Tu souhaites devenir retoucheur photo freelance et tu recherches plus d’informations pour savoir si ce métier est fait pour toi ? Tu es au bon endroit ! Et qui de mieux qu’une personne qui exerce le métier d’éditeur/retoucheur photo pour t’en parler ? Dans cette interview, nous retrouvons Marina pour nous parler de son parcours, son expérience et nous donner ses meilleurs conseils pour devenir éditeur/retoucheur photo freelance.

Métier retoucheur photo

Marina, éditrice photo

En quoi consiste le métier de retoucheur photo freelance ?

Mon métier d’éditrice photo, également appelé iconographe ou retoucheur photo, consiste à sélectionner des images et à les optimiser afin de permettre à des journalistes d’illustrer leurs articles, en théorie.

En pratique, je me suis spécialisée dans les défilés de mode. Je suis donc le pont qui relie le processus de production d’images des photographes de podium et les maisons/marques qui reçoivent ces images et s’en servent pour leur communication globale.

Mes missions vont de l’organisation de la postproduction des images shootées par chaque type de photographe (défilé, détails, backstage, front-row…), leur sélection, l’optimisation, le renommage, et surtout depuis quelques saisons déjà, leur adaptation aux différents formats de publication imposés par les plateformes de réseaux sociaux (notamment Instagram), le tout le plus rapidement possible. Le journal et le print sont aussi des priorités dans la chaine.

Comment es-tu devenue retoucheuse photo freelance ?

Après avoir obtenu mon bac L et fini ma formation de 3 ans en graphisme publicitaire, j’intègre une petite agence de photographes de mode/lifestyle à Paris qui me permet de me former à ce métier si spécifique. Après sept ans de loyaux services et de voyages aux quatre coins du monde, je décide de quitter mon poste pour devenir freelance dans ce secteur. J’avais l’envie de faire évoluer mon travail, le rendre plus intéressant, moins répétitif, et devenir plus autonome dans la prise de décisions.

Cela m’a également permis d’adapter mon offre à un service sur mesure en fonction des besoins des clients. La retouche proprement dite s’est ajoutée ensuite au fil des demandes pour devenir une option extra dans mon offre de services.

Quelles sont les études pour devenir retoucheur photo ?

En général, le profil type que j’ai rencontré tout au long de mon parcours a été plutôt celui de photographe que celui de graphiste. Je trouve qu’être graphiste à la base apporte une vraie complémentarité au métier du photographe. Ainsi, en alliant nos compétences respectives, on est capables de couvrir la totalité de la chaine graphique, allant de la production d’images lors d’événements ou shootings, à la publication, en passant par toutes les étapes nécessaires de postproduction.

Quelle formation en ligne suivre pour devenir éditrice photo/retoucheuse freelance ?

J’ai récemment vu que l’école que j’ai faite, MJM Graphic design, a beaucoup évolué depuis ma sortie en 2007. Ils ont ajouté des formations en fonction de l’évolution de la technologie dans le secteur des arts graphiques, et adapté leurs cursus de formation au format à distance.

À rappeler aussi qu’à l’époque où je me formais en graphisme (en 2007), on n’avait pas tous d’ordinateur ! On faisait beaucoup de choses à la main (eh oui, ça existe encore les crayons à papier ^^) et la fibre optique n’était pas suffisamment ancrée dans les foyers. Par contre, je crois qu’il est encore très tendance de photographier avec une bonne vieille pellicule. Bonjour les ateliers argentiques à paris, petit clin d’œil à @le_sel_paris, atelier de développement photo argentique crée et tenu par un pote.

Je pense qu’il faut néanmoins se former dans une bonne école (en présentiel ou à distance, peu importe), car la différence se sent ensuite sur le terrain, à bon entendeur…

Combien gagne un retoucheur photo freelance ?

C’est très changeant ! D’ailleurs, une légende dit qu’au début tu travailles gratuit ou pour très peu d’argent (l’enfer). Il y en a même qui se battent des années pour se faire rémunérer, ça peut être le parcours du combattant pour accéder au paradis : le Graal des factures payées en temps et en heure.

L’important est d’aimer son métier suffisamment pour y persévérer le plus longtemps possible afin d’améliorer ta clientèle, car comme on dit : c’est toi qui fait ta rémunération, en fonction de la valeur que tu t’accordes. Ça évolue bien évidemment avec l’ancienneté.

À lire aussi : Comment fixer son TJM freelance ?

Quelles sont les compétences et qualités requises pour être retoucheur photo ?

À la base, la curiosité est de mise, la passion pour les images, une patience infinie et des qualités humaines. On ne traite pas que des photos, mais également des personnes stressées pour qui notre métier est littéralement comme une langue étrangère très complexe.

La connaissance sur le bout des doigts de la chaine graphique et de ses logiciels est un plus ! La connaissance également des plateformes de communication digitales sont évidemment très importantes. Enfin, la bonne humeur et l’efficacité dans l’exécution de tes tâches sont nécessaires pour qu’on te rappelle. Ce qui fait la différence n’est pas ce que tu fais, mais comment tu le fais.

Quel statut pour exercer le métier de retoucheur photo ?

Tu peux te mettre en microentreprise si tu veux, mais tu devras surement passer par la case Maison des Artistes, URSSAF ou AGESSA. Ça te donne déjà le tournis ? Bienvenue dans le monde des spécialistes de postproduction photo freelances 😉

Quel matériel avoir quand on est éditrice photo/retoucheuse ?

Selon moi, le mieux, c’est d’avoir un MacBookPro d’au moins de 2018/19 (les nouveaux fichiers RAW sont rarement compatibles avec les versions précédentes) dans la mesure où il faut aller très vite, et se déplacer dans mon cas. Il faut aussi que ton ordi soit portable et suive la cadence du speedy gonzales de l’éditing. 32 Gb de ram sont le minimum pour travailler confortablement, et il va de soi qu’une puce M1 ou M2 est l’idéal, agrémentée d’un disque SSD d’au moins 500 GB.

D’autres te diront qu’ils préfèrent un PC de GAMER, mais chacun trouve son confort en fonction de sa façon de faire au long de son expérience. Une tablette graphique Wacom Intuos pro dans mon cas est ma baguette magique. D’autres préféreront des souris de l’espace (toujours de gamer).

Pour ce qui est du matériel sédentaire, un écran EIZO de minimum 24 pouces est conseillé, car sinon bonjour les maux de tête et autres désagréments physiques pour ne compter que ceux-là. Un bon sac à dos et une bonne connexion internet sont aussi importants.

Quelle est la différence entre retoucheur photo et graphiste ?

Un métier très proche du mien pourrait être celui de retoucheur à proprement dit : celui qui reçoit les images déjà sélectionnées et éditées, optimisées afin de les manipuler (sur Photoshop la plupart du temps). Ou également celui de graphiste, qui consiste à utiliser ces images afin de créer des documents de présentation, ou pour les intégrer à des pages internet par exemple.

J’espère que tu as trouvé toutes les réponses à tes questions et que le métier d’éditeur/retoucheur photo freelance n’a plus de secrets pour toi ! Des compétences requises, en passant par les formations de retoucheur photo possibles et le revenu que tu peux espérer toucher, tu as toutes les clés en main pour te lancer !

D’ailleurs, si tu veux te lancer dès maintenant, je t’invite à regarder ma Masterclass offerte « Comment récupérer ta liberté en 3 mois en lançant une simple activité freelance ? ».

Merci Marina pour ton partage en toute transparence ! Vous pouvez retrouver Marina sur son site ou sur LinkedIn.

5/5 - (2 votes)