Devenir Nomade Digital

Devenir Nomade Digital, le Guide Ultime

Aaah devenir nomade digital !

Pouvoir travailler sur la plage, au soleil en buvant un cocktail depuis une noix de coco, hein ?

Pourtant, c’est…

  1. Impossible (et dangereux) de travailler en plein soleil et proche de l’eau 😂
  2. À peu près l’inverse du chemin qu’il faut parcourir pour devenir digital nomad

Mais, je te l’accorde : quel kiff une fois qu’on y est !

De mon côté, je suis nomade digital (et 100% indépendant) depuis 2017 et j’ai aujourd’hui visité 37 pays.

Tout a commencé lorsqu’un prof d’entrepreneuriat a présenté en classe la semaine de 4 heures, un livre magique qui a tout changé pour moi. À ce moment-là (2012), devenir nomade digital est devenu mon seul objectif.

J’ai TOUT essayé pour gagner ma vie en ligne pendant 3 ans d’efforts. Et alléluia, le 24 mars 2017, j’ai enfin pu m’envoler vers Bangkok avec mon ordinateur portable pour commencer ma vie nomade.

4 ans plus tard, je suis toujours nomade et je me suis donné comme mission d’aider 1 million de personnes à devenir libre grâce à internet (et digital nomad pour ceux qui le souhaitent).

Si tu lis ces lignes, c’est sûrement que c’est aussi ton objectif et je crois en ton succès à 200%.

Pour t’aider au maximum, j’ai mis au point ce guide ultime (à base de texte, de ressources et de vidéos) pour te donner toutes les clés pour y arriver toi aussi.

C’est parti !

Comprendre le nomadisme digital

 

Les définitions du nomadisme digital

Qu’est-ce qu’un Nomade Digital, Digital Nomad, ou encore nomade numérique ?

On commence par la définition pour plus qu’il n’y ait de doute possible pour la suite de ce guide.

Nomade Digital, ce sont deux mots (duuuh!) :

  • Nomade : signifie quelqu’un qui vit en se déplaçant, donc dans notre cas qui voyage
  • Digital : signifie que la personne travaille et vit de ses activités en ligne

Un nomade digital est donc quelqu’un qui vit de ses activités effectuées via internet et qui travaille à distance, tout en voyageant. (on verra ça dans l’étape 1 du guide).

Génial, non ?

Et comme tu peux le voir, on est bien loin des backpackers !

Être nomade digital, ce n’est pas un métier, mais bien un style de vie en recherche de liberté.

Ces libertés et avantages d’être nomade digital ce sont :

  • La liberté financière
  • La liberté géographique
  • Et la liberté temporelle

L’idée, c’est de créer la vie que l’on veut, donc selon ses critères.

Exemples pour clarifier encore

Est-ce que…

  • Un employé qui prend des vacances 3 mois par an pour voyager est un nomade digital ? Non : il ne travaille pas en ligne en voyageant, même s’il voyage beaucoup.
  • Un freelance qui voyage en travaillant est un nomade digital ? Oui
  • Un entrepreneur qui voyage en travaillant ? Oui

 

Donc quels sont les requis pour devenir nomade digital ? 

Tu l’auras compris, pour être nomade digital il faut :

  • Une activité professionnelle qui est soit vendre ses compétences ou des produits qui peut être fait en ligne faisable en ligne
  • Voyager
  • Une bonne connexion internet

Voilà ma définition de ce qu’est un nomade digital. Bien sûr, il y en a plein d’autres… autant que de nomades en fait ! Il y a aussi autant de façons de voyager et de gagner sa vie en ligne que de nomades.

J’imagine que tu te demandes quand le nomadisme a commencé ? Voici la vidéo que j’ai préparé pour y répondre :

Histoire et origines du nomadisme digital

Et combien est-ce qu’il y a de nomades digitaux ?

La réponse courte : entre 10.9 et 39 millions de nomades (sources dans la vidéo ci-dessous).

La réponse en détail dans cette vidéo :

Et est-ce que tous les nomades sont pareils ? Hell no, je les distingue en 3 types.

Les 3 types de nomades digitaux

De l’extérieur, on a tendance à se dire que les nomades sont tous pareils. Mais quand on se penche sur le sujet, il y a 3 types très différents de nomades.

1. Le Nouveau Nomade “Chien-fou”

C’est typiquement une personne qui vient de devenir nomade digital et qui veut profiter de ce style de vie à fond.

Concrètement, cela revient à :

  • Tenter de visiter tout ce qu’il y a à voir
  • Se déplacer tous les 3 jours
  • Tout en essayant de continuer à travailler

Tout nouveau nomade passe par cette phase et c’est ce que j’ai essayé de faire quand je me suis lancé en 2017 avec un aller simple pour Bangkok.

Mais ce n’est tout simplement pas possible d’être productif de cette façon.

En général après un premier voyage on devient un nomade équilibre.

2. Le nomade équilibre (j’en suis)

Le nomade équilibre a compris qu’il était question de trouver en équilibre entre voyage et travail.

Dans ce cas là on va plutôt rester entre 1.5 – 3 mois par endroit du monde.

L’avantage c’est que l’on peut à la fois être productif, se poser s’imprégner de chaque endroit et se créer une vie sociale.

Mais c’est aussi beaucoup moins cher car on peut tout payer “au mois” :

  • Logement
  • Carte de transport
  • Salle de sport

La plupart des nomades digitaux vivent sous ce mode.

3. Le nomade-expat

Il existe un troisième type de nomade qui sont presque des expatriés mais qui restent nomades.

De leur côté, ils restent entre 3-6 mois par endroit.

Le plus souvent, il s’agit de :

  • nomades en couple ou qui se mettent en couple avec un / une locale
  • Des nomades depuis longtemps marre de bouger

En général, ils ont tendances à moins bouger et accumuler plus d’affaires !

Maintenant qu’on a vu les 3 types de nomades, en élargissant un peu la vision et pour compléter la définition, nous allons différencier le Digital Nomad de l’expatrié, du backpacker et du touriste dans cette vidéo.

Différence entre Expatrié, Digital Nomad, Backpacker, Touriste

En règle générale le parcours logique et d’abord de faire du tourisme puis un voyage en backpacking.

Si cela plaît et que l’on veut continuer à voyager dans ce cas il faudra gagner sa vie en ligne et c’est là que la plupart des personnes choisissent de devenir nomade digital et par la suite pourquoi pas expatriés.

Chaque voyageur a son propre rythme.

D’ailleurs, connais-tu le Slow Travel qui un concept-clé chez les nomades ?

Slow Travel vs. Fast travel

Il y a une distinction à faire entre ces deux modes de voyage si tu comptes devenir digital nomad.

Fast travel

Le fast travel est le mode de voyage par défaut de la plupart des personnes qui voyagent.

Le plus souvent il s’agit de vacances où l’on veut visiter le plus de choses possibles dans un cours laps de temps.

Bien évidemment ce genre de voyage reste en surface, souvent frustrant, et on ne peut pas vraiment s’imprégner d’un pays, de sa culture et de sa langue.

Slow travel

Au contraire avec le slow Travel, le concept est de rester au moins quelques semaines par endroit.

Le but est de vraiment découvrir quelque part profondément en prenant le temps. On pourra notamment approfondir sa langue, sa culture, son art culinaire et aussi rencontrer plus de locaux.

C’est plus écologique et responsable et c’est justement ce que font la plupart des nomades et expatriés.

Pour clôturer ma définition globale de Nomade Digital et que tu te fasses ton propre point de vue, je vais te présenter 10 livres sur le sujet.

10 Livres pour les Nomades Digitaux

Un livre peut changer une vie : je le sais, car pour moi, La semaine de 4 heures a changé ma vie et a tout débloqué. Il est très important de s’entourer de bonnes idées :

  • En tant que débutant : se faire une bonne idée vie nomade et en tant que nomad
  • Ensuite en tant que nomade : compléter sa philosophie du nomadisme et y évoluer

Voici les 10 livres que je recommande pour les nomades :

  1. L’alchimiste – Paulo Coelho 
  2. Le monde tourne rond  – Nawel Alaoui
  3. Libre d’être Digital Nomad – Fabrice Dubesset
  4. Remote – Jason Fried & David Heinemeier Hansson
  5. Art of non-conformity – Chris Guillebeau
  6. Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études – Olivier Roland
  7. Unscripted – MJ DeMarco
  8. La semaine de 4 heures – Tim Ferriss
  9. Nomad Capitalist  – Andrew Henderson
  10. Vagabonding – Rolf Potts

Je t’ai expliqué ce qu’est pour moi un Digital Nomad. Mais à quoi ressemble concrètement la vie nomade ?

À quoi ressemble la vie d’un nomade digital

 

Mes Vlogs

Je te partage ci-après des bouts de mon quotidien nomade sous forme de vlogs, pour que tu te fasses une idée de ce à quoi ressemble la vie nomade.

Dans Mon Quotidien De Digital Nomad Freelance (Au Mexique 🇲🇽)

Une Journée Dans Mon Quotidien Freelance Nomade À 700 € / J

Interviews exemples

J’ai interviewé pas mal de Digital Nomads (notamment via mon podcast Freepreneur). Écouter leur parcours peut aussi te donner des exemples concrets de la vie nomade.

D’étudiante À Employée À Freelance Nomade En 1 An 🤯 [Interview De Tania Marcoux]

Devenir Copywriter Freelance Nomade En 1 An (Et Gagner 3 Fois Son Ancien Salaire) Adrien Le Stang

Rentrons dans le vif du sujet. Qu’est-ce qui fait du nomadisme digital un mode de vie de rêve ?

Les avantages de devenir nomade digital

Tu veux en savoir plus sur les vraies raisons de devenir nomade digital ?

Je vais te parler des 17 avantages d’être nomade digital, ce style de vie de rêve !

Le maitre mot ici : libertés.

Au pluriel, car travailler à distance et être nomade digital t’apporte 3 types de libertés selon moi :

  • Liberté financière
  • Liberté temporelle
  • Liberté géographique

 

Liberté financière

Un énorme avantage à être nomade digital, c’est de profiter des différences du coût de la vie… car la différence peut être énorme.

Par exemple, selon l’indice du coût de la vie par numbeo est 2 fois moins élevé en Indonésie qu’en France.

Ce qui signifie que tu peux vivre 2 fois mieux en Indonésie si tu gagnes tes revenus sur une base française !!!

Et dieu sait que j’en ai profité… comme ici en Indonésie en 2017 au mont Batur :

Ambroise Debret Mont Batur

Bon, en étant honnête, le coût de ta vie va varier dépendamment d’à quel point tu voyages et tu profites.

Car si tu profites de la différence du coût de la vie pour te payer des hôtels 5 étoiles, autant te dire que tu ne verras pas cette différence du coût de la vie dans ton compte en banque !

Finalement, tout dépend du style de vie que tu souhaites avoir.

Liberté Temporelle

Travailler de 9 h à 5 h ? Si tu atteins la liberté temporelle, ce sera si tu le veux !

Si tu as à ton compte, tu peux travailler quand tu le veux, et aussi quand tu peux. (distinction importante lorsque tu es en voyage !)

Liberté Géographique

Dernière, mais non la moindre, la liberté géographique !

Tu peux vivre et travailler d’où tu veux et donc découvrir le monde, selon tes règles et à ton rythme.

La liberté géographique permet aux nomades digitaux de vivre des expériences qu’aucun autre mode de vie durable ne permet. Parcourir le monde entier pour pratiquer des activités impossibles où tu vis comme plonger, surfer, courir, skier ou alimenter ta collection de cailloux.

Fuir l’hiver et vivre un été perpétuel ? Possible aussi, demande à nos amis québecois nomades.

C’est aussi l’occasion d’apprendre de nouvelles langues de la meilleure façon possible : en les pratiquant avec des locaux.

Autant de raisons de devenir nomade digital que de libertés.

Un style de vie que, selon moi, tout le monde devrait essayer, même pour une courte durée !

Maintenant que je t’ai expliqué les avantages d’être Nomade Digital, je vais te décrire les inconvénients et comment les surmonter.

Parce que oui, ce mode de vie a aussi des inconvénients. Mais je te rassure, il existe un remède pour chaque inconvénient !

Nomade Digital : inconvénients (et comment les éliminer)

Être nomade digital fait rêver beaucoup de monde… en même temps il y a beaucoup d’avantages à être nomade digital.

Mais.

Peu de gens à part ceux qui le sont déjà savent ce que ça implique vraiment… et ce n’est pas non plus tout rose !

Pas de panique, je te parle aussi de comment annuler ses désavantages d’être nomade digital !

Vie sociale et familiale

N’importe quel nomade vous le dira : être nomade digital n’est pas un style de vie approuvé par tout le monde. Y compris par sa famille ses amis.

Selon eux « Pourquoi travailler et voyager ? Tu ne vas pas prendre de retard dans ta carrière ? etc, etc ».

C’est normal et tant mieux ! Les nomades digitaux sortent du cadre de la vie « classique » dont la société nous parle depuis toujours.

On peut aussi avoir l’impression d’être tout seul dans son monde alors que la vie des autres continue.

Aussi, ta vie sociale à la maison est un peu “en pause”. Et oui, le monde tourne quand tu n’es pas là, tes amis se voient sans toi et c’est normal.

En ayant une base, un « chez soi » où l’on vit une bonne partie de l’année permet de contrer cet effet.

Solitude

L’être humain est social.

Et l’ai appris à la dure lorsque je suis parti 4 mois en Asie tout seul en 2017.

Bien sûr, chacun a besoin de plus ou moins de solitude. Mais à l’étranger, si tu ne fais pas d’effort pour aller vers les autres, ils n’en feront pas non plus. Après tout, c’est toi l’étranger !

Rassure-toi, je ne suis jamais seul en voyage et je te partage mes astuces ci-dessous.

Comment gérer la solitude en tant que digital nomad / voyageur solo

Une des peurs principales du voyageur solo et du Digital Nomad : comment ne pas me retrouver tout seul ! Je t’explique ici les solutions pour ne pas souffrir de la solitude en voyage.

La solitude fait partie de la vie de Digital Nomad et du voyageur solo.

Apprendre à être bien seul et à l’aise

Ce fut un de mes plus grands apprentissages du voyage.

Trop ou pas assez : j’ai fait les 2 erreurs !

  • En groupe, il y a l’inertie de groupe et tout peut devenir long.
  • Tout seul, on a 100% le contrôle sur son voyage.

Le but pour trouver l’équilibre : bien se connaître soi-même. Tu peux faire un test « 16 personnalities » pour en savoir plus sur toi-même.

Réaliser que c’est à toi d’aller vers les autres et qu’il existe des solutions

Et ça, tu peux le faire de différentes façons :

  • Partir à plusieurs nomades / amis
  • Prendre une chambre privée en auberge
  • Te mettre en coloc ou co-living avec des nomades ou locaux
  • Participer à des rencontres via Meetup, Couchsurfing ou autre
  • Prendre des cours de dance, de cuisine, de langue
  • Ou dater !

Voilà comment gérer la solitude en voyage !

Minimalisme et argent

Parfois, on a aussi juste besoin d’être “chez soi”, avec ses affaires et d’un peu de confort.

Être nomade digital peut aussi te coûter plus d’argent qu’avoir un style de vie sédentaire (on en parle ci-dessous), dépendamment d’où tu vas et comment tu vis.

Je suis honnête : il y a certains désavantages à être nomade digital.

Mais ces désavantages sont faciles à mitiger et annuler quand on y pense bien.

Pourquoi ne tester d’être nomade digital une semaine ou un mois ?

Je ne connais personne que l’expérience n’a pas profondément changé en bien !

Rendu là, tu en sais plus que 95% des gens sur le nomadisme… et j’imagine que tu as de plus en plus envie de l’être, hein ?

Mais avant de tout quitter pou devenir Digital Nomad, es-tu sûr que cela est fait pour toi ?!

Étape 0 : Valider si devenir nomade digital est fait pour toi ?

Il n’y a pas de doute, le nomadisme digital, ça fait rêver.

Ça a l’air de bien fonctionner et d’être agréable comme style de vie pour des personnes comme moi, mais tu te demandes sûrement au fond de toi, est-ce que c’est fait pour toi comme style de vie ?

Est-ce que tu devrais concrètement t’y consacrer, tout quitter, et petit à petit, te transformer en Nomade ?

Alors, avant de tout quitter, de tout vendre, de lâcher ton appartement, etc., il y a des choses que tu peux faire dès aujourd’hui, peu importe où tu vis ou ce que tu fais, pour valider si ce style de vie serait fait pour toi.

1. Faire un travail d’introspection

Il faut arriver à savoir concrètement quels sont tes besoins, tes envies dans la vie de tous les jours.

  • Est-ce qu’avoir une vie de bureau avec des collègues et une vie sociale dans ta ville est plus important que ta liberté ?

De mon côté, c’était important pour moi, mais j’avais vraiment cette envie de liberté qui me démangeait. Et petit à petit, j’ai fait ce qu’il fallait pour le faire.

  • Est-ce que tu te vois passer des mois entiers à des milliers de kilomètres de tes proches ?

De mon côté, j’ai l’habitude puisque depuis mes 18 ans, je vivais déjà à Montréal à 6000 km. Je rentre en France à peu près deux fois par an et étonnamment, je vois plus, je passe plus de temps de qualité avec ma famille que mes amis qui vivent en France parce qu’ils voient la famille le week-end, les fêtes, etc. Ils les voient peut-être plus souvent, mais moins longtemps et moins intensément.

  • Quelle est ta facilité à te faire un cercle d’amis, à rencontrer des gens et à te faire des amis petit à petit dans les endroits où tu es ?

Par exemple, de mon côté, c’était quelque chose dans lequel j’ai toujours été assez à l’aise.

Après ça va souvent être des relations quand même parfois assez superficielles et il va falloir souvent compter de nouvelles personnes.

Mais est-ce que c’est quelque chose que, de ton côté tu te sens à l’aise de faire ou non ?

  • Est-ce que tu es quelqu’un qui est plutôt introverti, qui aime passer du temps seul ou alors est-ce que tu as besoin d’être tout temps au contact de personnes ?

C’est des choses qui va falloir valider de ton côté, pour savoir si c’est fait pour toi ou non.

Alors après il n’y a pas de réponse absolue et les êtres humains, on est des personnes malléables. On peut s’adapter à différentes situations.

Par exemple, tu peux peut-être être introverti et timide, mais au fur et à mesure de tes voyages, développer cette habitude d’aller vers les gens, de te faire des relations et puis petit à petit être à l’aise pour rencontrer des personnes.

Tu peux aussi devenir de plus en plus à l’aise à passer du temps avec toi-même. Et d’ailleurs, c’est quelque chose que je recommanderais à la plupart des personnes.

2. Tester !

Donc concrètement, je te demande de le tester parce que j’ai vu tellement de gens partir en “mode nomade” comme ça et remarquer au bout d’une semaine que ce n’est pas fait pour eux.

Donc ce que je te recommande, c’est de tester vraiment un petit peu en mode bac à sable sans risque, de façon très facile. Par exemple, en te prenant une semaine de vacances.

Prends-toi un billet d’avion aller-retour pour passer une semaine quelque part qui est pas très loin de l’endroit où tu es basé (à deux heures d’avion maximum), tout seul, où tu ne connais personne, où tu n’as jamais été. Je te recommande quand-même un endroit où il y a quelques nomades, par exemple en Europe :

  • Lisbonne
  • Barcelone
  • Ukraine
  • Tenerife
  • Maroc
  • Turquie
  • Copenhague
  • Berlin

Loue un Airbnb pendant une semaine encore une fois tout seul et ce qui est important, c’est de valider aussi l’aspect de travailler tout seul sur un projet à distance.

Donc trouve-toi un projet sur lequel tu peux travailler :

  • créer ton site internet
  • te lancer dans ton activité en freelance
  • faire des vidéos de ton voyage
  • alimenter tes réseaux sociaux en termes de vidéos, de photos

Peu importe ce que tu fais, mais vraiment te choisir un projet sur lequel tu vas travailler tout seul pendant cette semaine-là, à raison de cinq heures par jour.

Parce que la première partie de tes journées, ça va être la partie de travailler sur ton projet, mais en même temps, peut-être te prendre une pause lunch, pour aller visiter un petit peu et deuxième partie ça va être plutôt en fin de journée ou le matin peu importe, c’est de faire des activités essaye d’avoir une vie sociale, de rencontrer des gens sur place, pour voir aussi comment ça fait, comment tu te sens par rapport à ça.

Donc fais ta semaine, c’est vraiment le test ultime pour voir si c’est fait pour toi, si ça te plaît ou non.

3. Faire le bilan

En rentrant, c’est le temps de faire un débriefing. Noter, peut-être aussi au fur et à mesure de ton voyage, tes impressions et comment tu t’es senti par rapport à telle chose, est-ce que tu vois quelque chose que tu vas pouvoir travailler sachant que la plupart des choses, on peut les travailler, mais c’est vraiment valider si tu as eu cette piqûre du nomadisme.

Si c’est pas quelque chose qui finalement te tente tant que ça, dis-toi que tu auras fait le meilleur test possible en ne quittant pas toute ta vie et ne demande pas à rentrer à la maison un petit peu défaitiste.

C’est tout à fait ok de ne pas avoir envie de devenir nomade digital, ça fait envie oui, mais ce n’est peut-être pas quelque chose qui est fait pour toi à temps plein. Ce n’est pas fait pour tout le monde et tu auras fait la bonne chose en le testant comme ça en mode bac à sable pendant une semaine.

De mon côté, j’aimerais te poser une question par rapport à ça : est-ce que tu es déjà parti en tant que nomade ? Est-ce que, si tu as envie d’être nomade, tu as envie de faire ce test ?

Maintenant que tu as vu ce qu’est la vie de Nomade Digital, ses avantages et désavantages et que tu as validé que c’est fait pour toi, je vais te détailler les étapes à suivre pour devenir Digital Nomad.

Étape 1 : Gagner ta vie en ligne pour devenir nomade digital

Pour pouvoir vivre comme digital nomad, la première étape est de gagner sa vie en ligne (avant de partir).

Mais concrètement, vivre en tant que nomade digital, combien ça coûte ?

Digital Nomad : quel budget et coût de la vie ?

Être Digital Nomad, ça fait rêver : travailler dans un cadre top, avoir une certaine liberté… Mais combien ça coûte ?

Je tiens quand-même à te dire que c’est très personnel et que ça dépend de ton style de vie.

Certains vivent avec peu pour investir ou lancer un business. D’autres dépensent beaucoup. Moi, je suis dans la tranche moyenne.

De mon côté, je suis nomade digital depuis 2017 et, ayant visité 37 pays, j’ai une assez bonne idée du budget nécessaire en moyenne.

Voici mes dépenses mensuelles dans différentes catégories :

Frais de vie nomade

  • Assurance : 100 € par mois (Avec April MyTravelCover)
  • Si tu es encore rattaché à ton pays, une assurance voyage suffit. Je te recommande Safety wings pour 40 USD par mois que je prends encore parfois en complément pour activités comme la plongée)
  • Banque : mes comptes sont chez Wise qui est gratuit et sans frais de change
  • Forfait téléphone chez Free pour 19.99 € par mois qui me donne accès à 25Go de données dans 65 pays

2. Frais de vie quotidienne

Le montant dépend de la destination, personnellement, je choisis des destinations abordables pour profiter au max (géoarbitrage).

  • Logement (j’en parle en détail plus bas dans l’article) : budget de 500-600 € par mois pour bien vivre
  • Nourriture (courses + resto) : 300 € par mois
  • Activités : 100 € (plongée, surf, etc)
  • Weekends et voyages : 100 €

3. Frais de voyage

  • Avion / train / bus : environ 100 € par mois grâce au slow travel

Le résultat : un budget total de 1320 € -1500 €. Il faut donc que tu gagnes au moins ce montant NET pour vivre ce style de vie confortablement.

Et pour pouvoir financer ta vie de nomade, il faut donc trouver un moyen de gagner ta vie en ligne.

Les 4 manières de gagner sa vie en ligne

Donc si tu lis ces mots, tu es as déjà réfléchi sérieusement à devenir nomade digital et tes priorités sont à la bonne place, félicitations !

Par contre…

Ici on ne va pas parler de « gagner de l’argent rapidement en ligne ».

Tu as besoin de vraies manières de gagner de l’argent, peu importe d’où tu travailleras, tant que tu auras Internet (et c’est assez facile de travailler de vraiment n’importe où avec une carte SIM 4G de nos jours) !

Avant d’entrer dans le vif du sujet, permets-moi de souligner le fait que devenir un nomade digital est un tout un processus, qui ne suit pas forcément une ligne droite… et c’est pourquoi j’ai ordonné les 4 méthodes par difficulté (et bénéfices long terme).

C’est parti 🙂

Option A : Ton emploi actuel, à distance

Si tu envisages de devenir un nomade digital, tu as probablement un emploi « classique » comme celui que j’avais à l’époque.

Ce travail te paie un salaire actuellement, n’est-ce pas ?

Eh bien, avant même d’envisager de le quitter et de voyager, pourquoi ne pas essayer de garder ce même travail, mais en voyageant ?

C’est l’option la moins risquée si tu es dans cette situation.

Et c’est bien faisable (je l’ai déjà vu !).

L’idée, c’est de diminuer petit à petit le temps que tu passes au bureau.

En ce qui me concerne, à la fin de mon dernier emploi il y a 2 ans, je travaillais 2 ou 3 jours par semaine de la maison (ou d’ailleurs !).

Mais c’était le maximum que j’ai réussi à faire et j’ai donc du quitter mon boulot.

Et dis-toi que tu as des arguments en ta faveur en tant qu’employé formé et en poste. Je ne sais pas si tu sais mais c’est très couteux en temps en argent de recruter un bon profil.

Alors, bien sûr, ce n’est pas l’option ce que nous avons habituellement en tête quand on pense à devenir nomade digital.

Mais c’est une option qui vaut le coup d’être explorée au début.

Et même si tu y parviens, il est probable que tu veuilles tout de même plus de liberté et de dépendance par rapport au fuseau horaire de ton pays lorsque tu seras sur la route.

Option B : Tu peux aussi essayer de trouver un travail à distance

Peut-être tu n’as pas pu négocier assez de jours à distance ton emploi actuel pour l’emmener sur la route et que tu as dû le quitter, ou bien tu n’es pas fait pour la vie de freelance ou l’entrepreneuriat…

Pas de problème.

Il existe de nombreux sites Web (principalement en anglais) qui peuvent t’aider à trouver un emploi à distance :

  • Remote Ok
  • FlexJobs
  • Remote.co

Sache que tu peux également trouver un emploi à distance en faisant des missions de freelance. Si tu fais un bon travail, certains clients voudront t’embaucher !

Option C : Devenir Freelance (recommandé)

Pour moi, c’est le meilleur tremplin pour devenir Nomade Digital !

C’est tout simplement la voie la plus rapide et la moins risquée, tous les indépendants te le diront !

TOUT le monde a des compétences qu’il peut vendre.

Lorsque tu es consultant, tu vends ton temps, tes connaissances et tes compétences sur un sujet précis et pour un mandat précis.

Pas forcément besoin d’être sur place chez le client et si tu sais comment gérer ton temps et les attentes des clients, tu peux gagner ta vie rapidement et assez facilement.

Et le meilleur, c’est que la plupart des gens ont déjà ce tout ce qu’il faut pour commencer à faire de la consultation dès maintenant (bon, sauf les clients !).

Habituellement, voici les domaines dans lesquels tu peux facilement trouver des missions en tant que freelance nomade :

  • Marketing Web
  • Programmation
  • Rédaction et traduction
  • Gestion de projets
  • Design & Médias

Concentre-toi sur celui que tu maîtrises (au moins pour commencer) et lis ce qui suit.

Avec le freelance et le consulting, tu vends tes compétences à l’heure ou en packs.

Bien sûr, n’oublie pas que tu dois payer tes impôts et ton assurance santé ou mutuelle toi-même si tu choisis cette option. (Je te conseille même de mettre au moins un tiers de ce que tu gagnes de côté.)

L’objectif après cela est d’augmenter ton taux au fur et à mesure que tu gagnes de l’expérience (tu construis ton portfolio), ta marque personnelle et tes preuves sociales (ce que nous verrons plus loin).

Pour ton info, j’étais payé 2€ de l’heure pour ma première mission Freelance, alors que je facture maintenant au moins 90€ de l’heure (je facture 700 euros par jour de travail) !!!

Maintenant que tu sais quelles compétences vendre et avec un tarif horaire en tête, il faut savoir quel genre de client tu vas cibler et quelle offre tu pourrais leur offrir.

Je ne vais pas te le cacher, c’est une étape très importante pour à la fois pouvoir trouver des clients, mais aussi te démarquer des autres freelances (ta concurrence)…

Ensuite, il te faudra trouver des clients !

Concrètement, voici les principales façon de trouver des clients en Freelance (à distance) :

  • Utiliser ton réseau (et te faire référer)
  • Les plateformes Freelances de mise en relation
  • Prospecter par LinkedIn ou par email
  • Attirer des clients en créant du contenu (blog, podcast, vidéo, ou réseaux sociaux)

👉 Devenir Freelance est tout simplement LE meilleur moyen de commencer à gagner de l’argent sur internet en étant libre.

C’est :

  • Sans risque (pas d’argent à investir)
  • Rapide (tu pourrais trouver ton premier client dans les semaines qui viennent si tu sais comment t’y prendre)
  • Payé rapidement (je demande toujours un acompte au début de mission)
  • LA meilleure école pour apprendre des compétences clés en business (la vente, la comptabilité, le service client, etc).

Je suis devenu Freelance en 2014 et c’est grâce au Freelancing que je suis devenu nomade digital il y a 4 ans (et que tu peux le devenir aussi).

Et si tu me suis, tu sais que je dédie la grande majorité de mon temps à accompagner des Freelances (+150 à ce jour) à se lancer et à gagner leur vie en ligne et à distance.

Pour t’aider à commencer dans cette voie, j’ai crée une formation vidéo offerte.

Elle s’appelle “7 étapes pour devenir freelance (à distance)” et elle a déjà été suivi par plus de 2500 freelances en devenir.

Clique ici pour y avoir accès toi aussi.

 

Option D : Devenir Entrepreneur Web

T’as déjà entendu parler des business en ligne avec lesquels tu « fais de l’argent quand tu dors » ?

Eh bien, c’est réel… mais pas aussi rose qu’on nous le vend parfois 🙂

Les principaux types sont :

  • Infopreneur – vente de produits numériques en ligne (comme des formations en ligne)
  • Ecommerce (en dropshipping par exemple) – vente de produits physiques en ligne
  • Applications et software – créer une application ou un logiciel à vendre en ligne

Mais commencer en tant qu’entrepreneur web et réussir est extrêmement difficile et long si tu ne l’as jamais fait auparavant ou si tu n’es pas un génie du marketing.

Je le sais personnellement : il a été extrêmement difficile de faire décoller mon blog, mes startups ou mes formations en ligne.

Cela dit, c’est aussi un excellent moyen de créer un revenu constant en ligne et à long terme.

Et si tu as déjà un emploi à distance ou es pigiste/consultant, c’est un excellent moyen de multiplier tes sources de revenus au cas où les mandats de consultation se font moins fréquents ou si tu veux prendre un congé.

Très « simplement », tu crées un produit et / ou tu le vends en ligne.

En pratique, les entrepreneurs web utilisent des entonnoirs (funnels) qui ressemblent à ceci :

  • Trouvent un moyen de générer du trafic vers une page d’atterrissage (via du SEO, médias sociaux, publicités, etc.)
  • où les gens laissent leur email pour… créer un compte OU en échange d’un « Lead magnet » gratuit qui résoudra leur problème principal OU un coupon (pour le ecommerce)
  • Ils reçoivent des courriels qui leur apportent de la valeur et les familiarisent avec eux, jusqu’à ce qu’ils achètent des produits payants ou des abonnements
  • Ensuite, ils peuvent te vendre leurs autres produits et peut-être ajouter quelques liens d’affiliation.

Ça a l’air facile, mais ça ne l’est pas vraiment. Tu as besoin de quelque chose de vraiment différenciant et que tes prospects soient prêts à payer.

Ce moyen de gagner ta vie a le plus grand potentiel de liberté et de revenus, oui, mais je ne te le recommande pas pour commencer car :

  • Il faut souvent investir de l’argent (risque)
  • Les retours financiers (s’il y en a) mettent souvent d’années à arriver
  • Tu vas être en compétition avec des personnes qui auront déjà appris les ficelles du business en ligne grâce au Freelancing

 

Et le MLM ? Ma réponse en vidéo :

Qu’est-ce que c’est ?

Ça veut dire Multi Level Marketing, en français : marketing multi-niveaux ou marketing de réseau.

C’est en fait un réseau de vente, peu importe le produit, où les vendeurs parrainent les vendeurs qui arrivent ensuite, qui parrainent eux-mêmes les prochains vendeurs, etc. Concrètement, tu vas gagner des commissions sur les personnes que tu as ramenées dans le système. C’est un système pyramidal détourné. Parfois, il faut acheter des produits pour entrer dans ce genre de système. Les plus connus : Tupperware, Herbalife, Thermomix.

Les avantages

La promesse, c’est que si tu y arrives et fais entrer de plus en plus de vendeurs, ton revenu va être passif : tu n’as plus rien à faire pour que l’argent tombe sur ton compte tous les mois.

Un autre avantage, c’est que tu peux directement aller vendre ces produits ou ce programme à ton entourage. Tu n’as pas forcément besoin d’aller démarcher d’autres personnes, en tout cas au début.

Les inconvénients
  • Ça s’apparente quand même beaucoup à un système pyramidal, de mon point de vue, sous une forme plus ou moins légale
  • Selon le chercheur Jon M. Taylor, 99,6 % des personnes qui sont en MLM perdent de l’argent, une fois leurs dépenses prises en compte.
  • Tout peut s’arrêter du jour au lendemain : ces entreprises n’ont aucun engagement à continuer leur activité ou peuvent tout simplement continuer d’exister en arrêtant leur programme de MLM.
  • Il y a aussi des entreprises comme Herbalife qui sont sans cesse en procès pour quelques millions de dollars. Des gens portent plainte contre ce système-là, car ils sentent qu’ils se sont fait avoir. C’est donc assez risqué et de mon côté, je ne construirais pas tout mon business en ligne sur ce type de système.

Tu l’auras compris, le freelancing est pour moi le meilleur tremplin pour te lancer en tant qu’indépendant et commencer à gagner ta vie en ligne. C’est “l’assurance tous risques” de l’indépendant parce qu’une fois que tu maîtrises une compétence et que tu sais la vendre, tu peux trouver des clients immédiatement.

La beauté de la chose c’est qu’une fois que tu es lancé en Freelance, tu peux petit à petit diminuer tes horaires pour travailler sur un projet plus long terme et plus rentable de e-commerce ou d’infopreneuriat. Tu fais évoluer ton ratio afin d’avoir plus de revenus et revenus passifs. C’est vraiment ce que je recommande.

De mon côté, j’ai tout essayé et finalement je me suis rendu compte que le freelancing était la meilleure manière de démarrer en tant qu’indépendant. Je me suis mis là-dessus à fond et maintenant que j’ai des bons revenus, j’ai petit à petit réduit mon ratio pour me mettre de plus en plus sur l’infopreneuriat.

Tu connais désormais les options qui s’offrent à toi pour pouvoir gagner ta vie en ligne (et le Freelancing que je recommande particulièrement pour commencer ta vie de nomade).

Pour la suite, je considèrerai que soit :

Alors attention, si tu es employé, il y a peut-être d’autres solutions que de quitter ton emploi du jour au lendemain (je te parle des étapes dans l’étape 3).

Tu peux éventuellement transformer ton emploi actuel en mission Freelance :

Comment transformer son emploi en mission freelance ?

Voici les étapes que je te recommande :

    1. Parler petit à petit de ton projet de devenir freelance à ton patron. Ton patron direct parce qu’il a tes intérêts à cœur normalement et il veut ton bien, il veut que tu évolues en tant qu’employé.
    2. Lui demander conseil, tu peux lui dire : “Salut, Michel ! J’aimerais qu’on discute parce que moi j’ai envie irrépressible de devenir freelance et d’être nomade, mais j’aime vraiment bosser avec vous comment je devrais faire ?” Il va te dire son point de vue et tu vas pouvoir travailler avec ça
    3. Une fois que tu as fait ça pendant quelques semaines, voire quelques mois, c’est petit à petit de commencer à planifier des réunions pour parler plus officiellement de ce projet-là. En réunion, tu vas dire que tu es hyper content de ton boulot et que tu as envie de continuer à travailler ensemble, mais que tu as ce projet concret de plus en plus concret de ton côté devenir freelance avec une date limite parce que tu as une raison (par exemple, tu veux aller voir les baleines au Mexique en avril, y rester et pouvoir travailler là-bas). Tu vas trouver une justification, ça aide à crédibiliser ton projet et donner vraiment cette « deadline » et puis tu demandes à ton patron donc comment est ce qu’on pourrait faire pour faire en sorte que ça se passe.
    4. Puis là tu lui renvoies la balle et lui il va te dire à son tour, comment il voit le truc, est-ce que c’est possible ou pas, etc. Ton patron va te donner des objections. Pour chaque objection, tu vas essayer de demander pourquoi. Tu vas essayer d’avoir vraiment le raisonnement derrière.
    5. Tu récupères les raisons et tu essaies de trouver, de donner les réponses et puis tu notes ces raisons parce que ça va t’aider pour les prochaines réunions pour l’aider à le convaincre. Par exemple, un patron qui te dit : “Écoute, freelance ça me paraît très possible, par contre à distance je ne suis pas sûr dans ce qu’on fait il y a beaucoup de réunions, etc. De ton côté, tu vas aller faire des recherches et trouver des statistiques qui vont dire que tu peux être productif quand tu es à distance. S’il y a trop de réunions en physique, c’est qu’il y a un problème de productivité et qu’il faudrait organiser la façon dont on travaille dans la boîte et que tu es prêt à les aider. L’idée, c’est de creuser à chaque fois jusqu’à faire sauter l’objection et faire que ce ne soit plus une objection valide.
    6. Les arguments que tu peux utiliser :
      • Plutôt que tu partes ailleurs en freelance pour d’autres boîtes et offrir tes compétences à d’autres entreprises, tu resteras avec eux.
      • Tu risques d’avoir d’autres clients donc tu vas apprendre d’autres choses, ce qui va leur bénéficier parce que tu auras appris d’autres façons de faire, d’autres expertises, d’autres expériences qui pourront être utiles à la boîte.
      • Tu vas parler publiquement de ton lancement en freelance. Tu vas partager ton projet, dire pour qui tu travailles et que ça fera de la pub pour la boîte.
      • Pour eux comme pour toi, il y aura moins de charges salariales.
      • C’est le futur de l’économie, toutes les boîtes vont y passer petit à petit. Les freelances, c’est des ressources partagées qui font le meilleur job qui peuvent pour différents clients. Tu leur montres des chiffres, des statistiques par rapport à ça, leur montrer que si ce n’est pas avec toi aujourd’hui ce sera l’année prochaine avec quelqu’un d’autre, mais il faut qu’ils se mettent à la page et qu’ils s’adaptent à ça.
      • Tu vas découvrir aussi des arguments que tu vas créer toi-même en fonction des objections que les clients vont de donner, mais voilà un joker pour commencer.
      • À la fin de ce processus-là :
      • Tu vas réussir à trouver une entente ça va passer, tu as bien négocié et tu vas pouvoir passer freelance 100% ou 50 % pour ton client.
      • Ou ça ne va pas passer pour différentes raisons qui vont être fondées et logiques parce que tu auras creusé toutes les objections. C’est dommage. Tu auras au moins essayé et tu peux continuer, garder ton job et petit à petit commencer à prendre des missions freelances le soir, le week-end, le matin. Quand tu seras prêt, tu pourras passer ton job à mi-temps et puis à zéro temps et être 100% indépendant.

      Faire des suivis avec ton patron peut-être avec le patron de ton patron, les RH, etc pour voir comment tu peux faire ça et des suivis de plus en plus rapprochés selon ta deadline. Toujours des suivis bienveillants, ne jamais s’énerver, toujours prendre patiemment et te dire que petit à petit, tu vas faire ta place et ton projet va éventuellement se concrétiser.

Et une fois que ce plan presque-machiavélique est en place, voici quelques conseils pour transitionner de salarié à freelance indépendant (et nomade)

Passer de salarié à freelance indépendant [les 5 étapes fondamentales avant de se lancer]

Ici je vais t’expliquer concrètement quelles étapes mettre en place pour passer de salarié à indépendant, freelance.

Tu es certainement employé et même si tu ne te vois pas comme ça aujourd’hui, c’est vraiment une chance parce que, plutôt que tout quitter tout de suite, en ce moment tu as un revenu qui est régulier.

Je te déconseille de tout quitter du jour au lendemain, parce que tu te mets en danger financier et tu vas partir dans une activité qui n’a pas encore été validée.

Donc, garde ton emploi salarié parce que ça te permettra :

      1. D’avoir un revenu régulier pendant que tu te lances en Freelance
      2. De garder le cap parce que, du jour au lendemain, de 100% salarié à 100% indépendant il y a beaucoup de changement, tu risquerais d’être un peu perdu
      3. D’avoir un tremplin pour lancer ton activité d’indépendant petit à petit.

Donc, mon meilleur conseil pour toi, c’est d’aller petit à petit parce que la beauté d’être Freelance que c’est hyper flexible :

  1. Tu peux choisir de travailler sur ton projet de Freelancing que quelques heures par semaine. Pour ça, le premier truc à mettre en place, c’est de réserver un créneau tous les jours dans lequel tu vas passer à l’action par rapport au Freelancing.
  2. Tu peux travailler juste une heure par jour, ce serait largement assez pour pouvoir te lancer petit à petit.
  3. Ou alors, ça peut aussi être le weekend. Le weekend, c’est un bon moment, moi personnellement, pendant des années, j’ai travaillé le dimanche après-midi sur mes projets, sur mon blog, sur différentes choses et ça fonctionnait très bien.
  4. Tu peux travailler sur ton activité d’indépendant le matin avant d’aller au travail. Tu peux aussi y travailler le midi, tu peux y travailler le soir.

« Je n’ai vraiment pas le temps, j’ai des enfants »

Je comprends, chacun a du temps à occuper, des responsabilités.

Mais si tu veux vraiment devenir freelance, ça va être ta priorité, tu trouveras le temps. Tu vas trouver trois quarts d’heure par jour, tu vas trouver cette heure du weekend pour le faire. Tu vas vouloir remplacer du Netflix par le Freelancing.

Comme je te disais, il y a certaines étapes à suivre.

1. Définir ton activité, regarde un petit peu de ton côté, quelles sont tes compétences ? Quel métiers tu vas pouvoir faire, de choisir.

Dans cette vidéo, je t’explique quels métiers peuvent être faits en tant que digital nomad et t’en présente 33 répartis en 5 grandes familles :
► Marketing Web
► Développement
► Rédaction, Traduction et Langues
► Gestion de projet (+ agile)
► Média & Design
► Autres métiers

Ce sont tous des métiers pour lesquels je connais au moins un digital nomad dont c’est le métier, et je te donne son contact (voir les ressources pour plus d’infos) !

2. Comprendre ton marché, comprendre tes clients potentiels, Qui sont-ils ? Quels sont leurs besoins ? Quelle concurrence tu as sur le marché ? Comment tu vas pouvoir te différencier et aussi comment leur parler et comment les aborder.
Dans ton métier, il va falloir te former et monter en compétences, ça, c’est vraiment la marque de fabrique des personnes qui se développent tout au long de leur vie. Ce sont des personnes qui se forment en continu dans leur métier, dans leurs compétences. En Freelance, c’est vraiment le cœur de ce que tu vas faire.

3. Aller chercher tes clients, aller au contact des marchés et aller valider ou tester, optimiser tout ce que tu auras défini comme activité, comme cible, offre, positionnement. Ce n’est pas quelques choses que tu trouves tout seul dans ton salon, dans ta chambre, mais vraiment au contact du marché. Tu peux utiliser ton réseau ou la prospection pour trouver des clients.

Ça se pourrait bien qu’en quelques semaines, quelques mois, tu commences à trouver des clients et que petit à petit, l’idée, c’est que si tu es salarié et tu veux passer en indépendant, de petit à petit remplacer tes revenus salariés par des revenus freelances.

C’est vraiment libérateur quand tu es indépendant parce qu’en Freelance, il y a des mois où tu vas gagner beaucoup plus que quand tu étais salarié.

OK ? Passons à la deuxième étape : développer cette activité indépendante pour pouvoir avoir des rentrées d’argent suffisantes et stables.

Étape 2 : Développer ton activité indépendante de digital nomad

Entre indépendant à côté de son boulot et indépendant qui gagne (très) bien sa vie… il y a tout un monde !

Dans cette partie je vais te donner mes meilleurs conseils et pistes pour faire évoluer tes revenus en ligne.

Évolution de revenus

La première fois que l’on gagne ses premiers revenus en ligne est toujours un moment magique dont tu te souviendras.

Souvent, c’est le moment où tu vas te dire « on ne m’a pas menti et c’est possible pour moi aussi ».

Entre gagner 5 € une fois la première fois et des revenus réguliers par mois d’au moins 1500 € net il y a tout un monde !

Peu importe l’activité que tu fais, les paramètres les plus importants seront de travailler sur :

      • la régularité de tes revenus
    1. Le temps qu’il faut que tu travailles pour les obtenir donc ton tarif horaire
    2. diversifier tes sources de revenus

On peut souvent avoir l’image que des personnes qui réussissent en ligne l’on fait tout seul.

En même temps si tu les connais, c’est qu’ils ont déjà réussi et tu ne connais pas forcément leur parcours.

Je vais te faire une révélation qui va peut-être te surprendre : tous les indépendants qui réussissent se sont formés et se forment continuellement auprès de personnes qui sont plus avancés qu’eux.

De mon côté, je suis (au moins) une formation en ligne en même temps depuis 2014 !

Parce que oui il y a toujours quelqu’un qui a déjà fait ce que l’on veut faire et qui peut nous donner des raccourcis où nous faire économiser énormément de temps et d’énergie.

Les indépendants qui réussissent comprennent que se former et d’investissement qui est toujours rentable.

Et je vais t’en parler un petit peu par la suite.

Se former en tant qu’indépendant

Quand je parle de se former en tant qu’indépendant je fais référence aux formations en ligne, au coaching, aux communautés et aux événements en personne.

  • Formation en ligne

Les formations en ligne ce sont des vidéos préenregistrées qui aident les participants à passer d’un point a à un point b sur un problème.

  • Coaching

Un coaching et une séance individuelle ou en groupe dans laquelle un expert aide le tous les participants à se perfectionner et avancer dans un domaine.

  • Communautés en ligne

En tant qu’indépendant on peut vite se sentir seul dans son travail.

Partie d’une communauté en ligne d’un indépendant dans le même domaine est primordial pour rester motivé et réussir selon moi.

  • Événements en personne

Travailler en ligne, c’est génial et ça a plein d’avantages, mais il ne faut pas non plus oublier que nous sommes des êtres humains. Il est en effet très important de rencontrer d’autres indépendants en personne que ce soit lors de séminaire ou alors dans des Coworkings ou événements en voyage.

Si tu me suis depuis quelque temps, tu sais que de mon côté j’ai créé une formation référence pour aider les foulées à se lancer et décoller qui s’appelle Freemote et qui a été suivi par plus de 150 personnes.

Dans cette formation on retrouve notamment ces quatre éléments.

Voici le lien pour en savoir plus sur la formation Freemote, de a à z pour devenir Freelance (a distance).

Maintenant que tu sais comment avoir une activité stable, rentable et durable, sache que devenir Digital Nomad ne se fait pas en un jour. Ce n’est d’ailleurs pas ce que je recommande. Je t’explique concrètement comment devenir Nomade Digital dans cette troisième étape.

Étape 3 : Faire ta transition et devenir Digital Nomad

Excité de commencer à préparer ton départ et enfin devenir nomade digital?

Très cool ! À cette étape, ce que je recommande à 100% c’est d’établir ce que j’appelle un rétro-planning de départ.

Concrètement, comment partir et comment gérer ton logement, tes affaires, quand partir, la destination, et cetera ?

Pas de panique !

C’est beaucoup de questions à te poser, mais heureusement pour toi, il y a des solutions.

Rétro-planning départ

​​

Tu l’as compris, pour devenir nomade, il faut déjà que tu aies une activité qui permette de gagner ta vie en ligne.

Parce que sinon, tu vas peut-être partir, mais tu vas partir en mode « backpack », et tu vas revenir au bout de deux mois, ou de six mois ou d’un an, sans argent, et revenir à la case départ.

Le but, c’est de devenir nomade digital, mais de le devenir pour de bon, pour le long terme.

Et il y a beaucoup de choses auxquelles tu dois penser et assimiler et faire en peu de temps, pour préparer ton départ nomade.

Toute ta vie va être un petit peu en chamboulement, tu changes un peu tout ton écosystème de vie, tu vas te déplacer en voyageant, tu vas peut-être changer un petit peu d’activité, et cetera.

Mais en même temps, c’est aussi super excitant, parce que c’est le début, justement, de cette vie nomade de laquelle tu rêves déjà peut-être depuis quelque temps.

Et puis si c’est ton cas, bien écoute, c’est complètement normal de se sentir un petit peu tiraillé entre l’excitation et le côté que tu as plein de trucs à gérer et qu’il va falloir le faire, quoi !

Mais c’est important de bien se poser la question et de bien gérer la transition, parce que comme je l’ai dit, le but, c’est de devenir nomade, mais de le rester, pas avoir besoin de rentrer dans trois mois parce que tu as oublié de faire un truc, et cetera.

Donc mettre en place un rétroplanning pour devenir nomade digital.

Choisir ta date de départ nomade

Et ça commence par choisir une date dans le futur où tu vas partir : ce sera ta date de départ.

Et en fait, basé là-dessus, tu vas rétropédaler pour tout planifier, t’assurer que tu aies tout fait d’ici là.

Donc, concrètement, ça revient à décider ce qu’il faut faire, dans quel ordre, à quel moment et puis il y a des choses qui vont en déterminer d’autres, donc il y a pas mal de choses à mettre en place.

Et il te faut un plan, tu vois, pour devenir nomade, parce qu’il y a beaucoup de choses assez difficiles à gérer.

Il y a peut-être le côté travail qui va être un enjeu si tu deviens freelance ou autre, il y a aussi peut-être le côté émotionnel de partir, peut-être que tes amis et ta famille ne vont pas comprendre ton cheminement.

Il y aura aussi peut-être ta démission si tu quittes ton job, donc il y a pas mal de choses à prendre en compte.

Et la première chose pour ça, c’est déjà de bien choisir ta date de départ pour lancer un petit peu ce rétroplanning.

Donc, concrètement, au niveau dates de départ, je te recommande de prendre une date qui n’est pas trop rapprochée, pour avoir le temps de te préparer, ni trop loin pour éviter de procrastiner pendant trop longtemps.

Donc, je te recommanderais entre trois et six mois, dépendamment d’où tu en es dans le processus, et, bien sûr, ça c’est une fois que tu gagnes ta vie en ligne et que tu es confiant que tu vas pouvoir gagner au moins 1500 euros par mois net une fois que tu seras sur la route, et que tu as des économies, je te rappelle ça, je ne veux pas avoir de départs nomades ratés sur mon dos.

Et donc, une fois ça, au niveau de la date, il faut aussi que tu sois stratégique.

Si tu veux avoir un bonus à ton boulot à une certaine date, évite de quitter avant cette date-là, tu vois, ce serait dommage.

Peut-être que tu as un prêt à faire pour une maison, un appart, et cetera, peut-être qu’il y a des fêtes de fin d’année, des évènements, donc planifie aussi en fonction de ta vie perso et de tout ça.

Et ce que je te recommande maintenant, c’est vraiment de noter cette date, de la noter dans ton calendrier et de vraiment tout baser là-dessus.

Cette date, tu vas t’en souvenir toute ta vie. De mon côté, c’était le 24 mars 2017 que je suis parti avec un aller simple pour la Thaïlande.

J’avais quitté mon job, sous-loué mon appart. Je m’étais lancé en freelance, j’avais déjà fait plein de trucs, mais c’est une date vraiment hyper marquante, et tout va être basé là-dessus.

Donc, une fois que tu as décidé cette date-là, et que c’est OK, c’est bon, je te recommande de partager ça un petit peu à tes amis, ta famille, ton entourage, pour les inclure dans le projet.

Ils vont peut-être t’aider aussi là-dedans, et puis aussi, quand on partage un objectif, on s’oblige un petit peu à le faire, et tu as beaucoup plus tendance à agir là-dessus que si tu le gardes pour toi.

Donc, ensuite, prochaine étape, c’est de choisir ta destination.

Choisir ta première destination de digital nomad

Et donc là, l’idée, c’est de chercher sa première destination nomade qui va être loin, qui va être exigeante, et que tu vas partir au moins quelques mois, OK ?

Choisis bien ta destination, c’est ça qui va déclencher pas mal de choses de ton côté. Et une fois que tu as choisi ta destination, réserve ton billet d’avion.

Au moins, tu as un truc qui est fait, tu as investi de l’argent, et ça va encore plus te forcer à passer à l’action et à rendre ça concret. De mon côté, c’est ce que j’ai fait. Quand j’ai fait mon rétroplanning, j’ai dit : « OK, 24 mars 2017. »

J’ai réservé mon billet d’avion aller simple le 24 mars 2017, comme ça, il fallait que j’aie réglé tout avant, J’ai démissionné, j’ai géré mes affaires : appart, assurances, et cetera.

Je te recommande aussi de te prévoir une petite marge de deux semaines avant ton départ pour gérer un petit peu plein de choses, tu vas voir, il y a pas mal de choses à gérer par rapport à ça. Si, actuellement, tu es employé, il va falloir aussi que tu poses éventuellement ta démission, ou alors que tu arrives à transformer ton emploi en mission freelance.

Donc, si tu es employé, il faut que tu planifies un petit peu ta date de démission, en tenant compte du délai de préavis. Donc, moi, quand j’ai quitté mon job en 2017, c’était au Canada, donc il y avait deux semaines de préavis, donc c’était un peu plus flexible.

Je sais qu’en Europe, ça peut être un peu plus long, donc à prévoir. Bien en fait, les deux semaines de marge que je te recommande, plus le temps de préavis, tu vois ?

Question suivante, c’est par rapport à ton logement.

Décider quoi faire de ton logement (une fois devenu nomade)

Qu’est-ce que tu fais de ton logement ?

Que ce soit une maison, un appart ou autre, tu as concrètement deux choix :

Soit tu es propriétaire ou alors tu es locataire, et dans le cas locataire ou propriétaire, tu peux décider éventuellement de louer ton appartement ou de le sous-louer si c’est possible chez toi. Au Canada, c’est ce que j’ai fait, parce que c’était autorisé.

Donc, si tu veux louer ou sous-louer, c’est ce que j’avais fait, et je te recommande de mettre une annonce pour ton appartement ou ta maison.

Il faudra que tu organises tes affaires, on en parlera juste après. Je te recommande aussi d’avoir un ami de confiance dans le coin pour pouvoir gérer le « check-in », éventuellement des ménages, répondre aux questions, gérer ton courrier, des choses comme ça.

Sinon, tu peux aussi, tout simplement, lâcher ton bail. C’est ce que j’ai fait.

J’étais resté, bien ça fait quatre ans que je suis nomade, mais j’étais resté pendant trois ans, en fait, encore basé à Montréal avec un loyer, donc je n’y étais pas tout le temps, et ce que j’avais fait, c’est que j’avais gardé mon bail, et l’année dernière, j’ai fait plein de vidéos là-dessus aussi.

J’ai tout vendu et j’ai lâché mon appartement, je n’ai plus d’appartement avec un bail fixe. Et niveau courrier, dans ce cas-là, tu as des services de boîte postale qui existent.

En France, tu as un service qui s’appelle « Le courrier du voyageur », au Canada et aux US, tu as un service qui s’appelle « Anytime Mailbox », ou alors, tu peux tout simplement, en général, faire un « deal » avec un coworking dans le coin, ça marche assez bien, ou à la poste.

Étape suivante : tes possessions.

 

Quoi faire de tes affaires

Parce que j’imagine que tu es comme moi, ou tout le monde, tu as accumulé des possessions au fur et à mesure, et il va falloir t’en débarrasser éventuellement, à part ce que tu pourrais amener en voyage.

Donc, il y a deux étapes possibles :

1. Soit, tu décides de faire un départ où tu vas peut-être faire un peu de tri dans tes affaires, mais tu es plutôt dans la partie départ, et tu n’as pas forcément prévu de tout lâcher.

Dans ce cas-là, ça va être plus facile, il faut juste arriver à stocker tes affaires, je ne sais pas, dans une pièce que tu fermes, dans un entrepôt, ou alors les laisser dans ton appart, tu vois, si tu le loues à quelqu’un que tu connais.

2. Si tu es dans la démarche de tout vendre et de vraiment te lancer à fond, dans ce cas-là, j’ai fait aussi des vidéos sur la vente de mes affaires, comment tout vendre.

De mon côté, j’ai vendu un bon 70 % je pense, de mes trucs, et j’en ai donné pas mal aussi. Justement, dans cette vidéo, je parle un petit peu du « process » de quoi donner, quoi vendre, comment gérer ça, et cetera :

Et il y a aussi la partie papier :

Et dans tous les cas, tu auras quand même quelques affaires à laisser.

Moi, personnellement, j’ai une valise d’affaires chez un ami à Montréal avec mes affaires d’hiver, quand je vais y retourner de temps en temps, et puis j’ai une valise aussi chez mes parents, avec des affaires auxquelles je tenais, et qui sont utiles dans la vie de nomade, mais pas forcément tout le temps, dépendamment de si je vais dans un pays chaud ou froid.

Ensuite, étape suivante, tu auras réduit ou géré tes affaires de la vie de tous les jours, et il va falloir t’équiper pour la vie de nomade.

Et ça, il y a pas mal de choses à penser en termes d’électronique et de confort, et cetera, pour bien bosser, mais aussi en termes de vêtements, peu importe, de produits, et cetera.

Et puis, une partie importante avant de partir aussi, c’est la partie assurances et santé.

Assurance voyage et santé

Encore une fois, tu es toujours en rétroplanning, tu es en train d’arriver vers la fin, tu vois, tu as géré les trucs prioritaires petit à petit selon l’ordre que je te propose, et là, tu arrives à la partie assurances et santé. Donc ça, ça peut être fait assez dernière minute.

Mais donc, pour ça, en gros, soit tu es encore dans la sécurité sociale de ton pays, tu es encore résident officiellement là-bas, et dans ce cas-là, il te faut juste une assurance voyage.

Moi, c’est ce que j’ai fait la première fois que je suis parti. Je te recommande comme assurance voyage Safety Wings, qui est une assurance qui coûte environ 40$ US par mois, et qui est vraiment pas mal. Assurance médicale et voyage aussi.

Et si tu n’es plus inscrit du tout à une sécurité sociale, comme c’est mon cas, là, il va falloir une assurance un peu plus poussée, une assurance-santé complète, une assurance « expat ».

C’est ce que j’ai de mon côté, je suis assuré chez APRIL avec une assurance qui s’appelle MyTravel Cover, qui coûte 100 euros par mois et qui me couvre pour pas mal tout partout dans le monde.

Dernier point avant la fin de cette partie : la partie fiscalité et installation.

 

Fiscalité pour nomades digitaux

J’ai parlé de l’assurance, si tu étais toujours à la sécurité sociale de ton pays ou pas, il y a la partie fiscalité.

Donc, il va falloir que tu choisisses :

  1. soit tu restes résident officiel dans le pays où tu habitais
  2. soit tu le quittes et tu deviens 100 % nomade.
  3.  

Si c’est ton premier départ en nomade, pour faciliter un peu, je te recommande de rester résident fiscal et santé dans le pays dans lequel tu étais, peu importe où tu étais, et petit à petit, tu auras le temps de gérer ça.

C’est un sujet qu’il faut prendre en compte, qui est assez complexe, mais qu’il faut prendre en compte dans cette démarche-là, parce que voilà, il faut le considérer, mais ça peut être fait plus tard sans souci.

Là, on arrive à la période deux semaines avant ton départ où, normalement, tout sera géré, enfin, à peu près, il faudra quand même que tu gères tes affaires, ça prend beaucoup de temps.

Ça y est, prêt à partir ? Parti ? On allume les feux d’artifice ?

Je pense que ça mérite au moins une bouteille de champagne !

Maintenant, dernière étape : comment vivre en tant que Nomade Digital ? Je te livre tous mes conseils !

Étape 4 : Vivre comme Nomade Digital

Pour commencer, on attaque avec un point super important pour faire durer ta vie nomade : être productif(ve) en voyageant !

Parce que, rendu à cette étape, tu gagnes ta vie en ligne. Mais travailler sur la route comporte son lot de challenges !

Conseils de Productivité pour Digital Nomad

Et cela passe d’abord par savoir gérer le décalage horaire avec tes clients.

Comment gérer le décalage horaire comme nomade

Je t’explique ici concrètement comment gérer le décalage horaire avec tes clients et puis même comment t’organiser quand tu changes souvent de fuseau horaire.

Choisir les bons clients et les bonnes missions

L’idée, c’est d’avoir des clients qui sont assez ouvert sur le fait que tu travailles à distance, parce que oui, je te conseille vraiment de leur mentionner.

De deux, des clients qui ont confiance en toi, parce que ça va t’éviter beaucoup de problèmes, de clients qui vont mesurer chaque minute de ce que tu fais, des clients qui veulent travailler en même temps que toi… Ça, c’est un non définitif.

Et puis aussi des clients qui sont axés sur les résultats, qui concrètement s’en fichent que tu travailles de l’autre bout du monde en maillot de bain, tant que le travail est fait et qu’il est bien fait.

Donc concrètement, tu veux des missions qui puissent être faites de manière asynchrone, c’est-à-dire que tu peux faire ton travail de ton côté, eux, du leur, vous interagissez, mais il n’y a pas de notions d’urgence ou d’immédiateté.

Gérer la relation à distance avec ses clients
      • Faire des points hebdomadaires

Ça permet de bien calibrer que la mission avance comme tu le voulais et comme eux ils le voulaient, ça crée de la confiance au fur et à mesure, et puis, s’il y a des problèmes de communication ou d’entente sur ce qui doit être fait, ça permet de les rectifier plus vite.

      • Utilise Google Agenda : tu mets un évènement d’une demi-heure ou une heure toutes les semaines et puis si tu vois que tu vas te déplacer, tu le décales
    1. Utilise Zoom avec le même lien toutes les semaines
      • Faire des rapports d’activité réguliers

Autre option, si c’est plutôt un travail d’exécution, des rapports à rendre, etc., dans ce cas-là, tu peux faire un rapport où tu enregistres ton écran en vidéo, ça peut aussi être un audio, où concrètement tu dis ce qui s’est passé cette semaine, ce que tu vois comme problématique et ce que tu prévois pour la prochaine semaine.

J’ai des amis, par exemple, qui sont experts en publicités Facebook, en publicités Google, qui eux n’ont pas d’appels hebdomadaires avec leurs clients, mais ils font toutes les semaines une petite vidéo de récapitulation de ce qui s’est passé, des résultats des publicités et de ce qu’ils vont faire par la suite.

      • Communiquer à distance avec tes clients

Je te recommande vraiment d’avoir un moyen d’échanger de manière asynchrone : avoir un outil de gestion de projets dans lequel tu peux avoir des tâches qui sont assignées avec des personnes, où tu peux joindre des fichiers, mettre des deadlines, mettre des personnes, des commentaires.

Parce que, l’avantage, c’est que quand vous allez communiquer sur les tâches qui sont en cours, vous allez pouvoir directement communiquer avec le contexte de la tâche et puis voir l’historique des commentaires. Peut-être taguer une autre personne qui n’était pas dans la tâche, mais dont on a besoin de l’avis. On gagne beaucoup de temps d’aller-retour.

Je recommande Asana, c’est assez facile à mettre en place et à comprendre.

Et puis, bien sûr, un autre outil pour plus communiquer, dans ce cas-là, je te recommande principalement Slack, mais aussi les emails, ça fait encore partie de l’écosystème en 2021.

Donc ça, c’est plus pour communiquer, pour donner un suivi, un avancement ou poser une question, qui n’est pas sur une tâche précisément.

Mais essaie de passer par gestion de projet, tu vas éviter de t’arracher les cheveux, tu vas recevoir un email pour ça aussi dans ta boîte, si tu paramètres bien les notifications et ça sauve la vie.

S’organiser en blocs de travail

En dehors de tes missions et du contact client, comment t’organiser en tant que freelance pour que ça marche, pour que tu puisses être dans un environnement dans laquelle tu es productif, peu importe où tu es dans le monde et aussi peu importe si tu bouges et tu changes de fuseau horaire.

Le secret, c’est de fonctionner en blocs d’heures et les déplacer selon où tu es dans le monde et tes impératifs de communication par rapport avec des personnes.

Je m’explique. Par exemple, en ce moment, j’ai deux clients. J’ai un client pour lequel je travaille une journée par semaine, donc c’est deux blocs d’une demi-journée par semaine. Quand je suis au Mexique, je les mets en après-midi, tu vois, donc le mercredi et le jeudi après-midi, mais si je repars en Europe là, dans quelques mois, je vais peut-être les décaler au matin, tu vois, pour que ça puisse coller et que ça puisse s’adapter à mon horaire.

Par contre, peut-être que comme moi, tu as des créneaux d’appels. De mon côté, la plupart de mon temps, j’accompagne des freelances à se lancer, à stabiliser un revenu et à voyager. Et donc pour ça, j’ai des coachings et des appels avec des personnes qui voudraient que je les accompagne.

Donc pour ça j’ai des blocs d’appels. Quand je suis au Mexique, pour que ça puisse marcher avec la plupart de mes appels qui ont lieu en Europe, c’est le mercredi matin. En France, c’est en fin d’après-midi.

Donc le bloc d’appels, tu vois, de mercredi matin, si je repasse en France, ce bloc-là je vais le mettre en après-midi. Comme ça, si je suis en Asie, je vais pouvoir le décaler au matin, tu vois, je vais adapter mes outils.

Je te recommande d’utiliser Calendly et Google Calendar pour ça. En fonctionnant par bloc d’appels, tu es flexible et donc quand tu te déplaces, que tu changes de fuseau, tu as juste à ajuster tes blocs et tes créneaux Calendly et après tout s’ajuste tout seul.

Aussi, je te recommande, un truc que j’ai appris récemment, de bien mettre les évènements au calendrier dans le même fuseau horaire que les personnes avec qui tu as ces appels-là. Sinon, quand tu as des changements d’horaire, c’est le bazar. Si ce sont des appels fixes et des personnes dans des pays fixes, mets-les dans leur fuseau horaire dans ton calendrier, ça va te simplifier la vie.

Et puis, toutes les semaines, toutes les quelques semaines, tu vas regarder un petit peu les conflits d’horaire potentiels. Je te recommande cet outil pour le faire : World Time Buddy. Tu vas dessus, tu mets tes différents fuseaux horaires que tu as besoin de comparer et ça te met une frise horaire des différents endroits.

Autre sujet crucial concernant la productivité en tant que nomade : d’où travailler ?

📌 Où travailler comme Digital Nomad et Freelance ? (café, coworking, Airbnb)

Que tu sois nomade digital, entrepreneur, freelance ou tout autre type d’indépendant, tu as le choix de décider d’où est-ce que tu vas travailler.

C’est très cool, mais tu te demandes aussi, peut-être, quelle est la meilleure option pour toi, où est-ce que tu vas pouvoir être productif et, en même temps, avoir une vie sociale.

De mon côté, ça fait sept ans que je suis indépendant et j’ai testé toutes les options possibles.

Pour te dire, j’ai même travaillé depuis une boîte de nuit au Vietnam pour essayer.

Les cafés

Les cafés, c’est un de mes endroits préférés pour travailler.

Avantages
      • Tu as toujours des bons produits. On s’occupe de toi, on te les apporte, et cetera. Tu peux te concentrer vraiment sur ce que tu as à faire.
    1. Au niveau de l’ambiance. Moi j’aime bien, ça me motive quand il y a des gens qui parlent autour de moi, qu’il y a de la musique.
    2. Tu ne connais pas forcément quelqu’un. Donc, personne ne va venir te parler, tu es un petit peu dans ta bulle, et tu peux être très productif, surtout si tu as des écouteurs qui isolent du bruit ambiant.
    3. Ce n’est pas très cher. Souvent, tu peux arriver à rester longtemps dans un café en payant juste un espresso qui va te coûter deux euros ou trois dollars.
    4. Tu peux changer de café plusieurs fois dans une semaine, et même dans une journée. Moi, ça m’arrive souvent de commencer ma journée dans un café le matin, et puis ensuite, d’aller manger, et de changer de café pour l’après-midi.

 

Inconvénients
    1. Le bruit. Il y a des cafés qui vont être très bruyants, où il va y avoir de la musique qui joue à fond, des activités, et cetera. La solution que j’ai trouvée, c’est d’avoir des écouteurs qui isolent du bruit ambiant autour.
    2. Tu ne contrôles pas vraiment l’environnement au niveau de la température. Ça se peut que dans un café, il fasse très froid parce qu’ils mettent la clim à fond, comme c’est souvent le cas en Asie. Ou alors, au contraire, dans des pays où ils ont la clim, mais ne la mettent pas. Et puis il va y avoir les machines à café qui chauffent et la cuisine qui font du bruit et qui augmentent la température à l’intérieur, ce qui rend ça un peu insupportable.
    3. Ce n’est pas toujours évident de trouver des prises électriques pour brancher ton ordinateur, ton téléphone, ton appareil photo, et cetera. Donc bien regarder en avance s’il y a des prises et si tu vas en avoir besoin.
    4. Internet n’est pas non plus toujours 100% fiable. Alors, il y a des cafés qui font beaucoup d’efforts là-dessus pour avoir Internet qui va vite, mais la première chose que je te conseille de faire quand tu arrives dans un café en mode freelance ou nomade, c’est de faire un test Internet. Donc, tu demandes le mot de passe d’Internet, tu te connectes et tu fais un test Internet. Moi, j’utilise souvent le site fast.com qui te permet de faire un test en quelques secondes et de voir si Internet va être OK ou trop lent pour travailler.
    5. Tu ne vas pas toujours pouvoir être très bien installé. Parfois, il y a des sièges qui ne sont pas confortables, il y a des tables qui sont trop basses, donc ça peut être un désavantage, mais moi, j’ai développé un bureau mobile que je te montre pendant la suite de l’article, qui me permet d’être confortable en toute situation.
    6. Parfois, tu ne te sentiras pas le bienvenu dans les cafés. Il y a des cafés qui vont te demander de consommer, un petit peu trop à mon goût pour pouvoir rendre ça aussi rentable que tu veux. Par exemple, ça m’est arrivé souvent à Prague, que les gens des cafés viennent me voir toutes les 30 minutes pour me proposer un nouveau café, un nouveau thé.

 

Les coworkings

Un coworking, en général, c’est un endroit où tu vas payer à l’heure, à la journée, au mois ou sous forme d’abonnement pour avoir accès à un endroit qui est réservé pour des gens qui payent et qui veulent travailler.

Avantages
      • C’est un endroit qui est fréquenté par des gens qui ont payé et qui veulent travailler, qui veulent être productifs. Toi aussi, tu vas pouvoir être dans ce mindset de travail, parce que tu auras investi pour être productif.
    1. Au niveau de la vie sociale. Quand tu es freelance ou nomade digital, tu as vite tendance à te retrouver seul dans tes journées de travail en général et les coworkings, ça peut te permettre d’avoir une vie sociale qui est préparée pour toi. Par exemple, tu peux avoir accès aux activités qui sont organisées par ces coworkings. Souvent, ils vont faire des évènements ou des réseautages, ou alors organiser des lunchs entre les membres du coworking, ce qui permet de créer une vie sociale, de prendre des pauses-café. Et éventuellement, grâce à ça, de trouver des gens avec qui tu vas pouvoir collaborer dans ton business, dans tes activités de freelance. Et, pourquoi pas même, trouver des partenaires !
    2. Tu vas pouvoir être bien installé. En général, tu vas avoir un espace dédié où tu pourras t’installer. Dans tous les cas, tu as une place réservée à toi. Le wifi va être bon, tu vas pouvoir avoir accès aussi à du thé, du café, et éventuellement, des petites choses à grignoter.
    3. Tu as aussi accès à certaines choses qui sont très intéressantes quand tu es freelance ou nomade, c’est par exemple, des salles de réunion ou des salles d’appels téléphoniques. Donc si tu veux, par exemple, créer du contenu et te mettre à l’écart, tu peux réserver une salle. Si tu as des appels à passer, tu peux aussi réserver des salles d’appels.

 

Inconvénients
    1. Le prix. Parce que tu payes soit à l’heure, soit à la journée, soit au mois ou toute forme d’abonnement, et tu as différents niveaux de prix, de paliers, par rapport au service que tu vas avoir. Par exemple, en général, quand tu payes moins cher, c’est que tu vas avoir un bureau mobile, tu vas pouvoir t’installer un petit peu où tu veux, mais tu n’auras pas ton espace à toi. Si tu payes un petit peu plus cher encore, en général, tu vas pouvoir avoir un espace dédié, ou peut-être que tu auras un tiroir que tu pourras fermer à clé. Et encore plus que ça, tu pourrais aussi éventuellement avoir accès à une salle réservée pour toi. Mais c’est un coût qui peut être vite assez élevé. Tu peux vite en avoir pour 200, 300 ou 400 dollars ou euros par mois en travaillant depuis un coworking.
    2. Ça te rend aussi un petit peu moins flexible. À part pour les formules à l’heure, si tu t’abonnes à un coworking, tu vas vouloir y aller, et donc tu vas avoir moins tendance à avoir une formule hybride entre travail dans des cafés, coworking et chez toi. Il y a certains coworkings aussi qui ont uniquement des forfaits qui vont être de deux semaines ou d’un mois parce qu’ils veulent des membres à long terme, donc si tu es nomade et que tu bouges beaucoup, ça pourrait te désavantager.
    3. L’intérêt d’un coworking dépend vraiment de la façon dont il est géré. S’il est géré par une équipe dynamique qui fait des évènements, qui s’assure que les membres du coworking réseautent ensemble, se parlent et fassent des activités, ça va être cool. Par contre, j’ai aussi été dans des coworkings un petit peu partout où c’était mort. Les gens étaient vraiment là juste pour travailler, il n’y avait pas d’interactions entre eux, et j’ai trouvé ça assez dommage.

Alors, avant d’en finir avec le coworking, je voulais te laisser sur une petite astuce que tu pourrais utiliser si tu veux travailler en coworking ou alors essayer différents coworkings. C’est que souvent, tu peux réussir à avoir des journées d’essai gratuites de coworking en les contactant un petit peu à l’avance.

Par exemple, si tu arrives dans une nouvelle ville, tu pourrais à l’avance contacter les différents coworkings qui sont présents et demander à visiter le coworking, et avoir éventuellement une journée gratuite.

C’est assez facile à faire, je l’ai fait dans différents pays, et ça te permet d’économiser sur le coworking si tu ne restes pas très longtemps et de tester un petit peu tous les coworkings d’une ville, de te faire une idée de celui qui te correspondra le plus.

Depuis chez toi, ton Airbnb, ton hôtel ou ton auberge

 

Les avantages
      • Le fait que tu n’aies pas à perdre du temps dans les transports pour aller à un coworking ou à un café, par exemple. Tu es chez toi, tu peux passer de la chambre au salon, et directement commencer à travailler.
    1. Tu es en contrôle de tout ton environnement. Tu peux contrôler la température, la musique.
    2. Tu peux aussi t’installer confortablement.
    3. Pouvoir faire des siestes. En fait, quand tu travailles dans un café ou en coworking, c’est très rare que tu aies des endroits pour pouvoir te poser et dormir 15, 20, 30 minutes. Chez toi, tu décides !

 

Les inconvénients
    1. Le manque de séparation entre vie professionnelle et vie personnelle. En fait, tu peux passer directement de ton lit à ton bureau sans interruption, et même si ça peut paraître cool, c’est vraiment intéressant d’avoir des séparations entre ces différents côtés de ta vie.
    2. Tu vas parfois être interrompu, il y a des gens qui vont sonner chez toi, qui vont vouloir nettoyer ta chambre, et cetera. Tu peux être interrompu, et parfois, ça peut vraiment couper la période de productivité dans laquelle tu étais.
    3. Contrairement à un café ou un coworking, où tu vas voir des gens, éventuellement parler avec des gens, chez toi, souvent, tu vas être assez isolé et un petit peu dans ton monde. À terme, à la longue, ça peut être un petit peu pesant.

Donc, je t’ai parlé des trois principales options auxquelles tout le monde pense pour travailler comme indépendant, mais il y en a aussi plein d’autres.

Notamment, si tu arrives, si tu es capable de travailler hors ligne.

Travailler hors ligne

Moi, ça m’arrive souvent de travailler hors ligne, donc de synchroniser mes fichiers, de préparer des choses qui vont être envoyées dès que je serai connecté.

Si tu me suis sur les réseaux sociaux, notamment Instagram, tu sais que ça m’arrive parfois de travailler aussi dehors, notamment dans des parcs. Donc là, soit j’ai accès à Internet grâce à mon téléphone ou autre, soit je travaille hors ligne.

Tu peux aussi être amené à travailler depuis les transports. Par exemple, depuis le bus, le train ou l’avion.

Et une petite anecdote là-dessus, c’est quand j’étais au Laos, j’avais une deadline (date limite) pour un client et j’ai dû travailler depuis un bus dans des routes très cahoteuses, très boueuses. Je ne recommande l’expérience à personne !

Une autre petite histoire aussi qui m’est arrivée, j’avais aussi une deadline assez importante, et j’étais au Vietnam dans une auberge, il n’y avait pas d’endroit spécialement pour travailler, et surtout, il y avait très peu d’endroits avec Internet. Et le seul endroit que j’ai trouvé avec Internet, c’était une boîte de nuit, un bar. Alors, je me suis installé là-bas, alors que tout le monde était là-bas pour boire et faire la fête. C’était assez spécial !

Quelque chose que je voudrais te partager aussi dans cette vidéo, c’est que tu peux aussi toi-même créer tes propres bureaux, tes propres endroits où tu aimes travailler ou faire certaines choses.

Par exemple, Antoine BM, il est connu pour louer des chambres d’hôtel et s’y enfermer pour travailler avec focus et tourner des vidéos, par exemple.

Tu peux vraiment faire ce que tu veux et te trouver les bureaux que tu veux.

L’outil que je recommande

Il y a l’application Workfrom, qui est disponible sur iOS et Android. Cette application te permet de trouver les meilleurs cafés et coworkings autour de toi, peu importe où tu es dans le monde. Je l’ai testé en Amérique du Nord, en Asie, en Europe. Ça marche toujours !

Ça permet de trouver des cafés et des coworkings et ça te donne des indications très importantes pour un travailleur indépendant et nomade :

      • La qualité et la vitesse d’Internet
    1. Le nombre de prises qu’il y a de disponibles
    2. Le niveau de bruit qu’il y a

 

Mon bureau mobile

En fait, après avoir passé des années et des années à travailler recroquevillé sur mon ordi, à me faire mal au cou et mal au dos, j’ai décidé d’investir et de me renseigner un petit peu sur comment me créer un bureau mobile.

Donc, tu vois, il y a mon ordinateur qui est posé sur un stand ici, qui coûte vraiment pas grand-chose, je pense 20 euros, donc 30 dollars canadiens.

Et un clavier et une souris Bluetooth, qui fonctionnent grâce à des piles et que je peux transporter partout, qui sont super légers.

Je l’utilise aussi chez moi pour surélever mon écran quand j’ai mon autre écran. Je l’utilise pour travailler dans des cafés, dans des coworkings, un peu partout. Et surtout, c’est très pratique en voyage aussi, tu peux vraiment être à l’aise un petit peu n’importe où.

Autre chose aussi, c’est que mon clavier Bluetooth, il fonctionne aussi avec mon téléphone. Donc, les moments où je n’ai pas mon ordinateur ou pas cet ordinateur-là, je peux écrire vite et bien et de façon confortable. Par exemple, quand tu es en déplacement ou que tu n’as pas d’ordinateur avec toi et que tu dois prendre des notes, ça peut être très utile pour prendre des notes efficacement et taper très vite.

Tu as toutes les clés pour être productif où que tu sois. D’ailleurs, où vas-tu aller ?!

Choisir tes destinations

Par définition en tant que nomade, on est toujours en mouvement. Ça veut dire qu’il faut, tous les quelques mois trouver notre prochaine destination, selon différents critères.

Et c’est important d’avoir une méthode pour faire ça, parce que sinon ça peut être très facilement, une perte de temps d’une semaine, tous les quelques mois.

Et donc, tu n’es pas productif, c’est stressant, ce n’est pas agréable. Ce n’est pas pour ça qu’on est devenu nomade !

Et donc, comme pour toute décision, avoir une liste de critères et une façon de le faire, c’est hyper important. Ça permet de gagner du temps, et de faire des décisions éclairées. Et donc, on ne va pas avoir de regrets par rapport à ça.

Déterminer tes critères

Les critères des nomades changent. On n’a pas forcément les mêmes envies, d’année en année, de mois en mois. Et on est dans différents moods.

Par exemple, après un an, après avoir passé pas mal de temps à Montréal, j’avais envie d’être à la mer, de pouvoir faire du surf, de la plongée, etc. L’année prochaine, ce sera peut-être différent, peut-être que j’aurai envie d’aller faire un petit peu de ski en étant nomade.

Je vais te lister quelques critères que j’utilise régulièrement par rapport à ça. Mais tu dois adapter à ta situation et te faire ta propre liste de critères.

      • Le coût de la vie

Il y a des pays qui peuvent être beaucoup moins chers que d’autres. Et ça dépend de ton budget et de tes envies. Il y a aussi la notion de type de pays, développés ou moins développés.

Personnellement, j’ai adoré passer mon hiver au Mexique et pouvoir me faire plus plaisir financièrement parce que la vie était moins chère.

      • Le décalage horaire

La différence horaire entre là où tu es, et là où sont tes clients si tu es en Freelance est à considérer. Si tu es en freelance avec des clients au Québec, et que tu vas en Asie, il va falloir adapter ton activité ou changer de clients.

Ou alors par exemple, si tu étais à Montréal, aller au Mexique ou en Amérique du Sud, il y a un beau terrain de jeu. Et c’est moins difficile pour la différence avec tes clients.

      • Internet ou la « bossabilité »

Avoir Internet rapide, c’est nécessaire pour être efficace en travaillant. Bien sûr, à différents types de métiers, mais on a quand même tous plus ou moins, besoin de faire des appels avec nos clients. Et de pouvoir importer des fichiers, etc.

Donc regarder déjà par ville la vitesse Internet en général. Et aussi regarder un petit peu le genre d’endroit qu’il y a pour travailler au cas où.

      • La présence d’une communauté nomade

Je sais qu’il y a pas mal de nomades en couple, qui vont à des endroits un peu moins nomades. Mais quand tu es voyageur solo comme moi, et que tu veux rencontrer des gens, une communauté nomade, c’est hyper important.

Et je ne vais pas aller m’enfermer dans le fin fond de la Bosnie, s’il n’y a pas de nomades, ça n’a aucun intérêt pour moi. En plus des événements qui vont avoir lieu, nomades ou non.

      • Ville plutôt touristique ou plutôt reculée (mais quand même bien équipée)

Je pense par exemple à Lviv en Ukraine, qui est une ville hyper réputée chez les nomades, qui n’est pas forcément hyper touristique, mais où Internet est rapide.

      • Plutôt plage ou montagne (ou autre)
      • Les activités

Est-ce qu’il y a des activités que tu veux faire en particulier ? Est-ce que tu veux faire du kitesurf ? C’est l’occasion de le prendre en compte pour tes prochaines destinations.

      • Les langues parlées

Peut-être que tu as pris beaucoup d’efforts pour apprendre l’espagnol et que tu veux retrouver ton niveau ou parler cette langue-là.

Moi, de mon côté par exemple, pour le choix du Mexique, cet hiver ça a joué un rôle parce que j’avais envie de retrouver mon espagnol et je sais que ça allait être beaucoup plus agréable de pouvoir être vraiment dans la culture en échangeant avec des locaux.

Ça peut être aussi de voir est ce que là où tu vas, l’anglais est bien parlé, c’est pas forcément le cas partout. Par exemple en Turquie, je sais que j’ai des amis qui ont du mal à commander sur Uber Eats parce que c’est écrit en turc.

      • La météo

Par exemple moi, je n’ai pas envie d’aller à un endroit froid en ce moment. J’ai été basé pendant 10 ans à Montréal, donc j’évite les endroits froids l’hiver.

Tout ce qui est Canada, Suède, Norvège, etc. Non pour moi. Peut-être que dans quelques années, j’aurais envie de ça.

Et puis, il y a aussi la météo. Ça comprend aussi la partie chaleur par rapport à ce qu’on tolère ou pas. Et parfois on a envie, parfois non.

Faire une short-list de destinations

Pour commencer, j’utilise le site Nomad list, qui a été créé par Pieter Levels. C’est d’abord une communauté de 26 000 nomades, dont je fais partie avec un Slack.

Donc concrètement, tu indiques tes critères et ça te permet de trouver ta destination ou en tout cas de faire une short list de destinations, à partir desquelles tu vas comparer et choisir.

C’est une communauté qui est payante. De mon côté, je suis membre depuis 2017. Vu la facilité de l’outil, l’utilité que j’en ai et puis la communauté qu’il y a derrière, moi je trouve que c’est un investissement qui vaut le coup.

Passer du temps à choisir une destination versus travailler et facturer des clients, pour moi, il n’y a pas photo. Et puis c’est un super point de départ pour lancer tes recherches.

Il y a plein d’infos assez intéressantes pour comprendre comment fonctionne une ville.

Choisir ta destination

Et donc maintenant que tu as fait une short list de tes destinations avec cet outil-là, il faut que tu choisisses pour petit à petit, passer à l’action, réserver ton avion, ton logement…

Il n’y a pas de mauvais choix forcément, au pire, tu vas découvrir un pays que tu ne connaissais pas, et tu sauras qu’il ne faudra pas y retourner pour toi, mais je suis prêt à parier que tu vas quand même adorer. Moi, il n’y a pas une seule destination où je n’ai pas apprécié quelque chose.

Et puis si tu as le feeling, ne te pose pas trop de questions.

Une fois que tu as ta short-list, tes critères vont rentrer encore plus en jeu pour éliminer des destinations ou nuancer ton choix entre différentes destinations.

Donc peut-être que tu auras le choix entre deux villes qui seront plutôt égales sur tous les critères, sauf le coût de la vie, où il y a une vie qui coûtera 2000 euros par mois pour vivre et une autre qui coûtera 5000 euros.

Dans ce cas-là, en ce qui me concerne, le choix est vite fait parce que j’ai envie d’avoir un bon confort et pouvoir profiter quand je suis en train de voyager.

Il y aura aussi des critères comme la facilité à se rendre sur place, il y aura des choix qui vont être à côté de toi et des choix qui vont être à l’autre bout du monde.

Et puis moi ce que je regarde aussi, c’est s’il y a des destinations intéressantes dans le coin parce que j’évite de faire de trop gros vols tout le temps. Par exemple, quand j’étais au Mexique, je ne suis pas resté juste à Playa del Carmen, je me suis déplacé un petit peu au Mexique et s’il n’y avait pas eu covid, j’aurais été aussi en Colombie, voire au Brésil.

J’aime bien aussi, pour m’aider à choisir, demander l’avis de nomades qui y ont été ou d’expats qui y habitent, c’est assez facile à trouver dans nomad list ou dans la communauté ou alors dans des groupes Facebook. Tu tapes n’importe quelle ville ou n’importe quel pays, tu vas trouver un groupe Facebook et tu peux demander des avis.

Mais je te conseille de pas passer trop de temps à choisir, en général moi j’ai toujours un feeling.

Une fois que tu as choisi, fais tes valises, réserve ton billet d’avion et ton logement. Commence à parler de ta destination autour de toi, à tes amis nomades ou non, ça rend le projet plus concret et ça pousse à passer à l’action.

En parlant. de billet d’avion, est-ce que tu savais qu’il est possible de voyager gratuitement grâce aux Miles de cartes de crédit ? Pour savoir comment faire, je te recommande à 200% d’aller faire un tour sur le site de mes amis de chez Flytrippers

 

Mon top des destinations Nomades

Si tu décides de passer par ces quelques villes que je connais bien, je te mets les guides vidéos pour t’aider dans ton installation. Have fun !

Guides villes nomades

 

Vivre à Lisbonne comme Digital Nomad [guide et coût de la vie]

Vivre à Playa Del Carmen 🇲🇽 comme Digital Nomad [budget, cafés, activités internet & plus]

Vivre à Puerto Vallarta comme Digital Nomad [guide et coût de la vie]

Vivre à Montréal comme Digital Nomad [guide et coût de la vie]

Tant qu’à parler de voyage et de productivité, voici mes meilleures astuces pour te remettre du jet lag

Maintenant que tu sais d’où travailler en voyage, je vais te donner mes conseils pour mieux supporter le décalage horaire.

Jet lag : 13 secrets pour mieux vivre le décalage horaire ✈️⏰

Maintenant que tu sais où aller nomader, je te montre ce que j’emmène avec moi et t’explique comment voyager léger.

Matériel pour Digital Nomad

 

Je déballe mon sac 34l de Digital Nomad 🎒 [minimalisme]

Comment voyager léger sans trainer un gros sac à dos ou une valise comme un boulet ?

Depuis quelques années et au fil des voyages, je suis de plus en plus adepte du minimalisme.

Le fait que je voyage avec un sac de 26 à 34L impressionne beaucoup, y compris des amis nomades !

Depuis ma première vidéo de déballage de mon sac, mon matériel a beaucoup évolué : il était temps pour une mise à jour !

Dans cette vidéo, je déballe TOUT :

► Électronique

► Bureau nomade

► Vêtements de voyage

► Trousse de toilette

Voilà d’ailleurs la liste à jour de mon matériel.

Et je t’explique aussi ce qui est nouveau dans mon sac et ce que je prévois changer prochainement pour que tu comprennes comment j’optimise !

Tu l’as compris, quand on est nomade, cela implique d’être minimaliste. Je vais donc d’expliquer comment devenir minimaliste en 3 étapes et ma dernière réalisation au sujet du minimalisme.

Minimalisme

C’est tout un sujet qui pourrait faire l’objet d’un article, mais si cela t’intéresse, voici quelques vidéo sur le sujet :


Un sujet incontournable de Digital Nomad : les visas, ou comment rester dans un pays.

La question des visas pour digital nomad

C’est un sujet assez épineux parce que, comme beaucoup de choses, la législation pas à jour par rapport à la réalité des nomades.

Concrètement, tu as deux options :

Utiliser un visa touriste en tant que nomade digital

Le plus souvent, un pays te donnera un visa touriste à l’arrivée “Visa on arrival”. C’est l’option la plus facile pour commencer.

Le plus souvent, il est valide entre 30 jours (Thailande), 3 mois (Argentine), mais jusqu’à 6 mois comme pour le Mexique ou le Canada par exemple.

Pour le prolonger, tu as en général 2 choix :

      • Faire une extension de visa au bureau d’immigration
    1. Ou faire un visa-run (sortir et re-rentrer dans le pays)

 

Obtenir un visa moyen- ou long-terme

Si la durée de ton séjour va dépasser la durée du visa touriste (même en prévoyant un visa-run), il va falloir postuler en avance pour un “vrai” visa ou permis.

Il s’agira souvent d’un permis de travail ou d’étude. S’Il existe pour le pays en question, le PVT (permis vacance travail) peut être une option intéressante.

Depuis le COVID, une 20aine de pays ont développé des visas pour nomade digital, ce qui est une superbe initiative !  Dans tous les cas, fais attention à ne pas rester + 183 jours dans un pays pendant une année. Si non, la plupart des pays vont te considérer résident fiscal !

Et pour ta destination suivante ? Il te faudra sûrement un billet d’avion aller simple, puis un autre, à l’infini ! Je te parle de mon astuce ci-dessous 😉

Le hack du faux « vrai » billet d’avion retour pour nomade ✈️

Par définition, les nomades digitaux sont toujours en mouvement sans forcément revenir au même point de départ. Donc les billets Aller-Retour sont moins pertinents.

Le plus facile et logique est donc de toujours prendre aller simple de destination en destination.

Problèmes ? Yep :

      • Certains pays demandent un billet retour (comme le Mexique)
    1. Billet à montrer soit avant d’embarquer (comme pour mon vol Madrid-Mexico City)
    2. Pour louer un logement local

👉 c’est là que le faux vrai billet d’avion intervient lorsque

    1. Lorsque tu as besoin de billet retour et que ça ne t’arrange pas (DN)
    2. Juste avant de prendre ton vol

Concrètement, cela consiste à soit :

      • Acheter un aller simple de départ (peu cher) vers la fin du visa
    1. Acheter un faux « vrai » billet : ce dont je vais te parler

Je suis tombé là-dessus il y a quelques mois : un service crée par des nomades pour répondre à ce problème-là.

C’est un système payant (12 €/ USD) OnwardTicket qui te

    1. Génère un vrai billet d’avion à ton nom (j’ai pu me connecter à Air France avec!)
    2. Avec un code de réservation
    3. Qui est valide 48h

Un autre point crucial de la vie nomade : le logement. Je te donne toutes mes astuces pour trouver des logements à tous les quatre coins du monde.

Logement pour nomade digital

 

Digital Nomad : comment trouver des logements

En tant que nomade on a besoin de logements de moyenne durée.

Mais quels types de logements sont les plus recommandés pour les nomades digitaux et comment trouver des appartement confortables et abordables à l’étranger?

J’arrive 😉

Quel logement Digital Nomad choisir entre coliving vs. appartement vs. hôtel 🏠

C’est une question récurrente nomade qui se posera à chaque changement d’endroit en fait (donc tous les quelques mois) : “où est-ce que je loge pendant mon voyage ?”.

Car oui, les nomades ont des besoins bien spécifiques, notamment en terme d’internet, d’espace de travail et de vie sociale !

J’ai personnellement testé toutes les options pendant des années et je t’en parle.

Le Coliving

Les avantages du coliving
      • Facile : tout est là en 1 = parfait quand tu arrives quelque part ou tu as besoin d’être direct productif ou que tu ne connais pas grand monde (10 jours)
    1. Coworking et internet
    2. Vie sociale et activités
    3. Parties communes confort

 

Les désavantages du coliving
    1. Souvent cher (surtout pour les couples)
    2. Tu ne peux pas recevoir (bouffe etc)
    3. Attente pour la salle de bain ou cuisine
    4. Parfois besoin d’être solo
    5. Dur de couper boulot / repos

 

Louer un Appartement en tant que nomade digital (airbnb, booking ou autre)

 

Une option est de trouver un logement, sur Airbnb ou Booking par exemple.

 

Les avantages de louer un appartement comme nomade
    1. Le moins cher et le plus flexible (au mois comme un local pratiquement)
    2. Plus de choix de configurations
    3. Coloc possible
    4. Recevoir
    5. Pas besoin d’attendre pour la cuisine ou la salle de bain

 

Les désavantages de louer un appartement comme nomade
  1. Vie sociale à provoquer
  2. Moins facile à trouver
  3. Internet à valider
  4. pas géré donc potentiellement voisins chiants
  5.  

De mon côté, c’est en appartement que je loge la plupart du temps en tant que nomade en voyage. Voici mes astuces pour négocier les prix à la baisse :

Vivre à l’hôtel comme nomade

 

Les avantages de louer un appartement comme nomade
      • Confort : ménage tous les jours
    1. Service
    2. Résa resto, activités
    3. Installations : jacuzzi, salle de spor

 

Les désavantages de louer un appartement comme nomade
    1. Cuisine ?
    2. Vérifier internet
    3. Côté impersonnel : vie sociale à provoquer

Quant à l’auberge ou l’hostel en tant que digital nomad, je te le déconseille à part en chambre privée !

Tu connais toutes les facettes concrètes de la vie nomade. Mais qu’en est-il de la vie personnelle, sociale, familiale et amoureuse ?

La vie personnelle en tant que nomade

On a déjà abordé le sujet de la vie social et de la solitude plus haut. Mais un sujet qui revient tout le temps : et la vie amoureuse ? Et la vie de famille en mode nomade ?

J’y ai pensé et voilà mes pistes de réflexion :

Digital Nomad et couple : possible ? [conseils rencontres et vie amoureuse] 😍

Concrètement, voici les 3 options :

      1. Convertir son conjoint en nomade (je ne l’ai jamais vu fonctionner)
      2. Devenir nomade digital à deux
      3. Partir en mode solo et ajouter « digital nomad » à ses critères de dating

 

Devenir une famille nomade digitale !? 👪 💻 🌴 – interview avec Christine Elaire

Pour la partie famille, j’ai eu la chance d’en rencontrer plusieurs en ligne et sur la route !

Voici une vidéo qui t’en présente l’une d’entre-elles :

C’est fini pour ce guide ! Et la suite ?

Pfiou, on arrive au bout de ce guide “ultime” ! J’y ai mis toute mon énergie et mes conseils comme tu as pu le voir.

Petit message de conclusion si tu arrives ici et que tu vois le chemin pour devenir nomade digital comme une montagne infranchissable.

Souviens-toi de ces concepts (et re-visite les parties associées) :

      1. C’est un processus étape-par-étape qui demande des mois, voire des années (mais qui en vaut le coup !)
      2. Le plus important est d’abord de gagner sa vie en ligne
        1. Voici ma formation offerte pour devenir Freelance (ma recommandation #1 et la meilleure manière de continuer à recevoir mes conseils en continu)
        2. Ma formation complète Freemote
        3. Puis de bien planifier son départ grâce au rétro-planning
        4. Le reste est principalement de la logistique et du kiff !

 

👋 Ce guide « ultime » t’a plu ? Laisse-le moi savoir en laissant un commentaire en-dessous !

bagan blog

Hack Life, Hack Growth, Hack Travel : Become a Digital Nomad

Join 1000s of smart people who get a head start.

You have Successfully Subscribed!

Tu as fait le bon choix !

Tu as fait le bon choix !

Dès ton inscription, tu accèderas à tous les guides, checklists et ressources pour devenir nomade digital qui ne sont pas présents sur ce blog.

Bravo, tu es inscrit!

Pin It on Pinterest