

Inutile de se cacher derrière le syndrome de l’imposteur, car la bonne nouvelle c’est que tu peux tout à fait te lancer en freelance dans n’importe quel métier sans avoir de diplôme ! Je vais t’expliquer pourquoi et comment faire.

Avoir un diplôme n’est pas forcément un gage de valeur

Suivre un cursus académique et cocher toutes les cases pour avoir un diplôme ne prouve pas forcément ta qualité en tant que freelance, car la plupart du temps, tu n’as pas acquis les compétences nécessaires pour trouver des clients et les aider à résoudre leur problème.

Je ne dis pas non plus que les diplômes ne sont pas utiles, j’ai moi-même obtenu un BAC et un Master à HEC Montréal. J’ai aussi donné des cours de marketing digital dans cette école.

Le diplôme n’est pas un gage de valeur dans ton activité freelance mais il reste un bon argument de vente pour ton client.

Donc rassure-toi, même si tu n’as pas le bout de papier qui atteste que tu as suivi un cursus académique dans le métier que tu veux faire, tu peux réussir. J’en suis la preuve vivante, je suis freelance en growth hacking, mais je n’ai aucun diplôme dans ce domaine.

La vie est un apprentissage continu

Il y a beaucoup de choses que l’on n’apprend pas sur les bancs de l’école. L’expérience du terrain est bien plus formatrice que la théorie que tu peux apprendre en études supérieures.

Pour te perfectionner dans ton domaine, tu dois aussi avoir à l’esprit de te former en continu. On ne cesse jamais d’apprendre !

Aujourd’hui, tu as accès à énormément de ressources pour avancer : des livres, des formations en ligne, du contenu en ligne comme cet article ou toutes mes vidéos YouTube et podcasts, etc.

Comprendre le point de vue de tes clients potentiels

Quand tu vends un service en freelance, ton but est d’apporter une solution au problème de ton client. Il ne recherche pas un diplôme, mais simplement à résoudre la difficulté à laquelle il fait face.

Quand tu comprends cela, tu réalises que tes compétences « de terrain » priment sur ton nombre d’années d’études. Certes, ça peut aider. Mais les clients veulent avant tout du résultat, donc la plupart s’en fichent complètement de ton diplôme.

Les formations pour devenir indépendant

Bon ok, tu as compris que le blocage du diplôme n’en était pas vraiment un. Par contre, on ne s’improvise pas copywriter ou codeur après avoir lu 2 articles de blog et visionné 3 vidéos. Pour devenir indépendant, tu dois te former sérieusement et acquérir de vraies compétences dans ton domaine.

Aujourd’hui, l’accès au savoir est très facile ! Tu peux le faire via des formations en ligne, du coaching, ou grâce à ton compte CPF si tu es en France (d’ailleurs ma formation « Freemote Full : La méthode de A à Z pour devenir Freelance, trouver tes clients et être libre » est éligible au CPF ?).

Je vais te faire une confidence qui va peut-être te surprendre : tous les indépendants qui réussissent se sont formés et continuent de se former auprès de personnes qui sont plus avancées qu’eux.

Personnellement, je suis au moins une nouvelle formation en continu, depuis que j’ai commencé en 2014 !

En parlant de formation pour devenir freelance, je t’offre celle-ci pour t’aider à débuter ta carrière d’indépendant :

Comment devenir freelance

Clique ici pour avoir accès à ma formation vidéo offerte « 7 étapes pour devenir Freelance (à distance) ».

Elle a déjà été suivie par plus de 2 500 freelances en devenir !

Tu comprends maintenant que devenir freelance sans diplôme, c’est possible ! Il te suffit d’avoir le bon état d’esprit, de savoir apprendre à apprendre, et surtout d’acquérir de l’expérience en mettant en pratique tes compétences. Le meilleur moyen de devenir un expert dans ton domaine est d’être dans l’action !

Avant de passer à l’étape suivante, tu dois impérativement avoir validé la première. Si ton projet professionnel n’est pas clair, ne mets pas la charrue avant les bœufs !

As-tu trouvé l’activité dans laquelle tu souhaites te lancer ? Si c’est le cas, alors tu vas pouvoir passer à l’étape 2, le nerf de la guerre en freelance : trouver des clients !

Étape 2 : trouver des clients en freelance

« Donne un poisson à un homme et tu le nourriras pour la journée. Apprends-lui à pêcher et tu le nourriras pour la vie ! »

C’est un dicton un peu bateau mais qui illustre vraiment bien ce qui va suivre.

Je vais t’apprendre comment trouver des missions freelances en illimité, mais aussi à augmenter ton tarif au fur et à mesure (un aspect souvent négligé par les travailleurs indépendants).

Vaincre le syndrome de l’imposteur

Ça y est, tu as choisi ton job freelance, tu es prêt à te lancer et à démarcher tes premiers clients ! Bravo !

Mais d’un coup, tu es pris d’un sentiment de panique… Une petite voix susurre à ton oreille : « Et si je n’y arrive pas ? Et si je ne sais pas comment faire ? Le client sera-t-il satisfait de mon travail ? Je ne me sens pas légitime, je n’ai aucune expérience… »

Aaaah ce bon vieux syndrome de l’imposteur ! Beaucoup de monde est confronté à ce problème, et même les personnes qui ont réussi peuvent encore douter d’elles.

Cela fait partie du processus. Tu ressentiras toujours ce petit inconfort dès que tu entreprendras quelque chose de nouveau.

Heureusement, il est possible de vaincre le syndrome de l’imposteur. Je t’explique comment faire en 4 étapes dans la vidéo suivante :

Comment trouver ses premiers clients en freelance ?

Si tu as du mal à trouver tes premiers clients ou que tu sens que ton activité ralentit, pas de panique, je vais t’expliquer mes techniques infaillibles pour ne jamais être à court de contrats freelance.

Positionnement et demande du marché

Dans un premier temps, si tu trouves que ton activité d’indépendant a du mal à décoller, c’est peut-être que ton positionnement n’est pas clair ou que la demande n’est pas assez forte.

Dans ce cas, je te conseille d’aller espionner ce que fait la concurrence dans ton domaine, sur les plateformes freelance par exemple, pour voir quelle est leur offre et comment ils se vendent.

Tu dois aussi valider auprès de ta cible que le service que tu proposes répond à un besoin urgent. Les entreprises ont-elles un budget pour cela ? Est-ce une douleur qu’elles doivent résoudre rapidement en contactant un freelance ? Si ce n’est pas le cas, il faut peut-être revoir ton offre et ta cible (on en reparle en détail dans l’étape 4).

Trouver des clients freelance grâce à son réseau

Quand tu débutes, ton réseau est ton premier soutien. Ta famille, tes amis, tes collègues ou tes anciens collègues, en général ces personnes sont prêtes à t’aider et à te référer à leurs contacts. Elles te connaissent, elles ont confiance en toi et sont souvent tes premiers apporteurs de missions freelance.

Ce que je te conseille de faire quand tu démarres et que tu souhaites solliciter ton réseau, c’est tout simplement de leur dire que tu te lances en freelance dans tel domaine, que tu proposes tels services et leur demander si elles ont des contacts qui sont susceptibles d’être intéressés.

Faire fonctionner son réseau, c’est aussi aller contacter les personnes (sur LinkedIn par exemple) qui seraient concernées par ce que tu proposes. En prenant de leurs nouvelles, elles vont naturellement te retourner la question, et c’est à ce moment où tu vas pouvoir dire que tu te lances en freelance et que tu cherches de nouveaux clients.

Trouver des clients sur les plateformes freelance

S’inscrire sur les plateformes freelance pour trouver des missions, c’est souvent comme cela que les indépendants débutent. C’est ton cas ?

Alors, pourquoi certains freelances trouvent des tonnes de missions sur Malt, Comet, Upwork, Fiverr, pendant que toi tu attends désespérément de recevoir une notification te disant « vous avez une nouvelle proposition de mission » ?

Sans doute parce que tu ne connais pas (encore) le hack redoutable pour exploser sur ces plateformes de mise en relation freelance.

Dans cette vidéo, je te présente les meilleurs conseils que j’ai expérimentés et que j’ai transmis à des centaines de freelances que j’accompagne (et qui font sûrement partie de ceux qui trouvent une tonne de missions grâce aux plateformes ?).

Trouver des clients freelance sur les plateformes est selon moi le plus rapide pour démarrer. Et quand je vois que des indépendants comme David Gauthier font 50 k$ de commissions sur Upwork, je me dis qu’il y a un gros potentiel.

C’est pour cela que j’ai voulu l’interviewer pour qu’il nous livre tous ses secrets. Dans cette vidéo, David partage tous ses conseils, et notamment :

  • Comment démarrer sur Upwork de zéro et vite gagner sa vie ?
  • Gérer son temps entre projets entrepreneuriaux et Freelance.
  • Comment bien gérer la relation avec ses clients pour les garder ?

Je te laisse découvrir cette bombe de valeur juste ici :

Bien démarrer en freelance grâce aux missions d’essai

La stratégie de la mission d’essai est très puissante pour inciter un client à collaborer avec toi quand tu démarres parce qu’il ne s’engage pas sur le long terme et il va pouvoir tester tes compétences, souvent à moindre coût.

L’avantage pour toi c’est que ça te permettra d’acquérir de l’expérience, construire ton portfolio et montrer à tes futurs clients que tu peux leur apporter des résultats.

Concrètement, c’est quoi un essai ? Généralement c’est une petite mission, pas trop engageante pour le client comme pour toi, mais qui permet d’instaurer un lien de confiance pour éventuellement la transformer en mission long terme.

Dois-tu la proposer gratuitement ou la facturer ? Il y a deux écoles et tout dépend de ta situation.

Gratuit : les Américains appellent ça le free-to-fee. Cela consiste à offrir la première mission, pour continuer sur du payant si le client est satisfait. Je ne recommande pas forcément cette méthode, car cela sous-entend que le temps que tu as passé à travailler n’a pas de valeur… Par contre, si ça peut te permettre de démarrer plus vite, pourquoi pas. Si tu as bien suivi l’étape 1, tu sais qu’être en action est le plus important !

Payant : le but ici n’est pas de négocier le meilleur tarif (ma première mission était payée 2 €/heure !), mais de montrer que ton travail a une valeur. Le client te prendra plus au sérieux et il y a plus de chances que la collaboration continue.

Quoi qu’il en soit, tes premières missions t’apporteront beaucoup d’avantages :

  • Acquérir de nouvelles compétences.
  • Créer ton portfolio.
  • Recueillir des témoignages sur LinkedIn ou sur les plateformes freelance.
  • Avoir des recommandations pour d’autres missions.
  • Comprendre la relation client-freelance.
  • Poursuivre sur une mission long terme.

La meilleure façon de trouver tes missions d’essai c’est d’utiliser ton réseau, car il y a déjà un lien de confiance, ils pourront donc plus facilement collaborer avec toi ou te recommander à leurs contacts.

Signer des missions à l’infini

Maintenant que tu as acquis de l’expérience grâce à des missions courtes, il s’agirait de transformer l’essai. Parce qu’enchaîner les petites missions, c’est épuisant, tu dois sans cesse en trouver des nouvelles, établir une relation client, définir ton cadre de travail, etc.

Pour te bâtir une activité freelance stable et rentable, je vais t’expliquer comment transformer une mission d’essai en mission longue durée et arrêter de courir après les clients comme un hamster.

En freelancing, le but est d’avoir des missions stables, sur le long terme, et bien payées. Ainsi, tu évites de perdre du temps à prospecter de nouveaux clients, à gérer l’administratif, etc.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’un client satisfait est un client pour la vie ! Et pour le satisfaire au mieux, tu dois d’abord lui poser les bonnes questions pour cerner ses attentes, son problème, et lui apporter la solution idéale.

Essaye toujours de dépasser les attentes de ton client, livre-lui une mission parfaite pour qu’il ait envie de travailler à nouveau avec toi et qu’il ne puisse plus se passer de toi. Et même si tu y passes plus de temps que prévu, dis-toi que c’est un investissement qui peut payer plus tard.

Alors, ne considère jamais une mission à court terme comme inutile, car elle peut t’apporter de belles opportunités et déboucher sur quelque chose de bien plus intéressant.

Sois force de proposition et montre à ton client que tu cherches réellement à faire progresser son business. Petit à petit, tu deviendras indispensable à ses yeux et pourquoi pas devenir son partenaire stratégique.

Comment prospecter en freelance ?

« Ok, super Ambroise, trouver une mission long terme j’ai bien compris. Mais je le trouve où ce client idéal ? »

J’y viens ! ?

Qui prospecter en freelance ?

Les premières questions à te poser sont :

  • Qui vas-tu cibler ? Plutôt des multinationales ? Des PME ? Des TPE ?
  • Dans quel domaine ?
  • Est-ce que ça correspond à tes compétences ?

Ensuite, tu dois bien connaître ta cible pour définir ton offre :

  • Quels sont les besoins de cette entreprise ?
  • Que peux-tu leur apporter ?

Enfin, tu dois travailler ton positionnement :

  • Comment peux-tu te différencier des autres freelances ?
  • Quelle est ta plus-value ?

Une fois que tu as défini tout cela, tu es prêt à trouver tes clients idéaux et à les contacter.

Où démarcher tes futurs clients ?

Le réseau que je préfère pour le démarchage client, c’est LinkedIn (j’y reviens en détail dans la suite du guide).

Tu peux aussi faire de la prospection par email.

Comment les contacter ?

L’étape suivante, c’est évidemment de contacter tes prospects.

Je te recommande d’envoyer un message en 2 parties :

  1. Tu vas d’abord amorcer le message avec une accroche pour avoir l’attention de la personne et créer du lien. Tu peux par exemple trouver un point commun (vous avez fait la même école, vous avez des contacts en commun, vous avez bossé dans la même entreprise, etc.).
  2. Ensuite, tu vas pouvoir poser une question. Mais pas n’importe quelle question. Une question stratégique ! L’idée c’est d’en savoir plus sur leurs besoins pour leur proposer la solution parfaite par la suite, sans être trop direct.

Le but est de susciter la curiosité de ton prospect et lui faire comprendre que tu peux lui apporter quelque chose. Cela te permet également de qualifier la personne et voir si une collaboration est possible.

Note importante : ne pas confondre message de prospection et SPAM ! Un message de prospection, s’il est bien fait, va apporter de la valeur à la personne en lui présentant une solution dont elle n’a peut-être pas encore conscience, et en lui suggérant des axes d’amélioration par exemple.

Je sais que beaucoup de personnes n’aiment pas la prospection. Mais tu dois comprendre que toutes les entreprises ont des besoins et qu’elles n’attendent qu’une chose : trouver LA solution à leur problème. Et cette solution tu peux leur apporter, donc tu DOIS leur proposer tes services et c’est normal qu’ils te payent pour ça.

Une fois que tu auras compris cela, tu seras beaucoup plus à l’aise pour proposer tes services, car tu seras en position d’apporteur de solution, et non pas en « spammeur ».

Le but de ton démarchage, c’est aussi de proposer un appel pour continuer à creuser sur les besoins du client et instaurer un lien de confiance.

Pour booker les appels clients, j’utilise un outil qui s’appelle Calendly. C’est super pratique pour proposer mes différents créneaux libres et donner les informations sur le moyen de se connecter au rdv.

Réussir ses appels clients

Tu as réussi à décrocher un appel avec un potentiel client ? Super !

Cette étape est cruciale pour débuter la collaboration sur de bonnes bases et faire une proposition commerciale qui sera acceptée.

Dans cette vidéo, je t’explique le déroulé d’un appel client parfait, les questions que tu dois poser, et je te dévoile mes conseils secrets pour faire bonne impression.

Comment faire un devis freelance ?

La suite logique, c’est de proposer un devis. Tu n’en as jamais fait ? Pas de panique, je vais t’expliquer comment faire.

Proposition commerciale, devis, propale, peu importe comme tu l’appelles, cette étape n’est pas à négliger si tu veux signer un contrat avec ton client.

Tout d’abord, le but de la proposition commerciale est de rappeler au client que tu as compris sa situation, ses besoins et lui apporter une solution grâce à ton offre.

À la fin de l’appel client, je te conseille de lui annoncer que tu lui enverras un devis à telle date (le jour même ou le lendemain) pour montrer ton professionnalisme et ton envie de collaborer avec lui.

Le format

Au niveau du format, je te conseille de créer un template que tu utiliseras à chaque propale pour gagner du temps. De mon côté j’utilise Google Slides que je transforme en PDF avant de l’envoyer à mon client.

Le plan

Que dois-tu mettre dans ton devis ?

  • Travailler le branding : ajouter le logo et les couleurs du client (et ton logo si tu en as un) pour paraître plus professionnel.
  • Rappeler la situation du client : montrer que tu as bien compris sa réalité actuelle.
  • Détailler ses besoins : si tu as posé les bonnes questions, tu connais ses besoins que tu vas pouvoir détailler sous forme de bullet points.
  • Parler de ton expertise : quelle(s) solution(s) peux-tu lui apporter ? Quelle est ton expérience ? Tu peux aussi apporter des témoignages d’anciens clients ou des résultats que tu as eu pour prouver ta valeur.
  • Mettre en avant ta différenciation : quel est ton positionnement ? Comment te démarques-tu de la concurrence ?
  • Présenter ton offre et les différentes phases que tu vas suivre : en fonction de ton service, tu peux proposer une première phase d’analyse, puis une phase de mise en action, etc. Tu peux proposer plusieurs forfaits et cela doit rester flexible et s’adapter selon le client et son budget.
L’envoi et les relances

L’email qui accompagne ton devis doit lui aussi être professionnel et doit poser une question ouverte du type « qu’en pensez-vous ? ».

Les relances sont aussi très importantes. Si le client ne répond pas tout de suite, c’est peut-être qu’il est tout simplement occupé, donc il ne faut pas hésiter à le relancer et laisser la porte ouverte pour adapter la proposition selon ses besoins.

Au bout de 4 relances, et sans réponse de sa part, pose un ultimatum à ton client pour qu’il prenne une décision, en disant que tes disponibilités s’épuisent.

À la fin, vous devez trouver un terrain d’entente pour établir une relation gagnant-gagnant et signer le précieux contrat.

Comment trouver des clients sur Facebook ?

Ok, là tu dois te dire « Facebook c’est perso, moi je n’ai que mes potes et ma famille dessus… ». Alors oui, mais tout le monde est sur Facebook, donc tes prospects aussi, et je vais t’expliquer comment tirer parti de ce réseau social pour trouver tes prochains clients.

Pour rappel, le processus de vente en freelance se déroule en plusieurs étapes :

  • la découverte ;
  • l’intérêt ;
  • la discussion par message (Messenger) ;
  • l’appel ;
  • la proposition ;
  • le début du contrat.

Effectivement, Facebook c’est un réseau plus privé que LinkedIn ou Instagram, mais cela ne t’empêche pas de rendre ton profil professionnel.

Si tu souhaites faire de la prospection freelance sur Facebook, tu dois choisir une photo de profil et une photo de couverture correctes (pas une photo de ton chat ou de toi en soirée), soigner le contenu que tu publies, et tu peux même ajouter une phrase de description pour annoncer ta proposition de valeur en freelance (« j’aide les… X à… Y grâce à… Z »).

Maintenant que ton profil est propre et attractif, rentrons dans le vif du sujet.

Où trouver des prospects sur Facebook ?

Dans les groupes Facebook :

Les groupes Facebook sont une véritable mine d’or pour trouver des leads. Tu y trouveras des personnes qui ont un intérêt commun.

Tu peux par exemple rejoindre des groupes qui publient des annonces et des offres de mission dans ton domaine d’activité freelance. Réponds aux offres si elles t’intéressent, mais propose aussi tes services pour que la communauté voit que tu existes.

Je te préviens quand même, dans les groupes Facebook c’est la jungle ! Dès qu’une annonce sera postée, tu verras une cinquantaine de personnes se ruer dans les commentaires pour entrer en contact avec l’entreprise. À toi de te démarquer de la masse en ayant un profil sérieux et une approche professionnelle.

► En prospectant :

Tu peux toi-même prendre contact avec des entreprises pertinentes que tu as identifiées dans les groupes.

Par exemple, si tu fais de la publicité Facebook et que tu vois que quelqu’un pose beaucoup de questions sur le sujet et semble perdu, tu peux lui envoyer un message pour lui proposer un appel.

► Sur Facebook Jobs :

C’est une fonctionnalité que peu de gens connaissent, mais c’est pourtant une bonne source de missions. Dans la barre latérale de ta page d’accueil, tu verras une section « Jobs ». Les entreprises peuvent y poster leurs annonces et tu peux même activer des alertes pour être au courant des dernières offres.

► En créant une ressource :

Cette technique ne s’applique pas qu’à Facebook. Elle consiste à créer une ressource gratuite pour aider ta cible. Par exemple, si tu es freelance en Facebook Ads, tu peux offrir un guide qui explique comment lancer ses premières pub et être rentable.

Fais la promotion de cette ressource dans les groupes pertinents, et offre-la à tes prospects en échange de leur mail. Une fois que tu auras rentré leur adresse dans ta base de données, tu vas pouvoir leur envoyer des newsletters régulièrement et subtilement leur proposer de réserver un appel.

Tu leur as apporté de la valeur donc ils te font davantage confiance et seront plus susceptibles de faire appel à tes services.

Tu peux également proposer ce guide via la publicité payante si tu as le budget.

Comment trouver des clients freelance sur LinkedIn ?

Tu le sais, LinkedIn est le réseau social pro par excellence. Si tu es freelance et que tu n’y es pas, tu rates quelque chose !

Comment trouver des prospects sur LinkedIn et les transformer en clients ? Je t’explique tout.

► Soigner son profil LinkedIn freelance

La base, c’est d’avoir un profil LinkedIn optimisé. C’est un peu ton CV en ligne et ce que les gens vont regarder en premier.

Que tu prospectes via LinkedIn ou ailleurs, tes clients auront souvent le réflexe d’aller voir ton profil sur cette plateforme pour connaître ton parcours.

Pour avoir un profil LinkedIn freelance au top, remplis correctement toutes les sections :

  • Une photo de profil et de couverture professionnelles (et je t’explique pourquoi tu ne dois PAS mettre le #opentowork dans cet article).
  • Une headline, la phrase qui résume ce que tu fais est très importante car elle apparaît dans les résultats de recherche et quand tu envoies des messages. Je te recommande de suivre la structure « j’aide les X (ta cible) à Y (ton offre) grâce à (ton positionnement) », et d’ajouter 1 ou 2 émojis en rapport avec ton activité.
  • Une description : présente-toi, explique ce que tu fais, tu peux y mettre des témoignages, etc.
  • La preuve sociale est très importante ! Si tu as plus de 500 relations, c’est mieux. L’idéal est d’avoir également des recommandations.
  • Ajoute tes skills et compétences.
  • Traduis ton site dans les langues que tu maîtrises.

► Comment démarcher des clients sur LinkedIn ?

Détermine d’abord qui tu veux contacter. Identifie ta cible et utilise les filtres de la recherche pour toucher les personnes potentiellement intéressées par tes services.

Ensuite, le message que tu vas envoyer est crucial et doit reprendre la structure en 2 parties que nous avons vue plus haut.

  1. Brise la glace en trouvant un point commun (même école, même entreprise, relations en communs, etc.)
  2. Pose une question pour attiser la curiosité et qualifier ton prospect.

Si ton prospect répond, la suite de la conversation aura pour but de réserver un appel lors duquel tu pourras creuser sur ses besoins et analyser sa situation pour lui faire une proposition commerciale.

N’oublie pas de solliciter ton réseau en leur disant que tu te lances en freelance et que tu cherches des clients.

► Utiliser la fonctionnalité Job de LinkedIn

La fonctionnalité Job peut te permettre de trouver des missions en filtrant selon tes critères. Tu peux postuler à des jobs et les transformer en contrats freelance.

► Trouver des missions freelance dans les groupes LinkedIn

C’est le même principe que pour Facebook, tu peux répondre à des offres ou toi-même poster une annonce.

La technique de la ressource gratuite fonctionne aussi très bien sur LinkedIn. Donc n’hésite pas à proposer ton guide en échange d’une adresse mail sur les différents groupes ou sur ton profil personnel.

Comment trouver des clients sur Instagram ?

► Optimiser son profil Instagram

La première chose à faire c’est de mettre ton profil Instagram en mode professionnel pour pouvoir ajouter ton métier et mettre un lien dans ta bio qui renvoie vers tous tes liens importants (ton site, ton Calendly pour réserver un appel, ton contenu, etc.).

Pense aussi à inclure des mots-clés dans ta description en rapport avec ton activité pour que les gens te trouvent. Encore une fois, ta proposition de valeur doit apparaître sous la forme « j’aide les X à Y grâce à Z », tu commences à connaître !

► Envoyer un message privé

Le message de prospection fait partie du processus de vente, c’est là que tout va se passer. Le but est toujours le même : booker un appel avec ton prospect. Pour cela, tu dois parfaitement identifier ta cible.

Tu peux aussi envoyer un message à chaque nouvelle personne qui s’abonne à ton compte pour l’accueillir dans ta communauté et créer du lien.

► Créer du contenu

Instagram est la plateforme par excellence pour créer du contenu visuel. Ce qu’on cherche à faire ici, c’est apporter de la valeur aux personnes qui te suivent et qui sont potentiellement intéressées par tes services freelance. Ainsi, tu montes dans leur estime, ils te considèrent comme un expert du domaine et s’ils doivent faire appel à quelqu’un dans ton domaine, ils penseront à toi.

Publier régulièrement va t’apporter de la crédibilité, mais aussi de la visibilité et des prospects qui te contacteront d’eux-mêmes.

► Interagir avec son audience

Instagram est un réseau social, donc les interactions sont très importantes. Suis des comptes intéressants dans ton domaine, like et commente les posts, réponds aux commentaires sous tes propres publications.

Ça peut aussi te permettre d’engager la conversation en message privé.

Maintenant que tu es un pro de la prospection freelance, on va pouvoir passer à l’étape suivante, qui est tout aussi importante.

Étape 3 : mettre en place son écosystème administratif

Arrivé à cette étape, tu dois avoir trouvé ton premier client. Félicitations !

Sauf que maintenant, c’est un peu la panique à bord ! Comment gérer cette première mission ? Dois-tu signer un contrat ? Comment facturer ? Et côté administratif, que dois-tu faire ? No stress, suis le guide !

Premier client freelance : comment faire ?

Que tu sois débutant ou confirmé, il y a des étapes à ne pas négliger pour que la collaboration se passe bien :

  • Bien définir la relation avec ton client. Comment vas-tu communiquer avec lui ? Quelles sont ses attentes ? Comment va-t-il te payer ? Etc.
  •  Sécuriser la collaboration avec un contrat pour s’assurer que vous êtes d’accord sur tous les points.

Signer un contrat freelance

Le contrat est un accord signé par les deux parties qui définit précisément les termes de la mission. C’est une assurance très utile si les choses se passent mal.

Tu trouveras plein d’exemples de contrats freelance en ligne, mais l’essentiel c’est que les choses suivantes y figurent :

  • Présenter qui sont les 2 parties (ton client et toi), contact, infos, etc.
  • Définir le travail attendu des deux côtés.
  • Déterminer le moyen de communication : où, quand, comment ?
  • Mission précise et limitée dans le temps, ou contrat long terme.
  • Préciser la tarification (forfait, tarif horaire, journalier, etc.), le moyen de paiement (virement ou autre), la date et les pénalités en cas de non-paiement.
  • Signatures des deux parties. Je te recommande Hellosign.

Facture freelance : comment bien la rédiger ?

Je te conseille d’envoyer ta première facture avec le contrat et de demander un acompte avant de commencer la mission.

Attention, en France et dans d’autres pays d’Europe, tu dois obligatoirement avoir un statut juridique de travailleur indépendant pour pouvoir facturer. Tu peux créer ton statut auto-entrepreneur freelance très facilement et rapidement en ligne.

Tu trouveras plein de modèles de factures freelance sur Internet, mais je te recommande l’outil Zoho Invoices qui est très complet et pratique à prendre en main.

Sur ta facture, doivent figurer les éléments suivants :

  • date de la facture ;
  • délai de paiement maximum ;
  • numéro de facture ;
  • nom et adresse des 2 parties ;
  • détails du travail ;
  • TVA si applicable ;
  • montant total de la facture ;
  • infos de paiement (coordonnées bancaires) ;
  • pénalités de non-paiement.

Une fois que le contrat a été envoyé et signé, la facture payée, félicitations tu peux démarrer ta première mission !

Étape 4 : déterminer sa cible, son offre et son positionnement

Dois-tu devenir un freelance généraliste pour avoir un maximum de missions, ou au contraire te spécialiser et devenir un expert dans un domaine bien précis ?

Quand on débute en freelancing, on a tendance à dire oui à toutes les missions, et j’ai été le premier à le faire. Tu es content et fier de pouvoir toucher à tout, et tu te dis que même si tu n’y connais pas grand chose dans cette branche, tu vas pouvoir trouver la solution sur Internet parce que tu es débrouillard.

Prenons un exemple. Si tu dois subir une opération du coeur, préfères-tu te faire opérer par un chirurgien cardiaque qui fait ça depuis 20 ans et qui a un très bon taux de réussite, ou bien par un médecin généraliste qui fait des opérations du coeur sur son temps libre ?

Je pense que tu vois où je veux en venir… L’idéal c’est de restreindre ta cible et de te spécialiser pour que ton offre et ton positionnement collent parfaitement aux besoins de tes clients. Il vaut mieux que tu restes dans ta zone de génie pour devenir un freelance incontournable de ton secteur.

Dans cette vidéo, je t’explique quelle est cette malédiction et comment en sortir rapidement pour faire décoller ta carrière d’indépendant.

Étape 5 : devenir freelance professionnel

Comment fixer ses tarifs en freelance ?

Combien gagne un freelance ? Comment fixer ses tarifs ? Tu te poses sûrement ces questions si tu souhaites te lancer en freelance.

Et si tu es déjà en activité, tu te demandes peut-être si tu factures assez ? Cette question est légitime. Je vais t’expliquer quelles sont les bases de la tarification en freelance et combien tu peux espérer gagner en étant à ton compte.

Il y a différentes façons de fixer ses tarifs en freelance :

  • tarif horaire ;
  • tarif journalier moyen (TJM) ;
  • tarif au forfait ;
  • tarif à l’intéressement ou aux variables. Si tu travailles en marketing ou en vente, ça peut être intéressant.

Pour simplifier, je vais utiliser le taux journalier moyen pour mes calculs.

Prenons une base de 30 jours pour calculer ton revenu mensuel. Je ne connais aucun freelance qui travaille 7 jours/7, donc on va pouvoir enlever les jours non travaillés :

  • Si on enlève les week-ends, ça fait 8 jours en moins.
  • Disons que tu prends 2 jours par mois pour des vacances (ça fait 3 semaines et demi sur 1 an).
  • En freelance tu as aussi des tâches administratives, de la comptabilité, de la prospection, etc. Ce sont autant d’heures que tu ne passes pas à travailler pour tes clients. Pour cela, on va enlever encore 2 jours.

Ce qui donne 18 jours de travail par mois.

Tu dois également penser aux charges que tu vas devoir payer, aux impôts, aux outils que tu utilises pour ton activité de travailleur indépendant, etc.

Donc au final, pour fixer tes tarifs, détermine combien il te faut pour vivre, tout en prenant en compte les charges que tu as, si tu veux mettre de côté pour ta retraite, etc. et divise ce montant par le nombre de jours de travail dans un mois, soit 18 jours. Voici ton TJM !

Évidemment, ce calcul est théorique et ton TJM va pouvoir évoluer avec ton expérience et les résultats que tu apportes à tes clients, mais au moins ça te donne une référence de base pour démarrer.

Sache qu’avec un tarif journalier moyen à environ 150 €, et en enlevant toutes tes charges, tu gagnes presque un SMIC en France !

Personal branding en freelance

“Votre marque, est ce que les gens disent de vous lorsque vous n’êtes pas dans la pièce”. Jeff Bezos

Le PDG et fondateur d’Amazon souligne ici l’importance d’avoir une bonne marque. En freelancing, c’est la même chose. Ton personal branding te permettra d’attirer plus de clients et d’augmenter tes tarifs.

Le personal branding d’un freelance ne reflète pas seulement ses compétences, mais aussi sa réputation, sa crédibilité, et sa régularité dans la qualité du travail qu’il fournit.

Dans cette 5e étape pour devenir freelance professionnel, je te dévoile les 7 règles pour créer ton image de marque efficace, afin d’attirer des clients et augmenter ton taux horaire.

1. Définir son personal branding

Définir son image personnelle, ça se travaille. Elle doit notamment refléter tes valeurs, ta mission, ta vision, ton histoire et ta personnalité.

2. Travailler sa façon de s’exprimer

Ta façon de t’exprimer doit refléter tous les éléments que tu as définis précédemment. Ta façon d’écrire, de parler, de faire des vidéos, doit transmettre tes valeurs et ta vision.

Il faut que tu laisses l’empreinte de ta personnalité dans chaque contenu que tu crées, et que ton style soit clairement identifiable et reconnaissable.

3. Créer des visuels attractifs

L’expression visuelle de ta marque est tout aussi importante que son expression écrite. Choisis un logo, des couleurs, une police d’écriture, qui représentent tes valeurs.

Pour cela j’utilise l’outil Canva qui te permet gratuitement et en quelques clics de créer des visuels très cools.

4. Créer son site web

Ton site web personnel, c’est un peu ta carte de visite en ligne. C’est très important pour ton personal branding car c’est un espace que tu vas pouvoir contrôler en y mettant ce que tu veux que les gens voient de toi.

C’est souvent ce qui apparaîtra dans les premiers résultats de Google quand des personnes vont chercher ton nom, donc soigne ton site web, c’est ta vitrine !

Choisis un nom de domaine simple qui te suivra durant tous tes projets. Je te recommande d’utiliser ton prénom-nom.com, comme moi j’ai utilisé ambroisedebret.com.

Pour le côté technique, je te conseille l’hébergeur siteground avec leur forfait start up qui n’est pas très cher. Tu vas pouvoir acheter directement ton nom de domaine et installer WordPress en un clic. Sur mon site, j’utilise le thème Divi qui est très facile à prendre en main, avec des outils très utiles.

5. Utiliser un email pro

Avec ton nom de domaine, tu vas pouvoir créer une adresse email professionnelle. Pour te donner un exemple, la mienne c’est [email protected]. Ça fait beaucoup plus pro et crédible.

Pense aussi à créer une signature d’email professionnelle avec ta photo, tes services, les moyens de te contacter, tes réseaux sociaux, etc. Pour faire cela, j’utilise un outil gratuit de Hubspot.

6. Établir sa présence sociale

Pour établir ta présence sociale, je te recommande de créer un compte sur tous les réseaux sociaux pour « réserver » ton nom : Facebook, LinkedIn, Twitter, Pinterest, Instagram, etc.

Sur quel réseau ton public cible est-il présent ? Plutôt Instagram ? Facebook ? Quel genre de contenu consomme-t – elle ? Pose-toi ces questions, et une fois que tu as clairement défini ta stratégie, concentre-toi sur 2 réseaux sociaux pour créer du contenu régulier et adapté à ta cible. Tu peux évidemment automatiser la publication pour gagner du temps.

7. Créer du contenu

En créant du contenu à haute valeur ajoutée, tu vas devenir la personne de référence dans ton domaine. Créer du contenu qui répond aux questions et aux besoins de tes clients cibles, c’est le principe de l’inbound marketing.

Ainsi, tu attireras des prospects qualifiés et tu créeras une relation de confiance avec eux. En publiant régulièrement, tu vas rester dans leur esprit et quand ils auront besoin de tes services, ils penseront à toi.

En devenant une référence dans ton domaine, on va sûrement te demander des interviews ou des positionnements médias. Évidemment, tu dois les accepter ! C’est une aubaine pour asseoir ta crédibilité, ton expertise, et renforcer ta preuve sociale.

J’ai moi-même été mentionné dans plusieurs médias comme Management, Les Echos, Infopresse, Les Affaires, etc.

L’avantage de la création de contenu en freelance, c’est que ça reste dans le temps et que ça peut te rapporter des clients même des années après, comme ça a été le cas pour moi.

Création de contenu en freelance : pourquoi et comment faire ?

Tu l’as vu, la création de contenu est très importante pour ton personal branding. Mais est-ce nécessaire dans ton cas ?

Quel est l’intérêt de créer du contenu en freelance ?

La réponse courte : pour avoir des clients qui frappent à ta porte sans que tu n’aies à les prospecter.

La réponse longue (et pour savoir comment faire et quel type de contenu créer) dans cette vidéo :

Pourquoi créer son site web quand on est freelance ?

Si tu as bien suivi, la règle n° 4 du personal branding c’est créer un site web pour son activité freelance. C’est un outil hyper puissant qui te suivra tout au long de ta carrière.

Quels sont les avantages d’avoir un site web professionnel quand on est indépendant ?

  • C’est un espace que tu contrôles à 100 %. Tu peux y raconter ton histoire, présenter tes services, ajouter des témoignages clients, faire passer un message sans intermédiaire, etc.
  • Tu peux y regrouper tout ton contenu (articles de blog, vidéos, podcasts, etc.), et ainsi attirer des prospects qui font des recherches sur le sujet.
  • Cela renforce ta crédibilité et te positionne en expert.

Ton site est ta vitrine et le reflet de ton activité. Mais attention, il y a des choses à faire et à ne pas faire pour avoir des résultats grâce à ça.

Comme une image (bon ok, là c’est une vidéo) vaut mille mots, j’analyse en vidéo le site web d’un freelance débutant pour te montrer les bonnes pratiques à suivre (ou pas). N’hésite pas à mettre la vidéo sur pause pour prendre des notes car tu vas recevoir beaucoup de conseils. ?

Tu as maintenant toutes les clés en main pour te créer un personal branding au top ! Création de site, contenu, email pro, logo, preuve sociale, positionnement… Tout cela n’a plus de secret pour toi.

Pour aller encore plus loin et finir en beauté sur le thème de la marque personnelle en freelance, je t’invite à écouter cette interview que j’ai faite avec Alex Vizeo, le king du personal branding !

Il explique notamment comment il est passé de salarié à la SNCF, à un des top 15 influenceurs voyage mondiaux, pour aujourd’hui être formateur en personal branding.

TOP 35 des outils pour freelance

Bon, maintenant que tu es un freelance aguerri, tu as sans doute remarqué que tu avais beaucoup de tâches différentes à faire : gérer ta comptabilité, prospecter, faire signer des contrats, faire ton suivi client, etc.

Des tâches répétitives qui prennent beaucoup de temps et d’énergie ! Et je ne sais pas pour toi, mais moi je n’ai pas signé pour être un robot.

Heureusement, il existe de nombreux outils pour optimiser et automatiser ces tâches. Génial, non ?

Dans ce guide, je partage avec toi plus d’une trentaine d’outils que j’utilise pour être plus productif et gagner du temps dans ma vie d’indépendant. C’est parti !

(L’émoji ? signifie qu’une application mobile existe)

Coworking/cafés

► Prospection

► Internet et VPN

► Appels et communication

► Banque et paiements

► Administratif et compta

► Personal branding

► Gestion du temps

► Automatisation et productivité

Tu vois qu’il existe une tonne d’outils pour aider les freelances à gagner en productivité et en temps. Utiliser les bons outils peut vraiment faire la différence dans ta vie d’indépendant et dans la qualité de tes missions.

Voilà ! Tu connais enfin les 5 étapes pour devenir freelance et vivre de ton activité en ligne ! J’espère que ça t’a plu et que tu y vois plus clair dans tes futurs choix professionnels.

Ce guide t’a aidé ? Alors ce que je vais t’offrir va te permettre de creuser le sujet encore plus en profondeur.

J’ai créé une série de 7 vidéos qui regroupent les informations essentielles pour te lancer en freelance. Cette formation vidéo offerte a déjà aidé plus de 2500 freelances en devenir, et elle t’aidera toi aussi à commencer dans cette voie.

Comment devenir freelance

Clique ici pour récupérer ta formation pour devenir freelance. C’est cadeau !

Tu pensais que j’allais te quitter maintenant ? Non, j’ai encore trop de précieux conseils à te donner. ?

Notamment, un sujet qui revient souvent chez les personnes en quête d’indépendance et de changements professionnels.

Comment passer de salarié à freelance ?

Sur le papier, ça a l’air simple ces 5 étapes pour devenir freelance (quoique…). Mais concrètement, comment passer d’employé à indépendant et freelance ?

Tu n’as qu’une envie c’est de tout plaquer et démissionner maintenant ? Avant de brûler les ponts et tout quitter, tu devrais y réfléchir à 2 fois…

Tu n’en as peut-être pas conscience, mais être salarié est une chance ! Tu as un revenu régulier, tu as un cadre de travail et ça sera un tremplin pour ta carrière freelance.

Je te déconseille donc vivement de quitter ton emploi si tu n’es pas encore stable financièrement en freelance.

De plus, la beauté du freelancing c’est que c’est hyper flexible. Tu peux travailler quand tu le souhaites, donc tu vas pouvoir construire ton projet en parallèle de ton emploi.

Je te conseille de réserver des créneaux durant lesquels tu vas passer à l’action en freelancing :

  • le matin avant le travail ;
  • à la pause du midi ;
  • le soir ;
  • le week-end.

Une petite voix dans ta tête te dit « je n’ai pas le temps ? »… Ok, je comprends. On a tous des obligations. Mais si devenir freelance et indépendant est ta priorité, alors je t’assure que tu trouveras le temps. Par exemple, combien de temps passes-tu sur Netflix ou sur les réseaux sociaux au lieu de construire ton projet liberté ?

Trouver des missions ne se fait pas du jour au lendemain donc, encore une fois, ne saute pas de l’avion sans parachute, car tu risques de te faire très mal.

Construis un plan cohérent, comprends ton marché, forme-toi, valide chaque étape pour devenir freelance, et une fois que tu as plusieurs clients réguliers et que ton activité tourne bien, tu peux envisager de t’y mettre à temps plein.

Ça peut prendre du temps, mais crois-moi, tu seras beaucoup plus serein et professionnel dans ton activité freelance si tu as ton salaire d’employé qui tombe tous les mois.

Dernier conseil avant de te lancer, prévois toujours 6 mois de budget de vie de côté. Tu le sais, en freelance il peut y avoir des mois moins rentables que d’autres, il faut donc avoir de l’argent de côté pour prévenir les aléas de la vie.

Transformer son emploi en mission freelance

Dans la première étape pour devenir freelance, je t’ai expliqué que tu pouvais transformer ton métier actuel en mission freelance.

Évidemment, ça ne concerne pas toutes les professions. Par exemple, si tu travailles dans une usine, ça va être compliqué de te mettre à ton compte dans ce domaine.

Dans cette vidéo, je t’explique comment faire pour passer freelance dans ton métier actuel.

La « vraie » vie de freelance

On me dit souvent que j’ai de la « chance » de voyager tout le temps et d’être libre…

Alors oui, j’ai une qualité de vie particulièrement agréable, mais c’est le résultat de plusieurs années de travail acharné, et encore aujourd’hui de longues heures de boulot.

Et non, le freelance digital nomad ne travaille pas depuis un transat sur la plage avec une coconut à la main.

On n’a rien sans rien. Mais tu peux aussi le faire !

Être Digital Nomad Freelance

Pour te mettre l’eau à la bouche et te donner envie de passer à l’action, voici un aperçu de ma vie de digital nomad freelance.

Dans cette vidéo, tu vas découvrir mon quotidien de nomade en Thaïlande et les activités de mes amis qui travaillent eux aussi à leur compte.

Alors, ça donne envie ?

La semaine de 4 h appliquée au freelancing

« La semaine de 4 heures » de Tim Ferriss a littéralement changé ma vie. C’est grâce à ce livre que j’ai réalisé que je voulais voyager en travaillant et devenir digital nomad.

Malheureusement, les principes de ce livre sont souvent mal compris. Il ne s’agit pas vraiment de travailler 4 h par semaine.

Je vais t’expliquer comment tirer parti de ce livre et comprendre les concepts à appliquer dans ton activité freelance.

Dans son livre, Tim Ferriss parle surtout d’entrepreneuriat et de la création de produits à vendre en ligne. Mais en réalité, les principes s’appliquent à n’importe quel type d’activité, tant qu’elle est faite pour avoir plus de liberté.

Le livre « La semaine de 4 heures » est divisé en 4 grandes parties : DEAL.

  • Définition
  • Élimination
  • Automatisation
  • Libération

1. Définition

Dans la première partie du livre, l’auteur t’invite à définir ton but dans la vie, tes objectifs, le style de vie que tu aimerais avoir.

Fais l’exercice. Questionne-toi sincèrement sur ce que tu veux dans la vie et pourquoi.

2. Elimination

Connais-tu la loi de Pareto (ou loi 80/20) ? L’idée c’est que 20 % de ce que tu fais va te procurer 80 % de tes résultats.

C’est un concept très important en freelance, car ça veut dire que 20 % de tes clients génèrent 80 % de ton chiffre d’affaires. Ou encore, 20 % de tes clients causent 80 % de ton stress (ceux-là il faut s’en débarrasser ?). Tu vois le principe ?

La loi de Pareto permet d’éliminer ce qui n’est pas essentiel et qui ne fait pas 80 % de ton succès. Priorise les tâches qui sont vraiment rentables et retiens que ce que tu fais est plus important que comment tu le fais.

Pour gagner en productivité, pense aussi à automatiser toutes tes tâches récurrentes (compta, onboarding des nouveaux clients, contrats, etc.).

3. Automatisation

Quand tes revenus deviennent suffisamment élevés, l’idée c’est d’optimiser ton temps en déléguant certaines tâches à moindre coût.

Tu peux créer un système pour te remplacer, travailler avec des personnes qui vont répondre à tes emails, s’occuper du suivi client, etc. pour te décharger.

Le but ultime, selon Tim Ferriss, c’est de créer une « muse », un business qui génère de l’argent quand tu dors.

Appliqué au freelancing, il s’agit de devenir un expert dans ton domaine pour pouvoir facturer plus cher et diminuer tes heures de travail.

4. Libération

Pour être libre et quitter ton boulot, commence le freelancing en parallèle le plus tôt possible. Et petit à petit, au fur et à mesure que ton activité devient stable, essaye de négocier un mi-temps ou du télétravail pour avancer sur ton projet.

Ensuite, quand tes revenus freelance dépassent ton salaire d’employé, à toi la liberté !

Je t’encourage vraiment à lire ce livre et à appliquer ses principes, en espérant qu’il change ta vie, comme il a changé la mienne.

Comment passer de freelance à freelance nomade ?

Peut-être que tu t’es mis à ton compte pour être plus libre de voyager et découvrir le monde. Mais actuellement, ce n’est pas encore le cas. Ton activité freelance commence à décoller et tu te dis que c’est le bon moment pour devenir freelance nomade et partir à l’aventure.

Voyager et travailler en même temps, c’est vraiment cool ! Je ne vais pas te dire le contraire, moi Ambroise, nomade digital depuis 5 ans. Mais la transition de freelance à freelance nomade ne doit pas se faire n’importe comment.

Quel revenu minimum dois-tu avoir ? Comment gérer la relation avec tes clients ? Auras-tu de bonnes conditions de travail (wifi, coworking, etc.) ? Dois-tu garder une adresse dans ton pays ? Et niveau fiscalité, qu’est-ce que ça donne ?

Je t’explique dans cette vidéo les prérequis avant de tout quitter et tenter le nomadisme digital.

Comment gérer le décalage horaire quand on est freelance digital nomad ?

Si tu veux devenir freelance nomade, tu vas devoir apprendre à bien t’organiser pour gérer le décalage horaire avec tes clients.

Après 5 ans de nomadisme digital, je suis devenu un expert dans le domaine. J’ai géré jusqu’à 12 h de décalage avec mes clients canadiens quand j’étais en Asie ! Je vais donc partager avec toi mes astuces et techniques d’organisation pour que ton activité de freelance nomade aille comme sur des roulettes !

Choisir et organiser ses missions

La première chose, c’est de choisir le bon type de missions. L’idée c’est d’avoir des clients qui sont ouverts au fait que tu travailles à distance, qui ont confiance en toi et ne vont pas surveiller chaque minute que tu passes à bosser pour eux, et surtout des clients qui sont axés sur les résultats que tu leur apportes.

Tu dois à tout prix éviter de travailler en même temps que tes clients, sinon ça va vite devenir ingérable. L’idéal c’est de trouver des missions asynchrones.

Sois transparent avec ton client, dis-lui que tu voyages et que tu risques de changer de fuseau horaire.

Avoir une bonne relation client

Pour rassurer ton client et t’assurer que tu vas dans la bonne direction, tu peux lui proposer de faire un point hebdomadaire.

  • Soit par appel vidéo si c’est une mission stratégique qui nécessite d’avoir une discussion avec le client.
  • Soit en envoyant une vidéo récap (via Loom) si c’est plus une mission d’exécution.

Je te recommande également d’échanger avec eux de manière asynchrone et d’avoir des outils de gestion de projet pour éviter de perdre du temps à faire des allers-retours.

S’organiser

Peu importe le métier que tu fais et où tu te trouves dans le monde, tu dois trouver une organisation qui te convient pour travailler en remote efficacement.

Personnellement, je fonctionne en blocs d’heures, et peu importe le fuseau horaire, je peux décaler ces plages de travail.

Par exemple, mes appels de coaching avec mes élèves Freemote se font principalement avec l’Europe. Donc quand je suis en Amérique, je les programme le matin, et quand je suis en Asie, c’est l’après-midi.

Pour y voir plus clair et t’organiser plus facilement pour tes appels, tu peux utiliser Calendly et World Time Buddy.

⏩ Tu veux en savoir plus sur le nomadisme numérique ? Retrouve mon guide complet sur comment devenir nomade digital.

Prendre des vacances en freelance

Même si tu es ton propre patron, il faut parfois savoir dire stop et prendre des vacances. Comme tout le monde, tu as besoin de te reposer si tu veux pouvoir donner le meilleur de toi-même.

Comment prendre ses vacances ?

Je sais que ce n’est pas évident de couper quand tu es en pleine mission, mais tu peux t’arranger pour que tout se passe bien avec tes clients en suivant les conseils suivants :

  • Mentionne-le dans ton contrat, définis quand tu peux prendre des vacances.
  • Préviens ton client au moins 1 mois à l’avance pour pouvoir planifier ton absence et ce que ça engendre dans le business du client.
  • Évite les périodes particulières (black friday, période de Noël, lancement, etc.).
  • Gérer la charge de travail et la facturation. Soit tu prends de l’avance avant tes vacances, soit tu rattrapes ton retard après, ou alors tout simplement tu ne factures pas le temps où tu es en vacances.
  • Demander à un ami freelance de te remplacer, ou d’être là en backup en cas de problème
  • Mettre en place un email automatique pour dire que tu es absent à telles dates et prévoir un moyen de contact d’urgence au cas où.

Prévoir ses vacances dans ses tarifs freelance

On en a déjà parlé dans la partie sur le calcul de ton taux journalier moyen, mais il est toujours bon de le rappeler : tu dois prendre en compte tes jours off dans tes tarifs car ce sont des jours où tu ne vas pas travailler.

Tu dois donc augmenter ton tarif « normal » pour compenser.

Par exemple, si tu veux prendre 3 semaines de vacances par an, ça correspond à 15 jours ouvrables, soit 1,25 jour par mois. Tu dois donc augmenter ton tarif des jours travaillés de l’équivalent de 1,25 jour.

Concrètement, si tu factures 100 € par jour, tu dois compenser tes vacances en ajoutant 1,25 jour à ton TJM, soit 125 € à répartir sur les 20 jours ouvrables du mois. Donc ton TJM passe à 106,25 €. Tu me suis ?

J’espère que cette explication est claire et t’aide à déculpabiliser de prendre des vacances en freelance et à le faire sans stress. Nous ne sommes pas des machines et nous avons tous besoin de repos !

Quelle suite après le freelancing ?

J’ai remarqué que beaucoup de freelances, après quelques années d’expérience, cherchaient à se diversifier pour arrêter d’échanger leur temps contre de l’argent.

Le freelancing, par définition, c’est vendre ses compétences à une entreprise en échange d’une rémunération. Mais au bout d’un moment, peut-être que tu auras envie d’avoir plus de temps libre ou de gagner plus d’argent. C’est là que l’entrepreneuriat entre en scène.

Avoir un side-project

Si tu es déjà en freelance, peut-être as-tu une idée de side-project qui te trotte dans la tête ?

Avoir un autre projet à côté de tes missions freelance, ça te permet de te diversifier et d’avoir une sécurité si jamais une collaboration prend fin. Ce n’est pas obligatoire évidemment, mais souvent la suite logique pour les personnes qui cherchent une vie de liberté.

L’idée c’est que tu lances un projet en parallèle de ton activité principale, pour la remplacer au fur et à mesure par tes nouveaux revenus.

Quand lancer un side-project ?

Tu peux lancer un projet parallèle une fois que ton activité freelance est bien lancée et que tu en vis à temps plein. Si ta situation est stable depuis au moins 1 an, tu vas pouvoir réfléchir à un business complémentaire si tu le souhaites.

Ne démarre pas trop tôt, car c’est le risque d’éparpiller ton énergie entre 2 choses que tu feras moyennement. Il vaut mieux développer à fond ton job freelance, jusqu’à ce que tu sois complètement serein et que ça tourne comme une horloge suisse, puis seulement ensuite démarrer un autre projet dans lequel tu vas pouvoir investir le reste de ton temps.

C’est l’erreur que j’ai faite à mes débuts. J’ai voulu tout lancer en même temps (freelancing, e-commerce, startup), et avec le recul, je pense que si j’avais été focus à 100 % sur un seul projet, j’aurais su plus vite si ça marchait ou pas, pour y mettre tous mes efforts et l’emmener loin plus rapidement.

Maintenant, la question cruciale c’est : dans quoi te lancer ? Le plus logique c’est d’exploiter tes compétences actuelles pour les mettre au service de différents types de projets pour devenir entrepreneur en ligne.

Partenariat stratégique avec ses clients

C’est une option qui est rarement envisagée par les freelances, alors que si tu apportes de bons résultats à ton client, et que tu représentes une dépense importante pour lui, pourquoi ne pas devenir partenaire de ce projet ? C’est une manière pour toi de te lancer dans un projet entrepreneurial d’indépendant.

C’est peut-être le moyen le plus simple de développer un side-project car tu te bases sur ta spécialité et la relation avec ton partenaire est déjà construite.

Infopreneuriat

Au lieu de vendre ton temps et tes compétences à un client contre de l’argent, tu peux créer un produit en ligne pour transmettre ces connaissances.

En infopreneuriat, tu peux faire des formations en ligne ou du coaching, et ainsi ne plus avoir cette corrélation temps/argent.

Si tu crées un e-book ou une formation vidéo, tu auras investi du temps une fois pour quelque chose qui te rapportera en illimité sur le long terme.

Une fois que ton produit en ligne a vu le jour, tu devras seulement travailler sur le marketing et la communication pour le vendre.

C’est d’ailleurs ce que j’ai fait. Après avoir développé à fond mon activité freelance, j’ai créé la formation en ligne Freemote pour accompagner les personnes à devenir freelance, puis la formation Freementor pour aider mes élèves à se lancer eux aussi dans l’infopreneuriat.

⏩ Plus d’infos sur mes différentes formations juste ici.

Startup

Tu peux créer un produit technologique qui répond aux besoins de tes clients. De mon côté, j’ai lancé en 2017 une startup sur la course à pied, basée sur des problèmes que j’avais expérimentés personnellement.

Identifie les besoins urgents et douloureux chez tes clients pour créer une plateforme qui leur apporte une solution.

E-commerce

Le e-commerce, c’est vendre des produits physiques en ligne. L’enjeu c’est de réussir à trouver des produits pour lesquels il y a une forte demande, mais aussi sur lesquels tu peux faire une marge suffisante après avoir déduit tous tes frais.

Cela demande des compétences en sourcing (pour trouver les produits) et en marketing web. Si tu es freelance en pub Facebook ou en SEO, ça peut être intéressant pour toi de mettre ces connaissances au service de ton side-project en e-commerce.

L’inconvénient d’une boutique en ligne, c’est qu’il faut investir de l’argent pour avoir les produits et tester les différentes campagnes publicitaires.

À l’inverse, l’avantage des autres types de side-projects que je t’ai cité, c’est que tu peux les prévendre et voir si ça fonctionne avant de le créer.

Comment gérer la transition ?

Comment passer de freelance à temps plein à entrepreneur en ligne libre ?

La première chose à faire, c’est d’arriver à te libérer du temps dans ton activité principale. Pour cela, tu peux :

  • Automatiser le maximum de choses.
  • Déléguer une partie de tes missions à des freelances débutants.

Ensuite, tu dois réserver des créneaux dans ton calendrier pour avancer sur ce projet. N’imagine pas que tu auras des revenus passifs dès le début, la construction d’un business en ligne prend du temps et nécessite beaucoup de travail pour décoller. Vois-le comme un investissement long terme qui peut te rapporter beaucoup.

Ne prends pas trop de risques non plus, remplace petit à petit tes revenus freelance par ton side-project. Tu devras sans doute tester différentes choses avant de trouver ce qui fonctionne.

Enfin, si ton business décolle, tu pourras lui accorder plus de temps et diminuer tes missions. C’est mon cas aujourd’hui, je suis 80 % entrepreneur pour 20 % freelance.

Prêt à devenir freelance ?

Pfiouuu on arrive enfin à la fin de ce guide ultime pour devenir freelance ! J’espère que ton cerveau n’a pas trop surchauffé avec cette tonne d’informations.

Pour résumer, le freelancing est selon moi le meilleur moyen pour devenir indépendant sur internet. Il y a moins de risques, tu peux trouver des clients facilement et gagner de l’argent en ligne rapidement.

À condition de bien suivre les étapes fondamentales :

  1. Te connaître et choisir ton métier d’indépendant.
  2. Savoir trouver des clients et des missions freelances.
  3. Mettre en place son écosystème administratif.
  4. Déterminer sa cible, son offre et son positionnement.
  5. Devenir un freelance professionnel et augmenter ses tarifs.

Et la suite ?

Si tu arrives ici et que tu vois le chemin pour devenir freelance comme une montagne infranchissable, mes différents programmes de la Freeschool peuvent d’aider :

? La formation Freenomade Start « Les 3 manières concrètes et éthiques de gagner ta vie en ligne pour devenir Digital Nomad » (ma recommandation #1 pour les débutants et la meilleure manière de continuer à recevoir mes conseils en continu).

? La formation Freemote Start « 3 mois pour démarrer ton projet Freelance et trouver tes premiers clients »  (accès 3 mois, sans coaching)

? La formation Freemote Full « La méthode de A à Z pour devenir Freelance, trouver tes clients et être libre » (accès à vie, 6 mois de coaching de groupe)

Dis-moi dans les commentaires ce que tu as pensé de ce guide, ça me ferait plaisir. ?

Maintenant, la balle est dans ton camp. Quand vas-tu passer à l’action pour devenir un freelance libre et heureux ?

 
5/5 - (10 votes)

Pin It on Pinterest

Share This