Oui, être Freelance c’est génial : tu peux voyager en travaillant, selon tes propres horaires et sur des projets passionnants… MAIS :

La vie de Freelance n’est pas un long fleuve tranquille… Et chaque freelance fait des erreurs qui peuvent lui coûter cher.

Dans cette vidéo, je te parle de mes sept pires erreurs en tant que Freelance et de comment tu peux les éviter à ton tour !

On parle :
– Prospection et types de clients
– De communication en cours de missions
– De fin de mission et impayés

On parle toujours du côté cool du Freelance, de pouvoir voyager où on veut, travailler aux horaires qu’on veut, sur des missions qui nous font « kiffer », mais on parle très rarement des côtés négatifs du Freelance et il y en a. Tu vas parfois faire des erreurs et justement je vais te partager mes sept plus grosses erreurs que j’ai fait en tant que Freelance. De mon côté ça fait six ans que je suis Freelance et donc je vais te partager ces sept erreurs, je vais finir par la pire ! A chaque fois je vais te donner une règle, un conseil à appliquer pour que toi, tu ne fasses pas cette erreur-là.

Si tu ne me connais pas encore, moi c’est Ambroise, ça fait six ans que je suis Freelance dont trois ans en tant que Nomad Digital et je me suis donné pour mission de démocratiser ce style de vie à travers des vidéos de contenu comme celle-ci. Si ce n’est pas déjà fait je t’invite à t’abonner à ma chaîne Youtube pour recevoir tous les mercredis des nouveaux conseils pour devenir un meilleur Freelance et pouvoir voyager en travaillant.

J’ai réparti ces erreurs en différentes catégories.

La prospection et le ciblage de mes clients

Ne pas clairement identifier sa cible

Tu vas voir, j’ai fait pas mal d’erreurs à ce niveau-là  ! Il ya quelques années j’avais besoin de trouver des nouveaux clients et je ne connaissais pas encore tout le pouvoir du « online ». Même si je le connaissais, j’avais l’idée un peu « old school » d’aller prospecter directement dans la rue, dans des boutiques de mon quartier. Je l’ai fait, j’ai été cogné aux portes pour parler à des opticiens, des vétérinaires, des restaurants, etc. Ça n’a jamais fonctionné et c’est une erreur que j’ai fait, je n’aurais jamais dû aller là-dedans surtout que je fais du marketing digital et c’est très dur de montrer à quelqu’un qui ne fait pas du tout de digital pourquoi il devrait passer de « hors ligne » à « en ligne ».

Ce que j’en ai appris, c’est de ne jamais essayer de forcer les choses ou de proposer quelque chose à une entreprise qui ne ressent pas le besoin de  fonctionner comme ça. Ton réseau c’est vraiment hyper important et à cette époque-là j’aurais dû tout bêtement contacter les personnes de mon réseau pour dire que j’étais Freelance, de leur montrer ce que je savais faire et ça m’aurait aidé à trouver des clients beaucoup plus facilement et sans autant de galère.

Ne pas prendre contact avec le preneur de décisions et être sûr de leurs besoins

Deuxième erreur que je voudrais te partager c’est il n’y a pas si longtemps que ça, j’ai été approché par le Community Manager d’un des très grands infopreneurs français qui m’a dit : « Ambroise, on cherche un growth hacker, est-ce que tu pourrais nous aider ? ». On a fait des meetings en personne ,des meetings au téléphone, j’ai fait des propositions commerciales, ça ne fonctionnait pas, j’en ai refait, etc. J’ai finalement fait un appel avec la personne qui a été le preneur de décision pour apprendre qu’en fait ils ne cherchaient pas du tout ce profil-là ! Donc j’ai perdu beaucoup de temps pour rien, au final.

Ce que j’en ai retenu c’est d’aller directement et le plus rapidement possible au preneur de décisions. Sinon, tu perds ton temps et ça ne sert à rien. Il faut rès vite t’assurer qu’ils ont un besoin douloureux, urgent, envers tes services pour que rapidement tu puisses passer à l’étape de collaborer ensemble et ne pas rester à l’étape de « On pourrait peut-être collaborer ensemble, etc. ».

Ne pas s’assurer du budget disponible pour ta mission

Troisième erreur que j’ai fait c’était de travailler avec des compagnies qui n’avaient pas de financement ou pas une activité assez forte. Ce qui fait que ces compagnies-là ne savaient pas précisément ce qu’ils avaient besoin de ma part comme service et n’avaient pas beaucoup d’argent donc allaient négocier sur les tarifs, les taux, etc.

Au final, j’ai eu trois missions comme celle-là et ça s’est toujours terminé à des missions à environ 300 dollars où on commence à travailler ensemble, c’est compliqué, etc. On fait une première itération et puis après il n’y a pas de suite parce qu’elles n’ont pas le budget où elles ne savent pas ce qu’elles veulent.

Pour cela, mes recommandations c’est premièrement, de ne jamais traiter avec des entreprises qui n’ont pas lever d’argent, n’ont pas une activité régulière. Deuxième chose, ce serait de ne pas travailler avec des compagnies qui vont te considérer comme « Jésus », qui va résoudre tous leurs problèmes, parce que ce n’est pas le cas, désolé de te l’apprendre ! Ça ne va jamais fonctionner très loin. Troisième chose, maintenant j’ai des montants minimums pour qu’une entreprise puisse travailler avec moi. Donc je ne travaille pas avec une entreprise qui n’a pas au moins 1000 dollars (ça fait à peu près 650 euros) à investir en freelancing avec moi. Par mois, c’est minimum 500 dollars. Comme ça, ça me permet de voir si ils ont les fonds et les moyens disponibles pour qu’on puisse travailler de façon agréable ensemble et cela fonctionne beaucoup mieux comme ça, crois-moi !

En cours de mission

Ne pas limiter le nombre d’allers-retours

Première chose c’est déjà par rapport à la relation avec le client. Dépendamment de ce que tu fais, il va parfois y avoir pas mal d’aller-retours à faire avec les clients surtout si tu es en design, création de site web, publicité. Ce que j’ai fait comme erreur, c’est notamment créer des sites web ou des pages pour des clients (j’en ai déjà fait pour mon marketing), ce n’est pas ce que je fais d’habitude et le client m’a demandé au moins une dizaine de fois de refaire, de changer des petits détails, etc.

Maintenant j’ai une règle très claire : c’est trois itérations maximum pour ce genre de choses-là. C’est-à-dire : je fais quelque chose – retour – je refais -retour – je refais – retour – et c’est fini !
Deuxième chose : rester concentré sur son coeur de métier. Maintenant, si je dois faire des pages d’atterrissage ou des sites web pour des clients, je délègue ça à d’autres Freelances parce que ce n’est pas mon coeur de compétences, ce n’est pas moi qui vais le faire mieux et je vais peut-être y perdre du temps.

Prendre plusieurs clients avec les mêmes échéances

Une autre chose : prendre des clients dont les dates d’échéance sont trop proches. Dans ce que je fais en marketing digital, il y a souvent des lancements de produits, de formations en ligne, de commerces, campagnes, etc. Ça m’est arrivé plusieurs fois d’avoir plusieurs clients qui ont un lancement exactement en même temps, la même semaine voire le même jour. C’est juste un enfer ! Un lancement, tu ne sais jamais combien d’heures ça ve te prendre, tu ne sais jamais les imprévus qu’il va y avoir, etc. Et quand tu te retrouves avec plusieurs lancements en même temps, tu passes une semaine voire un mois horrible !

Mon conseil par rapport à ça c’est de bien espacer les dates limites de tes clients. Souvent tu as un contrôle sur ces dates-là, tu peux les convaincre que c’est un meilleur moment de lancer un peu plus tard ou un peu avant. Donc tu peux t’arranger pour que, de ton côté, ça puisse fonctionner. Tu vas être pendant une période assez intense mais au moins ce ne sera pas tout en même temps. Puis c’est aussi de bien se connaître en termes de rythme de travail et de type de mission. Plus ça va aller, plus tu vas pouvoir estimer combien une mission-type va te prendre de temps.

Ne pas mettre de limites dans la communication

Une chose assez terrible et assez fréquente, c’est les clients qui t’en demandent trop. Il ya des clients avec qui ça se passe bien, où vous avez un bon feeling et tu sens que parfois ils en abusent un peu : ils commencent à t’envoyer des messages sur Whatsapp à onze heures du soir et s’attendent à avoir une réponse. Ils t’écrivent sur Slack, par email, Facebook, etc. Ça c’est juste l’enfer et ta limite vie perso et vie professionnelle n’existe tout simplement plus.

Pour ça, plusieurs conseils : déjà, de préciser clairement dans ton contrat (et ça vaut aussi pour certains des points que j’ai dit avant) comment va se passer la relation. Dans mon cas, je précise que c’est une relation asynchrone. Peut-être qu’on a un meeting, un appel hebdomadaire mais sinon c’est une relation asynchrone, qui se passe par email ou par outils de gestion de projet. Je dis aussi que les communications par Whatsapp ou audio c’est uniquement en cas d’extrême urgence.

Ensuite, de mon côté je m’organise en demi-journée pour les clients. Donc il y a des clients pour lesquels je vais travailler le lundi matin par exemple, un autre client le jeudi après-midi, etc. Peu importe la proportion que ça a mais d’indiquer à ses clients : « Pour vous, je vais travailler le mercredi matin, donc vous le savez. Bien-sûr je vais répondre aux questions vous m’enverrez au cours de la semaine mais pas forcément dans la minute ou dans l’heure. » Comme ça, tout est clair, tout est précis. Tu peux même préciser les canaux de communication.

Après la mission

Mal suivre ta compta

On arrive dans la troisième partie, la partie qui fait la plus mal au niveau de mes erreurs Freelances, où j’ai perdu le plus de temps et d’argent. Ce qui s’est passé c’est que pendant quelques années j’ai eu une mission avec une agence de marketing pour laquelle je faisais du groth hacking, j’aidais à grossir le nombre de followers sur des réseaux sociaux, principalement Twitter. C’était une agence qui avait elle-même plusieurs clients et moi je travaillais pour ces différents clients. J’avais un tarif assez correct, je pense que c’était 1500/ 2000 dollars par mois et le nombre de comptes que je gérais par mois variait. Ce que j’ai fait c’est que j’envoyais mes factures à la fin de tous les mois, ils me payaient, mais je n’ai pas été assez précis dans mon check comptable et je n’avais pas vérifié que les factures balancaient bien entre elles vu qu’il y avait plein de « sous-clients » c’était compliqué. Ce qu’il s’est passé c’est qu’un de ces « sous-clients » n’a pas payé l’agence et donc celle-ci ne m’avait pas payé pour ça. Je m’en suis rendu compte des mois plus tard et l’ agence me devait 4000 dollars ! Le contrat arrivait à sa fin, la compagnie s’est mise en faillite donc ça fait quelques années maintenant que je suis en procès avec cette agence-là pour récupérer les 4500 dollars qu’ils me doivent.

Donc pour ça, très clairement, sois hyper carré sur ta comptabilité ! En business, tout ce qui touche à l’argent c’est le plus important, il faut que ça tourne sinon ça se passe pas bien. Bien gérer ta compta. et puis suivre au fur et à mesure. J’ai pas de meilleur conseil à te donner que de bien suivre sa compta. et de bien communiquer avec tes clients par rapport à ça.

Puis un autre conseil : mettre en place des frais de retard de paiement. Par exemple, mes factures sont payables sous 30 jours, c’est standard au Canada. Au-delà de ça, j’impose une pénalité de 25 % par semaine sur les impayés, ça leur donne un incitatif à me payer assez rapidement. Même s’ils ont raté la date de paiement initial, tu n’es pas obligé de l’appliquer ou de leur demander de pénalités si c’est payé dans un délai raisonnable. Dans mon cas, si j’avais fait ça pour l’entreprise avec laquelle je suis en procès, toutes les semaines le montant qu’ils me devraient augmenterait de 25 % et ça fait une belle différence !

 

Ces erreurs que j’ai fait en Freelance en six ans, il y en a qui m’ont coûté beaucoup de temps, beaucoup d’argent, et je voulais faire cette vidéo pour te partager ça, que tu en saches un peu plus sur les galères que j’ai eu en tant que Freelance et surtout que toi tu puisses les éviter grâce aux leçons que je transmets dans cette vidéo. Dis moi de ton côté quelle était ta pire expérience, ta pire erreur que tu as fait en Freelance, dis moi directement dans les commentaires en-dessous 👇 ça m’intéresse ! L’idée c’est de s’entraider, de partager nos erreurs pour qu’on apprenne tous collectivement de ça et que le maximum de Freelances ne commettent plus ces erreurs-là.

Si c’est pas encore fait je t’invite à t’abonner à la chaîne Youtube, ça te permettra de ne rater aucune de mes vidéos hebdomadaires qui sortent les mercredis sur comment devenir un meilleur Freelance, trouver des clients, facturer plus et si c’est ce que tu veux, voyager en travaillant.

Si tu veux vraiment aller plus loin que cette vidéo, découvrir d’autres de mes erreurs et de mes leçons que j’en ai tiré, tous mes conseils pour devenir Freelance à distance, j’ai justement créé une formation gratuite qui s’appelle « Les 8 +1 étapes pour devenir Freelance à distance ». Je t’invite à recevoir un e-mail par jour en cliquant sur ce lien.

bagan blog

Hack Life, Hack Growth, Hack Travel : Become a Digital Nomad

Join 1000s of smart people who get a head start.

You have Successfully Subscribed!

Tu as fait le bon choix !

Tu as fait le bon choix !

Dès ton inscription, tu accèderas à tous les guides, checklists et ressources pour devenir nomade digital qui ne sont pas présents sur ce blog.

Bravo, tu es inscrit!

Pin It on Pinterest

Share This