Ça fait déjà 6 ans (et demi) que je suis Freelance !

Tu te demandes peut-être à quoi ressemble l’évolution d’un Freelance au cours du temps. Ça tombe bien, c’est le sujet de cette vidéo !

Je te décris mon évolution (y compris les côtés moins sexy) depuis 2014, année après année à travers le contexte dans lequel je me trouvais, le type de missions que j’ai pris, mes tarifs et mon personal branding.

Le but : te transmettre des leçons utiles pour ton évolution en Freelance et t’aider à booster, toi aussi, ta carrière Freelance. 

Je suis en ce moment à Lisbonne au Portugal pour quelques mois. Après six ans et demi de Freelancing, je me suis dit que j’allais faire une petite vidéo sur le bilan de ses six ans en Freelance. Juste avant de commencer, comme tu le sais, je m’appelle Ambroise, ça fait six ans que je suis Freelance, je me suis donné comme mission d’accompagner un million de personnes, d’aider un million de personnes à devenir aussi libre grâce à internet. Donc si c’est ce que tu veux aussi et que tu veux me suivre dans cette mission-là, je t’invite à t’abonner à ma chaîne YouTube. Tu es aussi libre de recevoir l’information offerte sur les sept étapes pour devenir Freelance à distance, qui va t’expliquer à raison d’un e-mail par jour, une vidéo par jour, toutes les étapes à accomplir pour commencer à trouver tes premières missions et devenir Freelance. Je te mets le lien ici, tu m’indiques à quelle adresse email je t’envoie la formation et tu la reçois immédiatement !

Année 2014

En 2014, l’année où je me suis lancé en Freelance, je vais te remettre un petit peu dans le contexte pour que tu aies toute l’image. 2014 : je suis encore étudiant, je finis mon bachelor à HEC Montréal en marketing, en TI et en entrepreneuriat. À cette époque-là, j’ai déjà lu “La semaine des quatre heures” de Tim Ferriss. Je sais que je veux absolument devenir nomad digital mais je ne sais pas encore comment. C’est à cette époque-là que je teste beaucoup de choses différentes : du e-commerce, j’ai monté une agence, du Freelancing, des start up, etc. Aujourd’hui je vais te parler plus du Freelancing, ça va plus t’intéresser. Le Freelancing c’est une voie que j’ai étudié et qui me paraissait viable pour devenir digital nomad. En 2014 je me suis dit : “Je vais trouver une mission Freelance pour pouvoir tester que je peux en faire, que c’est possible dans mon domaine, que je peux être payé correctement et que je puisse le faire aussi en voyageant.” Donc j’ai trouvé une mission en tant que Community Manager pour une startup de e-commerce.  Pour cette startup, je gérais les réseaux sociaux et je m’occupais aussi de mettre à jour le blog. C’était une mission pour laquelle j’étais payé une misère (j’étais payé 2 dollars 85 de l’heure, soit à peu près 2 euros de l’heure) mais mon but c’était vraiment de valider que je pouvais le faire, ce n’était pas par intérêt monétaire que je faisais cette mission. Côté personal branding et efforts que j’ai fait pour ma crédibilité, à cette époque-là, j’avais vraiment rien fait de spécial. Je pense je m’étais fait des cartes d’affaires, un logo et un CV pour trouver un job, mais à part ça, rien du tout ! Voilà où j’ai commencé en Freelance. Basé là-dessus j’ai pu prouver que oui, c’était possible d’être Freelance dans mon domaine, que je pouvais gagner correctement ma vie (ça c’était pas trop prouvé, on va y venir) et que c’était possible de le faire en voyageant, parce que j’ai pu travailler pendant cette mission une semaine depuis New York et une semaine depuis un chalet au Canada.

Année 2015

On passe à 2015. 2015, j’étais encore étudiant mais cette fois étudiant en Master de e-commerce à HEC et je voulais vraiment arriver à me prouver que c’était possible d’être Freelance avec un tarif plus élevé. J’ai réussi à trouver une mission pour l’école Polytechnique de Montréal, une école d’ingénieurs, pour les aider avec l’optimisation de leur site web WordPress. J’avais déjà touché un petit peu à l’outil dans ma précédente mission Freelance et pour créer aussi mon site (je t’en parle juste après). Également pour les aider en SEO : optimiser les mots-clés, le texte du site web, pour mieux ressortir dans les résultats de recherche de Google. Pour cette mission j’étais payé 20 dollars de l’heure (à peu près 15 euros de l’heure) et je trouvais que c’était déjà pas mal. J’étais vraiment content parce que j’avais trouvé une mission avec un tarif qui était acceptable. Ce n’étaient pas des mille et des cents mais j’étais quand même payé correctement et j’aurais pu en vivre si je faisais ça à plein temps. Donc déjà un gros win pour moi à ce moment-là. Niveau personal branding, à cette époque-là j’ai commencé à me créer un site web. C’était un petit peu un CV où je mettais les expériences que j’avais, les missions que je pouvais offrir. J’ai commencé petit à petit aussi à créer du contenu donc j’étais déjà beaucoup plus crédible dans mon domaine à cette époque-là. Autre chose que j’ai fait aussi, j’ai commencé à organiser des événements de e-commerce qui s’appelle MTL+ e-commerce, qui sont les plus gros événements mensuels de e-commerce au monde. J’ai fait ça pendant cinq ans. Ça m’a aussi donné beaucoup de crédibilité parce que j’étais sur la scène à accueillir les speakers, j’étais en contact avec eux, les gens me voyaient sur scène et voyaient que j’étais reconnu dans mon domaine.

Année 2016

Maintenant, on passe fin 2015/ début 2016, à cette époque-là, je suis en train de finir mon Master HEC, il faut que je trouve un stage de fin d’études. Je ne voulais pas faire un vrai stage parce que je voulais vraiment continuer à prouver que le Freelancing c’était possible de le faire et d’être bien payé. Donc c’est ce que j’ai fait, j’ai trouvé mon stage de fin d’études, qui était en fait une mission de Freelance, où j’étais, cette fois, payé environ 30 dollars de l’heure (soit 20 euros de l’heure) sauf que j’étais à temps plein donc j’étais à 3000 euros par mois ou 4000 dollars canadiens. Ça commençait à sentir déjà bon, j’avais pu prouver que c’était possible de faire des missions Freelance en étant payé correctement. Pour cette mission-là, j’étais Product Owner. C’est en fait Chef de produit dans le mode Agile où on s’occupe des requis techniques et marketing d’un produit. On écrit les requis pour les développeurs et puis on interagit avec toute l’équipe développement.  Je faisais ça et j’étais aussi Growth Hacker pour la partie marketing. Je combinais les deux et c’était vraiment cool ! Par contre, je devais être chez le client, chez les Pages Jaunes, et ça, c’était compliqué pour moi parce que je voulais vraiment pouvoir voyager en travaillant. Le côté monétaire était ok mais je devais être sur place. Le bon truc c’est que j’ai appris beaucoup de choses, j’ai travaillé avec des personnes qui faisaient ce métier-là de Growth Hacker et Product Owner depuis 5 ou 10 ans et ça m’a beaucoup aidé pour la suite d’avoir un gros nom dans mon CV et ce genre de mission-là. Niveau personal branding, j’avais mon blog qui était bien démarré, j’écrivais un article par semaine sur le Growth Hacking, le Growth Marketing et que je re-partageais aussi sur Facebook, Twitter, LinkedIn, etc. Donc mon réseau était au courant que j’étais Freelance, que je m’y connaissais parce que j’écrivais du contenu là-dessus et je partageais aussi des updates des missions sur lesquelles j’étais. Donc le truc magique qui a commencé à se passer c’est que des personnes sont venues me voir directement grâce à mon contenu, grâce à ce que je partageais (des personnes que je ne connaissais pas) pour m’offrir des missions. Donc j’ai commencé à voir des gens venir vers moi pour travailler avec moi, ce qui était cool ! Et deuxième chose, c’est que mon réseau était au courant que je travaillais comme Freelance grâce à mon contenu et par les évènements de e-commerce, ou réseautage (je parlais un petit peu de ce que je faisais). Et donc à cette époque-là, j’étais à fond pour ce client, les Pages Jaunes au Canada et j’étais en Product Owner/ Growth Hacker. Ce qui s’est passé par la suite c’est que ce client-là m’a embauché. J’ai été employé pendant un an et demi chez les Pages Jaunes, toujours en tant que Product Owner et Growth Hacker et j’ai beaucoup apprécié d’avoir cette expérience-là, de prendre petit à petit de l’expérience et du “grade” dans ce domaine. C’est à ce moment-là où je suis passé de Growth Hacker junior à Growth Hacker intermédiaire ou senior. Ça permet aussi de faire un bond en termes de tarifs. J’ai continué ce boulot jusqu’à début 2017 (je vais t’en parler juste après) et j’ai quand-même continué mes activités à côté de blog, d’événementiel et j’ai pris les missions qu’on me proposait au fur et à mesure. Donc j’avais ce job salarié classique plus toutes ces activités-là autour qui m’ont permis de m’établir comme expert dans mon domaine et d’avoir des missions. 

Année 2017

C’est l’année à laquelle j’ai quitté mon job salarié, je me souviens que j’ai quitté vers la mi-mars et j’ai pris mon avion aller simple pour Bangkok pour tester à fond ce mode digital nomad et à l’époque, ce qui était intéressant c’est que j’avais déjà des missions Freelance dans mon domaine qui étaient des missions stables, en Growth Marketing, en publicités en ligne, etc. J’avais un tarif horaire qui était beaucoup plus intéressant : j’étais à peu près à 75 dollars de l’heure (50 euros de l’heure) donc là je pouvais me permettre de ne pas travailler en full time sur le Freelancing mais aussi de pouvoir profiter, de voyager. A ce moment-là ,j’ai aussi lancé ma startup qui s’appelle Make It Run. J’ai vraiment pu séparer les deux, voyager en travaillant, j’ai continué mon blog, etc.

Année 2018

En 2018 j’ai un petit peu continué cette lancée de Freelance, mieux payé, de travailler sur des projets de marketing de croissance avec cette fois-ci des start up, des PME, parce que je suis entrepreneur et j’adore travailler avec des personnes pour qui je vais avoir un vrai impact. J’ai donc commencé à travailler davantage avec des PME et j’ai commencé aussi à donner des formations, former leurs employés, soit à distance, soit en personne et ces missions étaient beaucoup plus intéressantes au niveau tarif horaire. J’ai commencé aussi à prendre des missions d’automatisation de réseaux sociaux, principalement sur Twitter et Instagram. Donc à cette période-là j’étais une demi-journée voire une journée par semaine Freelance mais j’étais bien payé, je gagnais à peu près 2000 dollars par mois et à côté je travaillais sur la startup qui allait payer à long terme. J’étais vraiment flexible : Freelancer, startuper et entrepreneur. 

Année 2019

En 2019 on a vendu une partie de notre startup donc je suis passé de plus en plus vers mon projet d’être Freelance. J’ai compris en fait à ce moment-là, que le Freelancing avait toujours marché pour moi et que c’était un super tremplin pour indépendants parce que je pouvais gagner ma vie de manière flexible et plutôt bien à l’époque (j’ai commencé à avoir un tarif horaire de 80 euros soit 125 dollars canadiens).  À cette période-là, je lance aussi le projet, peut-être par lequel tu me connais, du groupe Facebook Nomad Digital Francophone. Je commence à créer du contenu sur le nomadisme, sur comment devenir Freelance, etc. En 2019 je continue le Freelancing, je vivais vraiment à fond, je prenais de plus en plus de clients, je passais la plupart de mon temps en Freelance pour différents types de clients (PME, startup, événements, formations en ligne) et j’avais toujours un side project avec le but de monter cette communauté. Au début de l’automne 2019, je lance la formation en ligne Freemote pour devenir Freelance à distance, que tu connais peut-être déjà. Donc en 2019, je commence vraiment à établir beaucoup plus mon activité en ligne, 100% indépendant, 100% à distance.  Côté crédibilité j’avais arrêté de bloguer sur le marketing digital mais je faisais encore beaucoup d’événements de e-commerce et je suis toujours très connu dans mon domaine à Montréal. À cette période-là, j’ai aussi commencé à donner un cours à HEC Montréal pour le programme dans lequel j’avais étudié. C’était un cours de Web Analytics, que j’ai donné pendant un an, de mai 2019 à mai 2020. Ça, niveau crédibilité, ça a été aussi un bond énorme et ça a permis de convaincre beaucoup plus facilement des clients Freelance de faire affaire avec moi parce que j’avais ce côté “prestige” de la confiance que m’avait donnée HEC pour donner un cours niveau Master en ayant moi-même un niveau Master.

Année 2020

En 2020, j’avais accumulé assez de jours pour demander ma citoyenneté canadienne, ce qui a toujours été mon but. Puis est arrivé la Covid ! Donc  je n’ai pas pu voyager comme je le voulais, en mode digital nomad, à la fois en Frelance et à la fois avec ma formation en ligne. Je suis donc resté à Montréal pour établir davantage ces activités-là, ce qui était une bonne chose finalement. J’ai pu être installé quelque part que je connaissais bien et avancer sur ces projets-là. J’ai vraiment focus sur trouver des missions à long terme, je refuse systématiquement toute mission à court terme (à part si elle est très bien payée ou si je peux la déléguer). J’ai quelques clients qui sont récurrents, des clients qui sont à des mandats d’au moins 500 ou 1000 euros par mois et qui sont dans la durée (sans date de fin),  ce qui fait que j’ai une activité Freelance très stable aujourd’hui, avec en général 4 ou 5 clients. En 2020, j’ai également continué d’avancer sur mon side project qui est la formation en ligne Freemote. J’ai vraiment augmenté la formation en termes de qualité, de contenu, de coaching.  Aujourd’hui, à l’heure où je te parle, il y a plus de soixante personnes qui ont rejoint la formation Freemote pour devenir Freelance à distance. C’est une formation étape par étape pour devenir Freelance, définir son activité, trouver ses clients et ensuite pouvoir devenir nomade. Mon focus maintenant est vraiment à moitié Freelance, à moitié Freemote. Ma mission de vie, comme je le disais au début de cette vidéo, c’est d’accompagner un million de personnes à devenir libres grâce à internet. 

Et ensuite ?

On arrive à la fin de ce décompte des années. Pour la suite, je pense plus ou moins faire la même chose : continuer d’investir du temps à la fois pour des clients Freelance parce que j’aime vraiment avoir un impact chez les clients en termes de croissance d’entreprises et en même temps continuer à travailler sur mon projet de formation en ligne. L’idée, à terme, c’est de passer de plus en plus de temps sur mon projet d’école en ligne, peu importe la forme que ça va prendre et de moins en moins en Freelance. C’est vrai que c’est quand-même plus contraignant en terme d’agenda, de temps qu’il faut passer avec les clients, d’urgence, etc. Côté infopreneur je peux être beaucoup plus flexible sur les heures auxquelles je travaille, ce qui est intéressant quand on est en mouvement, avec un décalage horaire.

Les leçons à tirer de mon parcours

Les grandes leçons que je tire de ses six ans c’est que j’ai pu être Freelance en tant qu’étudiant, employé, fondateur startup, digital nomad, infopreneur, donc ça prouve bien que c’est hyper flexible et qu’on peut faire ça à côté de n’importe quoi, que tu aies 5 heures de disponibilité par mois ou 200 heures, tu peux le faire à la sauce que tu veux, au format que tu veux, le temps que tu veux !

Une autre chose aussi qui est importante à noter, c’est que c’est primordial de se former. Se former dans ta compétence, ton domaine, tu dois être un expert pour être crédible et te sentir à l’aise en vente, sinon tu vas avoir ce qu’on appelle le syndrome de l’imposteur. Mais également se former dans toutes les compétences connexes comme la vente, la négociation, la comptabilité dont tu auras besoin en tant que Freelance. Ensuite, travailler sa crédibilité, c’est hyper important, c’est ce m’a permis de passer de 2 dollars 85 de l’heure à 125 dollars de l’heure. En étant de plus en plus crédible, les clients ont de plus en plus confiance en toi, toi aussi, tu fais du travail de meilleure qualité et tu as de plus en plus d’expérience dans un domaine précis et ça, ça fait toute la dfférence ! Travailler sa crédibilité, travailler son réseau pour pouvoir avoir des tarifs de plus en plus élevés et des missions plus intéressantes.  En parallèle, tu vas pouvoir être plus précis selon le type de mission que tu vas prendre.  Ne pas prendre des missions de n’importe quoi, pour n’importe qui, choisir la compétence, le type de vision que tu vas prendre au niveau du domaine d’activité, mais aussi être de plus en plus restrictif sur les conditions de travail que tu acceptes. Par exemple, accepter que des missions dans la durée car les missions one shot il faut en chercher tout le temps, c’est beaucoup de travail de confiance, de vente et beaucoup de factures, de contrats. 

Pour résumer tout ça, le focus, c’est vraiment clé. Pouvoir te concentrer sur un type de missions, pour un type de client, ça permet d’augmenter tes tarifs, d’être meilleur dans la durée et d’avoir une meilleure carrière de Freelance !

J’ai une question pour toi : j’aimerais bien que tu me dises en commentaire 👇 à quelle étape tu en es, toi, de ce développement, tu pourrais peut-être me donner une indication par rapport aux années que j’ai décrit (entre 2014 et 2020) et que tu me dises s’il y a des choses qui te bloque. Ça me fera plaisir de te répondre en commentaire pour te débloquer.  

J’en ai parlé au début la vidéo, si tu vas aller plus loin pour devenir Freelance et savoir quelles étapes mettre en place à quel moment, j’ai créé une formation vidéo offerte qui s’appelle “Les sept étapes pour devenir Freelance à distance”. Elle a été suivie par des centaines de personnes, c’est une formation que je t’envoie par email pendant sept jours. Donc si tu veux en profiter, je t’invite à cliquer sur ce lien et à m’indiquer à quelle adresse email je t’envoie les sept vidéos de formation au fur et à mesure. Tu recevras la première vidéo instantanément. Je t’invite également à me dire 👇 si cet article t’a apporté des conseils et t’a été utile, pour savoir de mon côté quel genre de vidéos je fais par la suite. Je te laisse là-dessus et je te dis à la semaine prochaine ! 

bagan blog

Hack Life, Hack Growth, Hack Travel : Become a Digital Nomad

Join 1000s of smart people who get a head start.

You have Successfully Subscribed!

Tu as fait le bon choix !

Tu as fait le bon choix !

Dès ton inscription, tu accèderas à tous les guides, checklists et ressources pour devenir nomade digital qui ne sont pas présents sur ce blog.

Bravo, tu es inscrit!

Pin It on Pinterest

Share This